comic book

Publié le 4 Novembre 2022

BATMAN: UN DEUIL DANS LA FAMILLE de Jim Starlin

Ce récit constitue un des événements les plus « scandaleux » de l’histoire de DC Comics. Retour en arrière : Dick Grayson est devenu Nightwing, laissant Batman sans partenaire. D’où la création d’un nouveau Robin, le bad boy Jason Todd. Succédant au très gentillet Dick, Jason éprouve bien des difficultés à s’imposer auprès des lecteurs. Problème : que faire de ce personnage voulu populaire et finalement peu apprécié ?

DC Comics imagine donc un coup marketing : permettre aux lecteurs de décider de son sort via un coup de téléphone à la rédaction. Les comics entrent dans l’ère de l’interactivité. Pour sauver Robin tapez deux, on se retrouve après une page de publicité.

Jason part donc à la recherche de sa maman disparue et, en Ethiopie, tombe sur un os nommé Joker. Va-t-il survivre à cette rencontre ? Le lectorat décida que non. Du coup, les auteurs y allèrent franco : le « garçon merveille » deuxième génération se fait rétamer à coup de barre à mine. Puis une bombe scelle son destin (pas de spoiler, le titre du recueil est suffisamment explicite). Batman bascule peu à peu dans le côté obscur et Superman apparait pour sauver les meubles. Pour les plus fragiles, Jason reviendra d’entre les morts mais c’est une autre histoire…

Typique de son époque, UN DEUIL DANS LA FAMILLE se montre quelque peu schizophrène dans sa narration, passant de moments naïfs, voire gnan-gnan, à d’autres nettement plus sombres et violents. Il anticipe cependant le basculement des aventures de Batman vers davantage de noirceur au cours des années ultérieures.

Les dialogues accusent le même défaut, parfois pertinents, parfois médiocres, et les couleurs flashy semblent d’un autre temps. Les dessins sont néanmoins réussis et, dans leur genre quelque peu daté, efficaces, tout comme la mise en scène des planches. La narration fonctionne, elle aussi, de belle manière avec un côté feuilletonnesque marqué et une tendance au cliffhanger à la manière des serials d’antan. Cela se lit donc sans déplaisir.

En dépit de ses bémols, l’ensemble reste donc agréable et, quoiqu’on en dise, peut être considéré comme un incontournable de la Bat-chronologie. Sans être un classique pour des raisons intrinsèques, UN DEUIL DANS LA FAMILLE se montre suffisamment marquant et important pour s’imposer comme une lecture conseillée aux fans du Chevalier Noir.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Comic Book, #DC Comics, #DC, #Batman, #Superhéros, #Superman

Repost0

Publié le 28 Octobre 2022

SUICIDE SQUAD TOME 1: TÊTES BRULEES d'Adam Glass

Premier recueil de la Suicide Squad, période New 52, daté du début des années 2010 et publié en français pour accompagner la sortie du médiocre (premier) film.

D’une main de fer, Amanda Waller dirige une belle bande de criminels hétéroclites choisis parce qu’ils ont passé avec succès un test bien barbare (dans les premières planches). Du coup, le meilleur assassin du monde, Deadshot, voisine avec la toujours cinglée Harley Quinn, un El Diablo en quête de rédemption, le monstrueux King Shark, etc. L’ensemble, au point de vue scénaristique, n’évolue pas beaucoup d’une intrigue à l’autre : après la création de l’équipe, on implante une mini bombe dans le cou de chacun des membres de la Squad pour les expédier direct sur le terrain. Après tout ce sont des criminels irrécupérables alors autant qu’ils servent à quelque chose.

Dès lors les intrigues adoptent un ton assez proche d’un croisement entre « Mission Impossible » et les « Douze Salopards ». De l’action, des vilains de seconde zone aisément sacrifiables et forcément sacrifiés (avec des giclées de sang pour rendre le tout plus cool), un rythme soutenu qui ne laisse pas le temps de souffler (dès qu’une mission se termine nos « héros » sont envoyés combattre ailleurs) et un humour très sarcastique. Bref, du nihilisme rigolo : nos méchants ne reviennent pas vivants du récit, à l’exception des stars maisons (Deadshot et Harley) qui, eux, s’en sortiront forcément à chaque fois.

D’une aventure à l’autre, l’équipe se renouvelle tranquillement, on rappelle même Captain Boomerang pour ajouter un nom connu au « générique » mais, dans l’ensemble, il ne faut pas s’attendre à de vraies surprises dans cette histoire. Quoique les auteurs misent sur les coups de théâtre, les morts inattendues et les cliffhangers, la prévisibilité reste la norme, sachant que les « stars » ne peuvent périr et que seuls les vilains ringards connaitront un sort sinistre.

