policier

Publié le 5 Juin 2022

SABOTAGE AUX 24 HEURES DU MANS de Martin Méroy

Le journaliste et romancier français Charles Ewald adopta l’alias de Martin Méroy pour écrire de nombreux bouquins policiers dans lesquels intervient son détective fétiche…Martin Méroy. Ce-dernier raconte donc ses enquêtes à la première personne et se conforme aux conventions du détective dur-à-cuir : sens de la déduction aiguisé, facilité au coup de poing, secrétaire sexy et disponible pour le repos du guerrier, grand sens de la répartie, dragueur impénitent,…De la fin des 50’s au début des 70’s, Martin Meroy mène donc ses investigations dans la tradition du pulp. Entre le policier traditionnel à énigme et le polar burné, ces petits romans s’avèrent souvent très plaisants, utilisant des énigmes et des whodunit travaillés fréquemment assortis de crimes impossibles ou de meurtres en chambre close. Ici, pas de ça. Il faut dire que nous sommes plutôt dans un lieu ouvert, à l’opposé des lieux clos chers aux romans policiers. Ce qui n’empêche pas le récit de multiplier les rebondissements et les sous-intrigues, lesquelles seront résolues par un privé qui utilise autant ses poings que ses petites cellules grises.

Comme le titre l’indique, Méroy se retrouve aux 24heures du Mans. Il doit y démêler une intrigue tortueuse à souhait : meurtre, vol de voiture, sabotage, coups fourrés en tous genre,…Le lecteur s’y perd mais s’amuse, sachant qu’il est vain de vouloir rivaliser avec le détective.  

L’humour est également de la partie, tout comme le côté sixties plaisant. D’ailleurs Méroy écarte immédiatement toutes les femmes de sa liste de suspects : impossible que l’une d’elles soit coupables puisqu’il faut un minimum de connaissance en mécanique.

Plaisant et léger, ce petit polar avance aussi vite qu’une formule 1 lancée sur le circuit du Mans et n’a d’autre ambition que de divertir le lecteur pendant une soirée. Réussi !  

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Policier, #Polar, #Whodunit, #Roman de gare

Repost0

Publié le 2 Juin 2022

LE MOT DE LA FIN d'Ellery Queen

Ecrit en 1958, ce roman très complexe renoue avec les puzzles insolvables qui rendirent célèbre le duo de cousins. L’intrigue se situe majoritairement durant la période de Noel 1929 mais comprend également un prologue en 1905 et un épilogue en 1958, année où Ellery Queen finit par résoudre le mystère, trente ans après les faits.  Comme dans les premiers romans du duo, le lecteur est « défié » à quelques chapitres de la fin : il possède tous les éléments nécessaires pour résoudre le mystère et désigner le coupable et sa méthode. Gageons qu’aucun lecteur n’y parviendra pas tant le puzzle est opaque et retors.

L’intrigue, elle, propose un traditionnel crime de Noel puisque quelques quidams, rassemblés pour les fêtes de fin d’année dans une maison isolée, reçoivent d’étranges « cadeaux » chaque matin. Ellery Queen fait partie des invités et soupçonne rapidement que le jeu n’est pas aussi innocent qu’il y parait. En effet, rapidement, des menaces apparaissent : des petits mots et des objets semblent de plus en plus annoncer une (ou plusieurs) morts violentes. La situation s’envenime lorsqu’un corps est découvert sans que l’on puisse établir son identité. Qui est l’orchestrateur de ce jeu sinistre ?

Le roman ne se veut certainement pas réaliste, nous sommes dans le pur « jeu cérébral » et, par conséquent, la solution, certes bien pensée, parait complètement invraisemblable, tout comme les réactions de certains protagonistes. Le propos n’est pas là évidemment mais Ellery Queen repousse sans doute un peu trop les limites du crédible pour les adeptes des whodunit impeccablement charpentés. Entre machination élaborée et plan délirant la frontière se montre souvent mince bien que les cousins n’aient jamais hésité à aller très loin dans la complexité. En témoigne LE ROI EST MORT, LE MYSTERE EGYPTIEN ou UN BEL ENDROIT PRIVE et son obsession du chiffre 9 que l’on peut rapprocher de la fascination pour le 12 ici présente. L’intrigue rappelle aussi DIX PETITS NEGRES, associé à une bonne dose du NOEL D’HERCULE POIROT. Ce n’est donc pas le plus original ni le plus convaincant des bouquins de Queen. Cependant, le côté huis-clos, cosy mystery en période de Noël reste agréable : il s’agit presque d’une figure imposée pour les auteurs de romans policiers et l’ambiance est ici réussie. On apprécie le climat feutré et, pour un peu, on entendrait tomber les flocons ou crépiter les buches dans la cheminée. Ne manque qu’un grog et une playlist plein de clochettes et de merry christmas.

