marvel epic collection

Publié le 6 Janvier 2023

FANTASTIC FOUR EPIC COLLECTION Volume 1: THE WORLD's GREATEST COMIC MAGAZINE

Sous ce titre annonçant immédiatement l'ambition se cache donc les dix-huit premières aventures des Quatre Fantastiques, sous la plume de Stan Lee et le pinceau de Jack Kirby. Evidemment, nous tenons entre nos mains, dans ce copieux recueil de près de 500 pages, un moment clé de l'Histoire de la bande dessinée américaine.

Pour ceux qui ont été plongé dans la même hibernation que le Captain America, les Fantastic Four (ou FF pour les intimes) sont un quatuor (logique) d'amis composés de Reed Richards, le génie, de sa copine Susan 'Sue" Storm et de son frère, le dragueur benêt Johnny qui adore jouer des tours pendables au musclé Ben Grimm. Après une visite dans l'espace, nos quatre copains sont transformés, par les rayons cosmiques, en super-héros.

Bon, l'action peut débuter. Malheureusement, ces premières aventures ne sont pas très palpitantes. Les personnages sont vraiment schématiques: Reed est un savant génial et riche au pouvoir d'élasticité assez risible mais grand meneur d'hommes. Il faut dire qu'il n'est pas aidé par Johnny Storm, lequel aime tellement impressionner les demoiselles avec ses flammes qu'il épuise son pouvoir et se retrouve inutile lors des combats. Ben Grimm, alias La Chose, se contente de castagner lorsqu'il ne redevient pas brièvement humain. Quand à La Femme Invisible elle n'a pratiquement aucune utilité, à part de rendre Reed jaloux en lançant des œillades à Namor.

Les scénarios, typiques du comics des sixties, sont simplistes à souhait: Ben et Johnny se chamaillent, un méchant surgit, Reed sonne la fin de la récréation et l'équipe gagne au terme des 22 pages réglementaires. Contrairement à Daredevil ou Spiderman, les FF n'ont pas d'identité secrète, ce qui apporte une certaine originalité aux BD mais limite aussi les possibilités dramatiques. Ils manquent également d'une galerie de personnages secondaires intéressants et sont franchement trop "propres sur eux". Seule Alicia Masters, la future petite amie aveugle de Ben apporte une touche d'intérêt. Alors que le lecteur peut s'identifier facilement aux problèmes d'un Peter Parker harcelé et fauché, difficile de se passionner pour ce quatuor à qui tout réussi.

Cependant, la galerie de vilains présentée emporte l'adhésion: le génial scientifique défiguré Fatalis, le pitoyable Homme Taupe, le noble et ambigu Namor, les dangereux métamorphes extraterrestres Skrull, le Fantôme Rouge et ses super-singes, etc.

Ce premier volume accuse son âge (60 ans!) et parait souvent atrocement daté (dessins tout juste potables, bulles de textes redondantes et envahissantes, intrigues risibles, comportement absurde et / ou immature de nos héros,…) mais demeure une intéressante plongée dans la nostalgie des origines de Marvel. Si aucune de ces histoires n'est mémorables, le tout reste agréable à lire (ou à picorer) pour les plus indulgents et les curieux.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 12 Août 2022

CAPTAIN AMERICA : BLOOD AND GLORY

Mark Gruenwald continue son très long run sur Captain America avec les épisodes 398 à 410, rassemblés dans un nouveau épais volume des « Epic collection ». Les premiers épisodes proposés ici sont assez déstabilisants, ils participent au vaste crossover Marvel du début des années ’90, OPERATION GALACTIC STORM. Le lecteur ressent donc clairement les manques puisque les épisodes proposés sautent bien des éléments de l’histoire. En dépit de ce côté fragmenté, l’ensemble donne envie de se plonger davantage dans ce crossover (disponible en Epic, ça tombe bien !).