De plus, après une centaine de pages, les redondances commencent déjà à rendre le tout très linéaire. Certains passages étonnent un peu mais pas dans le bon sens du terme : malgré sa folie envers le Joker, Harley se la joue ultra-sexe et se jette littéralement sur un Deadshot qui n’en demandait pas tant. Cela aura par la suite (dans le tome 2) des conséquences. La deuxième histoire de ces TETES BRULEES se focalise d’ailleurs sur notre Harley (vroum vroum !) qui tente de récupérer le visage arraché de son poussin. On explore également, mais sans doute un peu trop rapidement, la transformation de la psy introvertie en psychopathe sous l’influence du Joker.

A l’image du (premier) film « Suicide Squad », cette série joue la carte du « trop plein » et de l’outrance, avec une certaine subversion de pacotille plaquée sur une histoire qui, finalement, exploite assez peu le côté « criminels » de nos anti-héros. Seuls King Shark se montre amusant avec sa manie de bouffer tout ce qui passe à portée de ses mâchoires. Le côté brutal est, lui aussi, finalement peu assumé : beaucoup de morts certes mais seulement chez les « chemises rouges » comme on dit dans « Star Trek ».

Au niveau des dessins, partagés par une demi-douzaine de dessinateurs, ils sont inégaux et pas toujours très réussis, bref dans une « moyenne basse ». Rien de honteux mais un manque d’homogénéité quelque peu problématique et aucune chance que le lecteur ne s’arrête longuement sur une case pour l’admirer. A l’image du tome dans son ensemble, les dessins « font le job » mais ne laissent pas de souvenirs marquants. Avouons néanmoins que le cliffhanger final titille la curiosité et pousse à la lecture de la suite. Mais sans enthousiasme excessif…

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #BD, #Comic Book, #DC, #DC Comics, #Superhéros

Repost0

Publié le 21 Octobre 2022

100% STARS WARS TOME 10 – LA FUITE de Kieron Gillen

Contient Star Wars (2015) #56-61.

Et hop, la Rébellion continue de panser ses plaies après la désastreuse bataille qui a en quelque sorte tué l’espoir (cf. le tome précédent). Alors que faire ? Bah se retrouver sur une planète paumée pour s’y reposer un tantinet. Du coup Leia prépare la suite, Han attend qu’elle l’invite à entrer dans sa chambre (lorsque le moment arrive enfin le contrebandier est déçu…la princesse n’avait pas les mêmes idées en tête) et Luke conte un brin (mais pas trop) fleurette à une autochtone. Il y a aussi quelques combats complètement gratuits contre des bestioles monstrueuses, quelques notes d’humour mais dans l’ensemble c’est plat et pas très palpitant. En fait, il ne se passe pas grand-chose, à tel point que le scénariste rapatrie une fois de plus la (soi-disant) troupe d’élite des Scar, des super combattants qui font une nouvelle fois de la figuration. On note cependant moins de manichéisme que dans les épisodes précédents, notamment avec ce personnage qui affirme « qui peut savoir quand la République a disparu et quand l’Empire a commencé ».

Les dessins sont, dans l’ensemble, plutôt bons, ce qui change de ce que chiait (désolé n’y a pas d’autre mots) Larroca depuis bien trop longtemps.

N’empêche que tout cela ne donne pas vraiment envie de poursuivre (même si le final nous y encourage) car on reste une fois de plus dans l’anecdotique et le sans conséquence. L’univers « Star Wars » parait tellement cadenassé que toute surprise semble bannie, au point que l’on peut certes apprécier la balade (les comics restent, dans l’ensemble, tous agréables et plaisant), mais sans aucune réelle passion. Finalement ce sont ceux consacrés à DOCTOR APHRA, personnage original ne devant rien à la saga cinéma, qui demeurent les plus intéressants.

Bref, une petite pause s’impose dans la saga.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #BD, #Cinéma et TV, #Comic Book, #Star Wars, #Space Opera

Repost0

Publié le 23 Septembre 2022

JE SUIS DAREDEVIL de Stan Lee, Ann Nocenti, Frank Miller, etc.