En dépit du côté irréaliste du roman (difficile d’imaginer un criminel élaborer un plan d’une telle complexité et « oublier » de prêter attention aux éléments qui permettront à Ellery de l’identifier), le tout reste une lecture plaisante et divertissante. S’il ne peut rivaliser avec les meilleures réussites de son/ses auteur(s), LE MOT DE LA FIN se déguste agréablement au coin du feu ou sur un transat au soleil.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Ellery Queen, #Policier, #Whodunit, #Cosy Mystery

Repost0

Publié le 20 Mai 2022

LE MASQUE DE FU MANCHU de Sax Rohmer

Sax Rohmer est un auteur à jamais associé à son personnage de génie du Mal, le Docteur Fu-Manchu, incarnation du Péril Jaune qui deviendra archétypal et source d’inspiration pour des criminels ultérieurs comme le Ming de Bob Morane. Il aura même droit à un fils, dans l’Univers Marvel, en la personne de Shang-Chi le maitre du kung-fu. Dans les années ’30, Boris Karloff le campera à l’écran avant que Christopher Lee ne l’incarne à cinq reprises dans des métrages d’intérêt variable.

Vaincu dans chaque roman, il revient dans le suivant, apparemment immortel. A chaque fois, il trouve sur sa route Sir Denis Nayland Smith, décidé à l’empêcher de nuire. Ici, une fois de plus, le diabolique docteur tente de devenir maitre du monde. Bref, rien de nouveau dans cette histoire à la Fantomas. Evidemment, replaçons-nous dans le contexte puisqu’il fut publié en 1917. Bref, ce troisième opus de la saga s’avère évidemment daté…la subtilité étant de savoir si l’ensemble penche davantage vers le délicieusement suranné (à la Doc Savage) ou le simplement vieillot (à la Edgar Wallace). Alors coupons la poire en deux et disons pour ne froisser personne…quelque part entre ces extrêmes. De bons moments d’aventures exotiques rétro voisinent ainsi avec d’autres passages plus dispensables et même laborieux.

L’ensemble a clairement été pensé à la manière d’un serial, pour une publication épisodique à la manière des pulps. Le bouquin avance donc de façon erratique en recourant à tous les tropes du genre : évasions, passages secrets, repère dissimulé, meurtres bizarres, gadgets, etc. Le tout se lit sans déplaisir mais, également, sans réelle implication et finit par tourner un peu en rond. En dépit de la multiplication des péripéties, le roman ne laisse pas vraiment d’impression durable et s’apparente surtout à une variation sur Sherlock Holmes, l’ingéniosité en moins, revisité par l’aventure exotique « de gare » et saupoudré d’une touche de fantastique.

On lira donc surtout ce MASQUE DE FU-MANCHU (alias LES MYSTERES DU SI-FAN) par curiosité, afin de parfaire sa culture des « classiques ».

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Fantastique, #Golden Age, #Policier, #Roman de gare

Repost0

Publié le 16 Mai 2022

FALAISE FATALE de Robert Thorogood

Top modèle à la vie dissolue, Polly Carter se suicide en sautant d’une falaise sur l’île de Sainte Marie. Pourtant, pour ses proches, la jeune fille n’a pas pu se donner la mort. Lorsque l’inspecteur Richard Poole se voit confier l’affaire il commence, lui aussi, à remettre en doute cette hypothèse. Seulement si les suspects semblent tous avoir un mobile ils ont également tous un alibi. Il est aidé de sa petite troupe de policiers : Dwayne, Fidel et Camille mais doit également supporter la présence envahissante de sa mère. En plus il fait très chaud et Poole n’aime pas cela. Le voilà donc obligé d’enquêter sur Claire, la sœur paralysée de la victime, sur son infirmière, sur un agent un peu louche, etc.