Comme le Captain est dans l’espace, les « remplaçants » gèrent les problèmes terrestres et US Agent et le Faucon partent délivrer Demolition Man. Pendant ce temps, Crossbones capture la petite amie du Cap’, Diamondback et tente de la retourner, au propre comme au figuré. Crâne Rouge, lui, rassemble toujours sa petite armée de super méchants. Les différentes lignes narratives sont assez éclatées et ne trouvent un aboutissement que dans les derniers chapitres.

Cependant, le gros du volume se consacre à la fameuse intrigue du « Cap Wolf ». En effet, parti à la recherche de John Jameson, la Sentinelle de la Liberté, aidé de Docteur Druid, tombe sur une ville peuplée de lycanthropes. Wolverine, Wolfsbane, Werewolf by Night et quelques autres se retrouvent embarqués dans ce récit qui culmine lorsque Cap’ lui-même devient un loup-garou ne s’exprimant plus que par des grognements bestiaux. Tout ça peut sembler ridicule (ça l’est un peu), quelque peu tiré en longueur (peu aidé par l’habitude de cette époque de répéter, par le texte, ce qu’on voit à l’image) mais l’ensemble reste divertissant et finalement mémorable… bien que pas toujours pour les bonnes raisons. Les intrigues de complément, plus courtes, autour de la relation qui se noue entre Crossbone et Diamondback fonctionnent elles aussi de manière efficace et se montrent plus mâtures et sérieuses. Le tout aurait mérité d’aller plus loin dans le côté violent / syndrome de Stockholm / malsain mais dans le cadre d’une production grand public cela reste crédible et bien mené.

La fin du volume se consacre à un crossover d’environ 160 pages entre Cap et le Punisher, forcément opposés sur la manière de rendre la justice. L’intrigue, assez classique, donne davantage dans le thriller d’espionnage que l’action super héroïque. Au fil du récit, le manichéisme initial s’efface et nous plongeons dans la zone grise de la politique fiction avec ses magouilles et autres combines gouvernementales. En parallèle les deux héros finissent par s’apprécier jusqu’à un final très convaincant dans sa simplicité. Les dessins, également plus sombres et adultes, sont adaptés à cette intrigue de bonne tenue.

BLOOD AND GLORY est donc un Epic en demi-teinte, alourdit par des « morceaux de crossovers » et une narration parfois bien lourde (toutes ces redondances fatiguent !) mais globalement plaisant. La saga du « Cap Wolf » reste fun, les sous-intrigues liées à Crossbones se montrent intéressantes et le crossover final avec Punisher confère au personnage une tonalité plus adulte et violente bienvenue.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 24 Juin 2022

MARVEL EPIC COLLECTION - CAPTAIN AMERICA: THE BLOODSTONE HUNT

Un nouveau épais tome de la collection Epic. Il comprend les épisodes 351 à 371 de la série Captain America, datant de la toute fin des années ’80. Mark Gruenwald poursuit l’écriture de ce très long run qui s’inscrit dans la suite du précédent et réussi THE CAPTAIN.

Où en sommes-nous ? Steve Rogers est redevenu le Captain America, récupérant son bouclier et son costume. John Walker, son remplaçant, accepte de se mettre en retrait. Mais, lors d’une conférence de presse, Walker est abattu par un sniper. Le Captain, Peggy Carter, Nick Fury et Battlestar mènent l’enquêtent. Ils apprennent que Walker est toujours vivant : le gouvernement lui a donné une nouvelle identité secrète, celle de U.S. Agent. Les intrigues suivantes placent Cap’, à la tête des Avengers, face aux Super Soldats Soviétiques. Redevenu enfant à la suite d’un sortilège, Cap’ infiltre une secte menée par Mother Night.

L’arc qui donne son titre à cette anthologie s’étend sur six épisodes : le Baron Zemo recrute Batroc, l’expert français de la savate à l’accent impayable, Machette et Zaran pour reconstituer une pierre magique. Une pièce très plaisante, qui voit Cap’ associé à une Diamondback chaude comme une baraque à frites. La « bloodstone hunt » est très agréable à lire, plein de rebondissements, d’action et d’aventures, avec le toujours fun Batroc au code de l’honneur particulier qui émaille ces combats de « sacrebleu » et autre « m’sieur ».