Riche volume à prix raisonnable, JE SUIS DAREDEVIL reprend la formule à présent bien connue des anthologies publiées par Panini sur des héros emblématiques de la Maison des Idées. La difficulté réside, évidemment, à choisir des histoires qui se tiennent seules et peuvent se lire indépendamment de la continuité. Mission délicate mais remplie de manière acceptable avec ce recueil qui commence, logiquement, par le tout premier numéro consacré à l’atypique et attachant super héros aveugle. « Les origines de Daredevil », daté d’avril 1964, nous conte donc le triste destin de Matt Murdock devenu aveugle mais ayant hérité, en parallèle, de super-sens et d’un « radar » capable de suppléer à sa cécité.

On enchaine avec une de ses bastons anthologiques dont Marvel à le secret, un véritable David contre Goliath puisque DD se frotte carrément à l’immensément puissant Namor, prince d’Atlantis. Ce-dernier finit par l’emporter mais le courage de Tête à cornes fait réfléchir Namor sur l’Humanité.

Les épisodes suivants voient se succéder scénaristes (Stan Lee, Gerry Conway, Jim Shooter) et dessinateurs (Gene Colan, Gil Kane) jusqu’à parvenir à la version de Frank Miller qui redéfinit le personnage au début des années ’80. Avec « Elektra », le personnage et le comic book devient sérieux, violent, mâture. L’anthologie nous offre en prime le long épisode « Dernière carte » pour illustrer une seconde fois le run de Miller.

Le reste navigue de Ann Nocenti à D.G. Chichester avant de plonger dans le XXIème siècle et le relaunch du héros sous la plume de Brian M. Bendis, Ed Brubaker ou Mark Waid. Bref, un sacré « casting » de scénaristes, Daredevil ayant souvent bénéficié des services d’écrivains chevronnés qui permirent de tirer le meilleur parti de ce héros hors-normes. Au fil du temps, Matt Murdock devient d’ailleurs plus souvent le véritable « héros » de ces récits avec ses problèmes personnels, ses seconds rôles attachants (Foggy), ses conquêtes diverses (Black Widow, Elektra, Karen Page, etc.), sa foi catholique, sa culpabilité, etc.

Evidemment, de grandes sagas manquent à l’appel : « Renaissance », « L’homme sans peur », « Sous l’aide du diable », « Le procès du siècle », « Shadowland », etc. Des titres longs à savourer dans leur intégralité et impossible à découper pour une anthologie.

Un tome très réussi et assorti de nombreux textes explicatifs venant apporter des précisions bienvenues pour aborder une « carrière » de plus de cinquante ans. Le seul défaut (ou qualité ?) de l’anthologie c’est qu’après lecture on a envie de se plonger dans les runs complets des auteurs précités.

Une bonne manière de découvrir le personnage…avant d’acheter des volumes plus conséquents.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Daredevil, #BEST OF, #BD, #Comic Book, #Marvel Comics, #Superhéros

Repost0

Publié le 16 Septembre 2022

CAPTAIN AMERICA EPIC COLLECTION : THE SUPERIA STRATAGEM de Mark Gruenwald

Et on repart pour un nouvel épisode du vaste run de Mark Gruenwald sur la Sentinelle de la Liberté. Le scénariste nous offre, par conséquent, une dose supplémentaire de soap-opéra super héroïque et d’intrigues déjantées.

Le Cap part ainsi voir Diamondback, ancienne super-vilaine passée du bon côté de la force. Mais l’appartement de la belle est détruit. Il va donc enquêter, aidé par Paladin, et découvre que Diamondback a renoué avec deux anciennes criminelles de la Société des Serpents : Black Mamba et Asp. La responsable de l’attaque est une sorte de version féminine (hum !) de Modok appelée Modam. Après diverses péripéties, Cap se retrouve sur un navire en compagnie de Superia, une cinglée qui se propose de stériliser toute la planète à l’exception d’une dizaine de milliers de privilégiées réfugiées sur son île privée. Le scénariste nous prépare un bel assortiment de méchantes de seconde zone (Princess Python, Iron Maiden, Anaconda pour les plus « connues », les autres…on passe) que vont combattre Cap, le Paladin et son pilote, John Jameson (fils de l’autre et accessoirement Man Wolf par intermittence). Le plan de Superia, misandre fanatique, est particulièrement délirant et l’idée d’une nation de « Fémizones » s’avère marrante. D’ailleurs, un des moments les plus drôles réside dans l’utilisation, par Superia, d’un appareillage destiné à transformer les hommes en…femmes ! Cap va-t-il perdre ses burnes ? Non ! Il y a des choses auxquelles on ne touche pas. Ouf ! Un peu dommage pour le lecteur qui aurait bien vu Steve Rogers avec des couettes voire un peu tapette. Il est sur une île, ne manquez plus qu’il entre dans la marine pour entonner « In the navy » avec Paladin. Mais non, Gruenwald se retient. Tant pis.