Créateur de la série, Robert Thorogood nous propose un « meurtre au paradis » inédit. L’ambiance reste identique à la série : du whodunit, un crime apparemment impossible, une palanquée de suspects et une réunion finale avec désignation du coupable dans la tradition du « cosy mystery ». Au lieu de devoir se restreindre à 50 minutes, Thorogood dispose ici de près de 500 pages pour développer son récit. Du coup il multiplie les fausses pistes, les retournements de situation et les faux-coupables. Comme l’auteur la joue « franc-jeu », le lecteur voit venir certaines révélations et anticipe l’un ou l’autre twist mais l’écrivain reste suffisamment malin pour garder quelques atouts dans sa manche. Lettres de menaces, victime sur écoute,…l’enquête avance dans un climat décontracté avec beaucoup d’humour british et une alternance de descriptions « procédurales » et de dialogues vifs et amusants.

Robert Thorogood démontre ici sa science du « cosy mystery » avec un récit qui aurait pu être publié durant l’âge d’or du genre, voici près d’un siècle. Une enquête tortueuse, un enquêteur aussi génial que parfois agaçant, une réunion de protagonistes tous plus suspects les uns que les autres mais un modus operandi inexplicable et un crime d’apparence irréalisable. Bref, un récit qu’aurait pu animer un Hercule Poirot pour un similaire mélange de policier, de suspense et de comédie sociale. Très, très plaisant !

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Cinéma et TV, #Impossible Crime, #Policier, #Whodunit

Repost0

Publié le 4 Mars 2022

UN NOEL A NEW YORK d'Anne Perry

1904. Jemina Pitt, fille du chef de la police anglaise Thomas, accompagne aux USA son amie Delphinia qui doit prochainement épouser le très riche Brent Albright. Un événement d’importance pour l’aristocratie américaine. Cependant, la mère de Delphinia ne peut être présente. En effet, Maria a abandonné sa fille voici 16 ans. Or, la crainte de la famille Albright est de la voir débarqué lors du mariage pour commettre un scandale. Le frère du marié demande à Jemina de mener l’enquête afin de la retrouver et de la contraindre, si nécessaire avec de l’argent, à se tenir à carreau. Mais lorsque Jemina retrouve la disparue ce-dernière vient d’être assassinée. Et Jemina se retrouve suspectée du meurtre !

En 1979 Anne Perry lance une série d’enquêtes victoriennes menées par Thomas Pitt et Charlotte Ellison. A raison d’un roman chaque année (ou presque), la saga compte aujourd’hui 32 titres. Beaucoup plus tard, au début des années 2000, l’écrivain écrit, chaque Noel, un court roman consacré à un personnage secondaire de ces récits, ici la fille de Thomas Pitt. Le résultat ? Une lecture plaisante et « facile » qui mise sur la description de New York au début du XXème siècle avec l’ambiance des fêtes de Noel et les relations entre les différentes classes sociales. L’énigme policière, de son coté, semble accessoire et l’identité du coupable parait immédiatement évidente. L’important n’est donc pas là. Le roman avance heureusement rapidement et les échanges de dialogues lui donnent suffisamment de vie et de « peps » pour que l’on ne s’ennuie pas. Ce n’est sans doute pas un grand roman, plutôt une petite récréation mais le tout se montre plaisant et donne envie de découvrir d’autres romans d’Anne Perry.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Historique, #Policier, #Roman court (novella), #Whodunit

Repost0

Publié le 14 Février 2022

FIRENZE ROSSA de David Didelot

Fanéditeur bien connu, David Didelot revient à la collection Karnage dont il avait signé le volume initial (sous le pseudo de Talion), SANCTIONS. Après ce premier méfait très « porno-gore », FIRENZE ROSSA rend, cette fois, hommage à deux des grandes passions de Didelot, le giallo et le Monstre de Florence. L’auteur met ainsi en scène, quoique de manière détournée, le plus célèbre des tueurs en série italiens. Actif pendant une vingtaine d’années, « il mostro » entame sa croisade meurtrière en 1968 en tuant un jeune couple (un crime que certains refusent néanmoins de lui imputer). Huit ans plus tard, il récidive, tuant un autre couple occupé à faire l’amour dans leur voiture. La fille est défigurée par 97 coups de couteau et une branche de vigne enfoncée dans son intimité. Après une longue éclipse, le monstre de Florence revient sur le devant de la scène en juin 1981 : six couples seront tués, de manière similaire, en quelques années. En septembre 1985, « il mostro » disparait. Son identité ne sera jamais révélée.