La suite implique Crossbones, le retour de Crâne Rouge et un détour par le crossover « Acts of Vengeance » (en 3 parties). C’est également plaisant et une lecture des épisodes enchainés gomment certains défauts (c’est parfois trop lent et quelques histoires sont médiocres). Cela reste typique du comic-book de cette époque, avec souvent une narration un peu pesante ou des pensées redondantes des héros dont on pourrait se passer en regardant simplement les images. Mais, dans l’ensemble, le lecteur passe un bon moment.

Le côté plus politique, violent et mâture de THE CAPTAIN s’efface devant des récits surtout basés sur l’action et les combats classiques contre des super méchants. Parfois longuet (le destin de John Walker se devine en 2 pages mais prend plusieurs épisodes), parfois naïf (la romance reste un brin neuneu et Diamondback se la joue vraiment chaudasse émoustillée par Cap’), tout cela possède le charme du bon comics mainstream d’antan.

De leurs côtés, les dessins sont d’un bon niveau général, pas trop détaillé mais pas bâclés non plus. On retrouve évidemment le mélange habituel de mâles très musclés et de femelles sexy portant des tenues improbables et peu pratiques. Rien de honteux et rien de fantastique, du boulot honnête, illustratif mais dynamique.

En récit annexe, le combat entre Cobra et Mr Hyde poursuit le travail du scénariste sur sa Société du Serpent. Un récit « au long cours » sur les super-vilains ophidiens plutôt sympa. En prime, quelques guest stars apparaissent, comme John Jameson en pilote. La Némésis de toujours, Crâne Rouge, est de la partie mais se voir ravir la vedette par le nouveau venu, le redoutable Crossbones.

Bref, BLOODSTONE HUNT demeure un tome sympathique à conseiller aux fans du personnage.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 10 Juin 2022

MARVEL EPIC COLLECTION - CAPTAIN AMERICA: THE CAPTAIN de Mark Gruenwald

Encore un épais volume de la « Epic Collection ». Il succède à deux collections sympathiques, SOCIETY OF SERPENTS et JUSTICE IS SERVED, poursuivant l’idée d’un Steve Rogers jetait dehors par le Gouvernement. Du coup Steve poursuit sa croisade mais sous le sobriquet plus sobre de Captain. Pendant ce temps, John Walker, alias Super Patriote, est engagé pour reprendre le flambeau et, surtout, le bouclier.

En 20 épisodes pour 520 pages, THE CAPTAIN développe ce récit et suit, en parallèle, les deux incarnations de la Bannière Etoilée. Steve Rogers se retrouve ainsi entouré du Faucon, de Demolition Man, de Nomade et de la totalement inutile Vagabond. Walker, de son côté, sombre dans la folie furieuse lorsque son identité est dévoilée et ses parents assassinés. La Society Of Serpents revient également sur le devant de la scène avec une Diamondback chaudasse et une multiplication des méchants amusante. Une vingtaine de vilains « reptiliens » se disputent la tête de l’organisation sur laquelle Viper lance une sorte d’OPA. Les membres de la Société sont vraiment divers, ils vont de gugusses costumés sans véritable pouvoir à des super criminels plus dangereux et puissants. Leur réunion fait donc sourire mais retrouve le côté outrancier et divertissant des comics d’antan.

Conspirations, combat de Captain contre Iron Man (en pleine guerre des armures), affrontement avec l’un ou l’autre vilains de seconde zone, passages WTF (Ronald Reagan transformé en serpent monstrueux après avoir été drogué par la Société),…beaucoup de choses se passent et, franchement, la plupart d’entre elles sont fun et énergiques. Bien sûr, on n’échappe pas à quelques passages risibles, à une caractérisation parfois fluctuante ou minimale des personnages (Nomade est pénible, Vagabond devrait recevoir un autocollant « sert à rien » sur le front, Diamondback a des yeux qui crient braguettes à chaque apparition d’un encapé musclé), à des costumes tout en excès, etc. Les bulles de pensées, un peu trop nombreuses, ralentissent souvent l’intrigue et sont redondantes par rapport aux dessins. La qualité est également en dent de scie : si la plupart des épisodes sont réussis d’autres restent anecdotiques. Heureusement, les premiers sont plus nombreux que les seconds.