Bref, une longue histoire en six parties, parfois verbeuse mais, dans l’ensemble, très divertissante. Les dessins sont bons, sans plus, et souvent purement fonctionnels mais ces épisodes permettent à l’artiste de caser un maximum de super criminelles en bikini dans des pauses aguicheuses, ce qui rend le tout plaisant. On retrouve vraiment le côté pulp et outrancier des comics, aujourd’hui perdu au profit (hum ?) d’un sérieux souvent papal.

Parallèlement, des aventures bonus nous dévoilent le destin de Crâne Rouge, toujours aussi méchant, cette fois associé à Viper et à une poignée de vilains folkloriques comme Jack O Lantern. Le super naze Nazi se voit enlever par Hauptmann Deutschland, alias “Capitaine Allemagne” pour ceux qui ne parlent pas la langue de Rammstein. Ce-dernier veut trainer Crane Rouge en justice pour ses crimes à l’encontre de la Germanie. Cap devra sauver la mise à son ennemi héréditaire.

La seconde partie de cette collection reprend « The Adventures of Captain America », un nouveau (mais très réussi) retour sur les tout début de Cap pour une « origin story » réécrite et développée de manière plus sérieuse et réaliste. Une belle réussite et sans doute la meilleure version des origines de Cap.

Dans l’ensemble, un agréable et même enthousiasmant recueil avec son quota d’idées absurdes, de vilaines hautes en couleur et de moments WTF. On passera sur les défauts (bulles de pensées et dialogues envahissant, redondance entre l’image et le texte) pour apprécier les qualités générales et l’excellence des quatre épisodes de fin de parcours.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #BD, #Captain America, #Comic Book, #Marvel Comics, #Superhéros

Repost0

Publié le 9 Septembre 2022

DAREDEVIL TOME 3: L'ENFER de Chip Zdarsky

Suite du run de Chip Zdarsky sur le Diable de Hell’s Kitchen. Ou plutôt sur Matt Murdock puisque son alter-ego costumé se montre pratiquement absent du récit. Avec ce troisième tome, le scénariste poursuit son approche « à la Bruce Lee » : Matt refuse de reprendre le costume. Il n’est pas « venu pour se battre ». Bien sûr, le lecteur sait que le moment libérateur finira par arriver et ces cinq épisodes continuent de faire monter la pression, bien servi par des dessins précis, réalistes et riches en détails.

L’intrigue reste assez classique : les difficultés de Murdock à conjuguer sa foi catholique et son identité de justicier ne sont pas neuves. Qu’importe, c’est bien mené. La quête de respectabilité de Wilson Fisk qui veut se reconvertir dans le commerce et la légalité (en investissant massivement dans le cannabis juste avant la légalisation) est également un classique. Là encore c’est bien ficelé, en particulier lorsque le Caïd est invité à diner par une famille aussi riche que puissante qui prend plaisir à l’humilier. Mais on sait que le Wilson, aussi gros nounours qu’il puisse paraitre, il vaut mieux ne pas lui chercher des poux sur la calvitie. Sous peine de finir transformer en steak tartare dans une salle de bain !  

On suit aussi les aventures de la famille Libris : la dangereuse Izzy, le fils Thomas et la libraire Mindy, accessoirement engagée dans une relation extra conjugale avec Matt. Autre intervenant habituel des récits consacrés à Tête à Cornes : Elektra. Celle-ci décide de prendre un rôle de mentor (façon Stick) vis-à-vis d’un DD un peu trop mollasson. Le final laisse d’ailleurs clairement comprendre que le DD n’est plus aussi mou de partout et ce n’est pas Elektra qui s’en plaindra.

L’inspecteur Cole est toujours de la partie, en butte à la corruption et au laxisme de la police new yorkaise. Il se demande s’il doit privilégier la justice (légale) ou ce qui est juste (moral). Spiderman vient d’ailleurs, avec un peu d’humour, discuter du sujet. Des interrogations déjà vues dans la série (on se souvient des rencontres entre DD et le Punisher) mais toujours plaisantes.

Leland Owsley, alias le Hibou, apparait de son côté menaçant et violent. Loin du vilain bedonnant de seconde zone, il est réinventé en ambitieux criminel et prêt à grimper aux sommets de la pègre sans aucun respect pour ses adversaires.