Le journaliste Mario Spezi (devenu, dans le roman, Mario Brezzi) rédige, en 1983, un livre non fictionnel qui relate cette affaire. Plusieurs films parleront également de l’enquête, de manière beaucoup plus libre : « Il mostro di Firenze », « The killer is still among us », « Hannibal » (adapté du roman de Thomas Harris), etc. Mario Spezi, associé à l’auteur de thriller Douglas Preston, revient sur l’affaire en 2008 avec LE MONSTRE DE FLORENCE. David Didelot, qui a déjà écrit un zine complet sur le sujet, s’en inspire cette fois, mêlant à ce « true crime » son amour du giallo, de l’érotisme et des bandes dessinées pour adultes italiennes (les fumetti). Pour l’amateur, c’est donc un festival de références aux actrices du « cinéma rose » (soft ou hard) comme Lili Carati, Laura Gemser et quelques autres, sans oublier les érotiques de Joe d’Amato, une poignée de giallo (avec même une référence au pire d’entre eux via un titre de journal) en particulier les plus crasseux (« Giallo a Venezia » ou « Play Motel »), la bande dessinée porno, etc.

L’auteur nous invite donc à suivre une enquête bien sanglante qui plonge dans les bas-fonds de Florence, au cœur de la fange, avec clubs libertins, viols sordides, urologie, partouzes, etc. Guère étonnant qu’une sorte d’ange de la vengeance vienne s’incruster dans le paysage pour nettoyer tout ça à coup de scalpels.

Moins extrême que SANCTIONS (mais, cependant, fort sanglant et cul, que l’on se rassure !), ce deuxième roman se montre plus maitrisé avec plusieurs intrigues en parallèles qui, forcément, se rejoignent lors d’un final satisfaisant. L’auteur n’hésite pas à plier la réalité à sa plume pour imaginer un monde où le monstre est démasqué, terminant son récit de manière classique et effective. Un bel hommage au giallo dont nous aurions tort de nous priver !

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Erotique, #Gore, #Horreur, #Policier, #Thriller, #Splatterpunk

Repost0

Publié le 11 Février 2022

LA DERNIERE ENQUETE DU CHEVALIER DUPIN de Fabrice Bourland

Créé par Edgar Allan Poe et héros de trois enquêtes (la plus célèbre restant « Double assassinat dans la rue Morgue »), le chevalier Auguste Dupin fut, à l’image de son successeur Sherlock Holmes, ensuite repris par divers continuateurs. Pour son troisième roman, Fabrice Bourland s’empare du personnage et tente de résoudre le mystère entourant son décès, ainsi que ceux du poète Gérard De Nerval et même…d’Edgar Poe. La solution se situerait dans les daguerréotypes qui pourraient, selon certaines, théories, capturer l’âme pour créer un double spectral qui, par divers rituels, peut ensuite prendre vie et remplacer l’original. Le romancier puise son inspiration dans divers évènements insolites mais avérés concernant les personnages mis en scène afin d’élaborer une intrigue où se mêle fantastique, policiers et références littéraires.

Prototype du « armchair detective », le chevalier cogite longuement dans son appartement et se livre à quelques tours de déduction proche de Sherlock Holmes (lequel ne le portait guère dans son cœur). En associant le docteur Pau, le corbeau et la poésie voici que Dupin semble deviner les pensées de son ami Carter Randolph, lequel songe à Edgar Poe. Carter Randolph est une création plus récente, l’équivalent d’un Watson pour Holmes, dont le nom se réfère directement au Randolph Carter de Lovecraft. Clin d’œil encore ! Outre les précités, le détective rencontre également Alexandre Dumas et, par un subtil jeu littéraire très « méta » (comme on dit aujourd’hui), le détective inventé par Poe finit par s’interroger sur les causes du décès de…Poe. Une réflexion en boucle aussi référentielle qu’amusante.