Bref, si on supporte les bémols habituels des comics des années ’80 (tout en poses iconiques et en dialogues grandiloquents), ces défauts n’en sont, en réalité, pas vraiment.  Ils servent simplement à accroitre le potentiel d’une intrigue dans l’ensemble bien gérée malgré une longueur conséquente (près de deux ans de publication quand même !).

Si le récit ne cherche pas à se montrer plus profond qu’il ne l’est, l’auteur s’attaque assez frontalement aux excès du patriotisme et du vigilantisme. Il pose aussi la question de la problématique des héros costumés et la nécessité de protéger leur identité (anticipant CIVIL WAR). Bref, THE CAPTAIN combine le côté déjanté des comics (costumes folkloriques et plans de domination absurdes) avec leurs aspects plus sérieux. D’ailleurs, pour un comic Marvel mainstream, l’ensemble ne détourne pas les yeux de la violence lorsque le nouveau Cap’ se déchaine et se venge des meurtriers de ses parents.

Visuellement, THE CAPTAIN bénéficie de planches classiques avec des compositions traditionnelles et des dessins efficaces : propres et nets sans être fulgurants, ils servent le récit pour un résultat souvent enthousiasmant. A l’image de cette collection de belle tenue, à conseiller aux amateurs de la Sentinelle de la Liberté.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 22 Avril 2022

MARVEL EPIC COLLETION: CAPTAIN AMERICA VOL. 12: SOCIETY OF SERPENTS

Tome 12 de la collection « Marvel Epic » qui permet de revisiter à prix modique l’Histoire de Marvel, voici donc les épisodes 302 à 317 de Captain America, associé à une courte histoire « sociale » tirée de Marvel Fanfare. Coscénarisée et dessinée par Frank Miller, cette intrigue à base d’incendiaires fonctionne agréablement avec un ton sérieux et un message patriotique et positif bien géré.

Par la suite, le recueil propose quelques intrigues au long cours. Dans la première Cap’, aidé de son partenaire Nomad, s’oppose à l’impayable mercenaire français Batroc (« sacre bleu ! ») lequel a réussi à lui voler son bouclier afin que Stane (l’ennemi d’Iron Man qui, à cette époque, a pris le contrôle de Stark Industries) recrée le fameux alliage indestructible. Jack Monroe, alias Nomad, est un de ses personnages mineurs à l’histoire compliquée : il fut le troisième Bucky avant de devenir le nouveau Nomad, un super héros terne au costume quelque peu ridicule. Son histoire personnelle a été retcon plusieurs fois mais tenter de suivre tout cela est fatigant et sans grand intérêt. On se contentera de dire que son partenariat avec Cap’ ne laisse pas de souvenirs notables.

Toutefois, ces épisodes restent agréables : Batroc – lui aussi assez risible – est un adversaire amusant, avec un code de l’honneur intéressant et une élocution hilarante à base de « m’sieu » et autres expressions datées se voulant franchouillardes. Il ne lui manque qu’une baguette et un accordéon. Bref, tout ça n’est pas spécialement génial mais, dans l’ensemble, cet arc se lit agréablement et offre au lecteur un bon moment : du comic-book divertissant, quelque peu old school (voire suranné) et des dessins de qualité.

Les dix épisodes suivants se consacrent à la Société des Serpents, un regroupement de super vilains inspirés par les reptiles. Nous avons également droit à l’apparition d’un autre vilain bizarre, Madcap, qui utilise un pistolet à bulles euphorisant, une sorte de dingue dans la tradition du Joker. Armadillo s’ajoute à la liste des criminels délirants : après une expérience il acquiert une force augmentée et une armure biologique qui le rend invulnérable. Il s’engage ainsi dans une fédération de catch utilisant des lutteurs avec des super pouvoirs (une idée géniale !). Le grand méchant ennemi du nationalisme, l’infâme Flag Smasher, est également présent et s’attaque carrément à la bannière étoilée ! Cap, forcément, voit rouge lorsqu’on s’en prend ainsi au symbole de la liberté ! Et les Serpents dans tout ça ? Ils se vendent au plus offrant, une belle bande de super-putes (pardon, de super mercenaires) qui commencent par assassiner Modok afin de se faire un nom dans le crime organisé. Ils manquent un peu de caractérisation mais le gimmick ophique s’avère amusant.