Enfin, Foggy Nelson pointe son nez à plusieurs reprises dans une relation, comme toujours, amicale mais un peu problématique avec Matt.

Un bon « casting » qui assure tout le sel de cette histoire certes traditionnelle (la chute et la renaissance sont bien connues de DD depuis le passage de Frank Miller sur le titre voici quarante ans) mais aux dialogues crédibles qui lui confèrent le réalisme nécessaire.

Un troisième tome d’excellente tenue pour un run pour l’instant impeccable.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Daredevil, #Marvel Comics, #Superhéros, #Comic Book

Repost0

Publié le 2 Septembre 2022

GREEN LANTERN: ION LE PORTE-FLAMME de Ron Marz

Kyle Rayner le Green Lantern est devenu…autre chose. Rebaptisé Ion il est à présent le détenteur d’un pouvoir incommensurable. Après avoir appris à le maitriser, il évolue dans diverses aventures, combat un alien belliqueux dans une arène extraterrestre, affronte le fils de Darkseid avec l’aide de Donna Troy et doit faire face à la mystérieuse maladie de sa mère.

Ce recueil reprend plusieurs aventures de Ion. Les six premiers épisodes constituent l’intégralité de la saga du Porte Flamme dans laquelle Kyle apprend notamment qu’il est devenu une « sauvegarde » vivante pour les Gardiens d’Oa. L’intrigue se situe après INFINITY CRISIS et GREEN LANTERN : RECHARGE. Bref, durant 150 pages ou presque Kyle apprend à maitriser ses nouveaux pouvoirs, se souvient de ses anciennes conquêtes, de ses anciens ennemis, rencontre d’autres Green Lantern (Hal surtout) et même une version « alternative » de Green Lantern venue d’un monde parallèle en compagnie de Atom et Flash (eux-aussi en version modifiée).

Avec ce volume, le lecteur possède l’intégralité des dernières aventures de Kyle en tant qu’Ion. Normalement, cela devrait donc constituer une intrigue complexe auto-suffisante. Mais ce n’est pas vraiment le cas. Une bonne connaissance du monde DC s’avère d’ailleurs nécessaire pour aborder l’intrigue. Mais de cela on a l’habitude. Le pire ? Tout ça semble partir un peu dans tous les sens, passant d’une aventure type « origin story » à un récit de fantasy spatiale pour se terminer façon drame intime avec le décès de la mère de Kyle. Divers combats contre les méchants se succèdent (Nero, Effigie, le fils de Darkseid) sans que l’ensemble ne parvienne à se montrer réellement cohérent. Ou passionnant.

LE PORTE FLAMME constitue donc un arc assez quelconque, qui sert surtout d’introduction pour la suite, ré-établit les bases (Hal en tant que chef de corps, les Gardiens, etc.) et annonce le run de Geoff Johns sur le héros. La dernière planche annonce logiquement la suite, SINESTRO CORPS WAR. Malgré des dessins irréprochables et parfois même somptueux, le tout se lit sans déplaisir mais sans jamais s’élever au-dessus de la moyenne. Bof.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #BD, #Comic Book, #DC Comics, #Green Lantern, #Superhéros

Repost0

Publié le 26 Août 2022

EXCALIBUR: THE SWORD IS DRAWN de Chris Claremont

Voici un spin-off des X-Men lancé en 1987, peu après les événements du MASSACRE MUTANT. Kitty Pride et Kurt Wagner se remettent difficilement des blessures subies tandis qu’en Angleterre le Captain Britain tente de ne pas sombrer dans l’alcoolisme. Ils vont faire équipe pour protéger Rachel Summers et fonder une nouvelle équipe de mutants, Excalibur, amené par la suite à combattre les War Wolves et Arcade.

Vivant des aventures échevelées, très rythmées et distrayantes sur un ton beaucoup plus léger que les X-Men de l’époque, l’équipe fonctionne joyeusement. Les auteurs offrent une caractérisation intéressante des divers protagonistes, plutôt adroitement typés dans les limites d’un comics mainstream. Nous avons donc des héros bien brossés, pour la plupart répondant aux canons de l’époque (mâles virils et demoiselles séduisantes en tenues avantageuses) mais avec des failles évidentes : remord, culpabilité, peur, alcoolisme,…Nous sommes à mi-chemin entre les personnages totalement héroïques et un peu niais des sixties (la première équipe de X-Men par exemple) et le côté anti-héros qui se développera dans les nineties avec la prédominance des Wolverine, Punisher, Deadpool, etc.