En 128 pages et avec une préface en forme de boutade qui nous invite à questionner la véracité du récit, l’auteur ne développe guère son intrigue ni ses protagonistes mais offre une plaisante récréation entre l’hommage distancé, la comédie policière et le fantastique. Pas indispensable mais suffisamment plaisant pour occuper le lecteur durant deux heures.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Fantastique, #Historique, #Policier, #Whodunit

Repost0

Publié le 6 Février 2022

MEURTRES DANS LE DECAGONE de Yukito Ayatsuji

Publié en 1987, THE DECAGON HOUSE MURDERS constitue le premier roman de Yukito Ayatsuji qui va ensuite fonder le mouvement Honkaku et rassembler les Honkaku Mystery Writers of Japan. L’idée du Honkaku est de revenir aux fondamentaux « honnêtes et authentiques » de l’Age d’Or du roman policier : bref de jouer fair-play et de retrouver la complexité des whodunit d’Ellery Queen et consorts.

THE DECAGON HOUSE MURDERS se présente immédiatement comme un hommage avoué aux DIX PETITS NEGRES. Sept étudiants, membres d’un club de littérature policière, passent une semaine sur l’île de Tsunojima où, six mois plus tôt, s’est produit un crime resté irrésolu. Les étudiants répondent à des surnoms empruntés aux grands maitres du policier : Ellery, Agatha, Van Dine, Poe, etc. Une fois sur place, une des jeunes femmes meurt assassinée avant qu’un écriteau n’annonce « La première victime ». Pendant ce temps, au Japon, un ancien membre du club, Kawaminami, reçoit des lettres de menace le rendant, avec les autres étudiants, responsable de la mort d’une jeune fille.

Whodunit classique et référentiel, le roman enferme ses protagonistes dans une étrange maison en forme de décagone et, logiquement, ils seront assassinés un par un. Deux hypothèses coexistent : un membre du groupe tue ses camarades ou le meurtrier ayant sévi six mois plus tôt, caché sur l’île, a repris ses sanglantes activités.

En 320 pages, Yukito Ayatsuji alterne adroitement deux intrigues parallèles : l’une se déroule sur l’île et voit les étudiants périr à tour de rôle, l’autre prend place au Japon. Le final, après une misdirection monumentale, va réunir les deux histoires pour une révélation fracassante et une longue et détaillée explication, par le meurtrier, de la manière dont il a procédé.

Pour les amateurs de policiers à l’ancienne, de whodunit et de crimes impossibles, THE DECAGON HOUSE MURDERS s’avère incontournable (il a été classé dans les 10 meilleurs romans policiers de tous les temps) et donne envie de découvrir davantage le roman policier à la japonaise.

MEURTRES DANS LE DECAGONE de Yukito Ayatsuji

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Impossible Crime, #Policier, #Whodunit

Repost0

Publié le 24 Janvier 2022

LE FANAL DE LA MORT de Paul Doherty

Le moine Athelsan et le coroner John Cranston (« grande gueule et gros cul ») reviennent pour une nouvelle enquête historique aux frontières du possible. Car, comme toujours, Paul Doherty aime le mystère et concocte une fois de plus quelques « impossibilités » que devront expliquer notre duo d’investigateur : un cambrioleur insaisissable, une disparition inexplicable de trois matelots sur un navire, des crimes étranges,…Le tout dans le Londres froid et crasseux de 1379, alors que des pirates français menacent et que l’ambiance se fait lourde, bien que Cranston reste, lui, fidèle à ses habitudes. Bref, il boit (et même beaucoup), s’endort dans les brumes de l’alcool, ripaille, conte inlassablement ses exploits dans les tavernes, etc. Cela ne l’empêche pas d’être efficace et intelligent. Athelsan, de son côté, demeure calme, posé, réfléchi, adepte d’une méthode quasi scientifique et, osons l’anachronisme, holmésienne avant l’heure. Autrement dit, une fois toutes les pistes envisagées et l’impossible éliminé ne reste que la vérité aussi invraisemblable qu’elle puisse paraitre.