Les intrigues de Mark Gruenwald sont, dans l’ensemble, plaisantes mais n’évitent pas certains écueils en particulier l’abondance du texte, souvent redondant par rapport aux dessins. Le lecteur peut souvent survoler ces pavés textuels puisque les dessins, de qualité, se suffisent à eux-mêmes : à quoi bon décrire en trois phrases ce que l’on nous présente d’une simple image ? Mark Gruenwald invente pratiquement l’audiodescription dans la bande dessinée, sans doute pour affirmer qu’il œuvre dans le littéraire et le raffiné. Les membres de cette Société du Serpent sont haut en couleur (au propre comme au figuré) avec des costumes peu pratiques, voyant, flashy,…leurs pouvoirs sont, également, variables : l’acrobate de cirque Princesse Python ou Diamondback n’ont que des gadgets tandis que Asp et Rattler paraissent plus redoutables. Néanmoins, toute cette petite bande parait peu dangereuse (on pense aux vilains folkloriques de la série télé « Batman ») et le scénariste se concentre surtout sur les problèmes personnels du Cap. Alors qu’il est déjà épuisé par sa double vie de justicier et de dessinateur de comics, il s’installe une « hotline » afin de pouvoir agir dans toute l’Amérique, quitte à sacrifier sa vie amoureuse déjà bien perturbée. Le côté réflexif du dessinateur de Captain America (le comic book) qui, en réalité, est Cap lui-même amuse également mais se montre trop peu développé pour pleinement convaincre.

Dans l’ensemble, ce Marvel Epic fonctionne agréablement : rien de vraiment mémorable mais rien de mauvais ni même de moyen : une suite de bonnes histoires qui dosent habilement le mélodrame, l’intimiste, le spectaculaire et l’action. Un tome finalement très estimable et, surtout, très distrayant et fun, ce qui est (ou devrait être) la base pour un comic-book super héroïque.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 21 Janvier 2022

MARVEL EPIC COLLECTION - VENOM: SYMBIOSIS

Premier épais recueil consacré à Venom dans la collection « Marvel Epic », SYMBIOSIS remonte aux origines du mythique anti-héros / super vilain avec l’acquisition, par Spiderman, d’un mystérieux costume noir durant le crossover GUERRES SECRETES. Le recueil reprend donc une dizaine de numéros d’Amazing Spider-man et, notamment, le célèbre N°300. A cela s’ajoute des épisodes tirés de Web of Spiderman et Spectacular Spiderman, parfois en ne reprenant que les pages principales, celles où Venom apparait, ce qui donne davantage d’homogénéité à ce recueil et évite la lecture fastidieuse d’épisodes entiers tirés de la continuité. Bien ficelée, l’anthologie ajoute donc du matériel supplémentaire (parfois une simple page) de différentes revues afin de rassembler toutes les premières apparitions de Venom de manière harmonieuse et chronologique. Si le fidèle de Spidey a probablement déjà lu une bonne partie des titres proposés, dont beaucoup sont de petits classiques de notre araignée du quartier préférée, les relire ainsi s’avère agréable.

Le lecteur se remet ainsi en mémoire les principaux faits concernant Venom : l’aide apportée par les Fantastiques pour se débarrasser du symbiote, la possession d’Eddie, le bizarre code de l’honneur du criminel, etc. Parmi les titres plus obscurs et anecdotiques, le bouquin propose deux épisodes du très oublié Darkhawk et le graphique novel « Avenger : deathtrap – The Vault » d’une soixantaine de pages, publié en 1991 et dans lequel Venom tient un rôle important. Des aventures dont l’intérêt demeure essentiellement historique et permet d’apprécier la légère évolution du personnage quoiqu’il se limite ici à vouloir se venger de Spiderman. Il tient donc bien plus du super vilain détraqué que de l’anti-héros qu’il deviendra par la suite.