Doherty reste fidèle à sa méthode, rodée dans d’innombrables best-sellers : il plonge le lecteur dans le Londres médiéval avec une précision d’historien mais sans sombrer dans le didactisme. Autant dire que son Moyen-âge se montre plus réaliste que la vision véhiculée par les films de chevalerie hollywoodiens. Ici, les rues sont sales, les vêtements tout aussi crasseux, les voleurs courent les rues, les ribaudes appâtent le client, les jurons volent et la ville, disons-le tout net, pue la merde. L’auteur nous offre donc un petit cours d’Histoire, assorti de considérations sur la situation politique et sociale de l’époque. Pour ne pas effrayer les allergiques aux « purs » romans historiques, Doherty concocte une énigme, comme toujours complexe, tordue et bien menée, assortie de crimes « impossibles » adroitement confectionnés. Un côté paillard et un humour assez gras confèrent au texte un ton plaisant et fait de ce FANAL DE LA MORT une nouvelle réussite à l’actif de l’écrivain.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Historique, #Impossible Crime, #Policier, #Whodunit

Repost0

Publié le 13 Janvier 2022

SHERLOCK HOLMES ET LES MONSTRUOSITES DU MISKATONIC de James Lovegrove

Etonnamment, alors que l’engouement pour Cthulhu n’a jamais été aussi prononcé et que nous mangeons du Sherlock a toutes les sauces depuis plusieurs années, rares sont les auteurs à avoir fusionné ces deux univers. On se souvient de l’excellent nouvelle « Une étude en émeraude » de Neil Gaiman mais peu d’autres si étaient risqués. La rationalité du limier de Baker Street se marie, en apparence, assez mal avec une horreur cosmique qu’on imagine davantage du ressort d’Harry Dickson. Néanmoins, ce deuxième volet d’une trilogie confrontant Holmes et les Grands Anciens se révèle convaincante, respectueuse et bien menée.

Au printemps 1895, Sherlock Holmes et John Watson sont fatigués. Quinze ans de combats contre les Grands Anciens ont laissé des traces : le premier a vieilli prématurément, le second a perdu son épouse. Ils acceptent cependant de traiter le cas d’un homme, amnésique et mutilé, hébergé à l’asile de Bedlam. Il est le seul survivant d’une expédition partie à l’aventure dans l’espoir de capturer un légendaire Shoggoth. Mais Holmes et Watson vont découvrir que les apparences sont parfois trompeuses…

Le roman débute à la manière de Conan Doyle avec une enquête menée par Holmes, toujours aidé de Watson. Ce-dernier prend des notes « pour plus tard » quoique l’équivalent littéraire de Sherlock soit mort, tué avec Moriarty lors du « dernier problème ». Le bon docteur a donc renoncé aux aventures, pourtant lucratives, de sa version « édulcorée » de Holmes, lequel affronte – dans les livres - des criminels ordinaires et non les entités surnaturelles combattues par le « véritable » détective. On le voit, nous sommes en plein pastiche et l’auteur ne se prive pas de quelques clins d’œil comme la présence d’un certain Joshi, bien connu des lecteurs lovecraftiens, ici personnifié en gardien de l’asile Bedlam. Les références et clins d’œil « canoniques » s’avèrent eux aussi nombreux, Watson se démenant pour transformer les rencontres surnaturels en crimes de tous les jours.

La seconde moitié du bouquin tient davantage de Lovecraft et constitue le récit d’une expédition partie à la chasse au Shoggoth. Forcément, puisqu’un des membres de la dite expédition se nomme Whateley, la situation se dégrade rapidement et des expériences pas très catholique de transferts d’identité se produisent à bord du navire.

Dans les derniers chapitres, les deux mythologises se rassemblent : Moriarty, Holmes, les Grands Anciens, les rituels, les possédés,…James Lovegrove connait sa matière et maintient l’intérêt même si le roman se montre plutôt linéaire et, en particuliers durant la partie consacrée à l’expédition scientifique, prévisible. Les connaisseurs de Lovecraft seront donc rarement surpris mais ce n’est qu’un défaut mineur car le roman, bien mené et rythmé, parvient néanmoins a maintenir l’intérêt et le lecteur passe un bon moment. De la bonne littérature d’évasion policière et fantastique.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Fantastique, #Lovecraft, #Policier, #Sherlock Holmes

Repost0