Forcément, comme tous les recueils de ce type, le pire côtoie le meilleur, tant au niveau des dessins que des scénarios et l’une ou l’autre histoire peuvent être zappées sans regret par les plus pressés (Les deux épisodes de Darkhawk sont quasi sans intérêt) mais, pris dans son ensemble, ce SYMBIOSIS se montre réussi et carrément indispensable pour les fans de Venom.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Comic Book, #Marvel Comics, #Spiderman, #Marvel Epic Collection

Repost0

Publié le 3 Décembre 2021

WHO WILL JUDGE THE HULK? d'Archie Goodwin, Harlan Ellison et Roy Thomas

Un demi-siècle ! Voici un beau voyage en arrière aux temps lointains de la Maison des Idées, ce que l’on dénomme à présent l’Age de Bronze. Pourtant, la plupart des scénarios ici proposés ne semblent pas datés et tiennent encore très bien la route. On y trouve évidemment quelques facilités et autres naïvetés d’un temps plus « simple » et sans doute plus manichéen. Mais cela ne gène pas le plaisir de lecture tant les différents chapitres sont enlevés et inventifs. Ils capturent la condition de Hulk, moins super-héros / vilain que paria en quête d’un remède à sa condition (comme le Werewolf by Night ou Man Wolf)…bref le Hulk évolue dans un univers qu’il craint de détruire, d’où ses difficultés à poursuivre sa relation avec Betty Ross. Les tentatives du Général Ross de le retransformer en Bruce Banner occupent, par conséquent, une bonne partie de ce run surtout que Mr Fantastic essaie lui aussi de lui rendre son apparence humaine. Souvent, malheureusement pour le Titan Vert, l’expérience fonctionne mais une menace l’oblige à se « sacrifier » pour laisser de nouveau parler la bête.

Les vilains rencontrés sont, eux, variés : le Leader, un cafard soumis à une évolution accélérée, le Caméléon et Hydra. Il aboutit également dans un monde subatomique dans lequel il tombe amoureux d’une souveraine à la peau verte, Jarella. Le Hulk se confronte également à quelques héros, notamment Doc Samson, les anciens X-Men Havok et Polaris, les Avengers (à l’occasion d’un crossover en deux parties), Ant-Man.

Dans un épisode mémorable, le Hulk est mis en jugement par une grande partie de la communauté super-héroïque mais trouve un défenseur en la personne de l’avocat Matt Murdock. La question n’est plus de séparer l’homme de l’artiste mais bien l’homme du Hulk. Autre réussite, le chapitre où, après avoir absorbé les particules Pym, notre géant se retrouve à la taille d’un Playmobil et doit combattre les rats lancés à ses trousses par Hydra. Très fun, d’autant que l’arc se poursuit dans le monde de Jarella où le Hulk devient une sorte de libérateur anticipant l’excellent PLANET HULK publié plusieurs décennies plus tard !

Si le pathos peut sembler pesant par moment (surtout lorsque l’on lit les différents épisodes à la suite), la qualité des scénarios proposés, l’art du montage et l’enchainement des cases emportent l’adhésion, aidés par des dialogues très convaincants qui ne sombrent jamais dans le ridicule. Cerise sur le gâteau de cette excellente collection, les dessins sont souvent formidables et constituent le meilleur de cette époque : dynamiques, précis et incroyablement expressifs par l’utilisation totalement maitrisée des ombres et autres lignes de mouvement.

WHO WILL JUDGE THE HULK s’avère donc un témoignage de la qualité que pouvait atteindre le comic « mainstream » au début des années ’70 et le lecteur serait bien en peine de trouver un seul épisode réellement faible dans cet épais recueil. Hautement recommandé !

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Comic Book, #Marvel Comics, #Marvel Epic Collection, #Superhéros, #Hulk

Repost0