Chris Claremont, de son côté, se pique toujours de « faire de la littérature » en multipliant les dialogues et les commentaires explicatifs (un peu moins qu’au début de son run légendaire sur les X-Men toutefois). Un peu lourd mais typique de l’époque. Alan Davis, lui, offre des dessins agréables et colorés, là encire typiques de leur époque mais qui restent plaisants trois décennies plus tard. Certes, tout cela peut paraitre un brin daté et les scénarios ne volent pas toujours très haut mais dans l’ensemble le lecteur (nostalgique ?) passe un bon moment.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Comic Book, #Marvel Comics, #Mutants, #X-Men - Mutants, #X-Men, #Superhéros

Repost0

Publié le 19 Août 2022

HOUSE OF X / POWER OF X de Jonathan Hickman

Après sa prestation sur les Avengers, Jonathan Hickman effectue un break avec Marvel. Lorsqu’il revient, en 2019, il propose de relancer l’univers « Mutants ». Pour ce faire, Hickman imagine deux séries qui se répondent, longues de 6 épisodes chacune : « House of X » et « Power of X ». Les voici rassemblées dans un très épais volume de 450 pages. Hickman se charge de redéfinir les X-men et toutes les séries dérivées (qui seront logiquement supprimées). Une tâche énorme que le scénariste parviendra pourtant à mener à bien.

L’intrigue est vaste : nous voyons Colossus, Tornade, Diablo, etc. sous la guidance de Xavier. Les Mutants disposent à présent d’une ressource incroyable : les fleurs de Krakoa. Celles-ci possèdent des propriétés curatives extraordinaires et prolongent la longévité. Différents ambassadeurs sont accueillis par Magneto, en remplacement de Charles Xavier, qui leur explique les souhaits des Mutants. Le récit se déplace alors de Westchester à Krakoa et nous rencontrons Marvel Girl, Wolverine et bien d’autres héros. Nous visitons également une station spatiale et assistons au combat entre les Fantastiques et les anciens membres de la confrérie, à savoir le Crapaud, Dents de Sabre et Mystique. Très vite, tout se complexifie !

Le scénariste se fait plaisir et lire ce récit d’une traite (ou du moins dans un intervalle de temps restreint) permet de ne pas se sentir (trop) perdu. Car Hickman balance de très nombreux personnages, entremêle les lignes narratives et temporelles, se permet des pages de texte dénuées de dessin qui expliquent les bienfaits des fleurs de Krakoa, le problème de l’augmentation de la population mutante ou la composition de diverses organisations en opposition.

L’intrigue passe vraiment à la vitesse supérieure en imaginant les mutants comme un peuple en construction. Ainsi, ils se détachent peu à peu de la branche homo-sapiens en se créant leur propre alphabet, leur langue, leur nation avec leurs dirigeants et leurs lois. Nous sommes ici très loin des « bêtes » bastons entre gentils mutants et mauvais mutants que proposaient les X Men à leurs débuts, voici six décennies. Le scénariste ne nous offre ainsi pas moins de dix vies possibles, soit autant de futurs envisageables, pour une mutante possédant le pouvoir de se réincarner. Or, dans tous les cas, le rêve de Xavier semble vouer à l’échec.

Servi par des dessins impeccables mis au service de l’intrigue mais capables, également, de planches d’une grande richesse, ces douze épisodes constituent une belle reconstruction de l’univers mutant. Avec une option évidente : privilégier le côté politique et social ainsi que la crédibilité de l’ensemble tout en questionnant le droit à la différence. L’option existe évidemment depuis soixante ans chez les X-men mais a rarement été aussi bien exploitée.

Entre le redémarrage, l’exploitation d’un riche passé (Hickman ne fait pas table rase mais pioche dans ce qui l’intéresse), le soft reboot et, surtout, la préparation du futur placé sous la continuité de ce riche nouveau statu quo, HOUSE OF X / POWER OF X s’impose comme une œuvre majeure de Marvel. Un déjà classique de la BD super-héroïque et un des récits les plus ambitieux de la Maison des Idées.

HOUSE OF X / POWER OF X de Jonathan Hickman

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #BD, #Comic Book, #Marvel Comics, #X-Men - Mutants, #X Men, #Superhéros

Repost0

Publié le 1 Juillet 2022

DAREDEVIL: JAUNE de Jeff Loeb et Tim Sale

Au début du XXIème siècle, Jeff Loeb et le récemment décédé Tim Sale décident de revisiter des événements marquants de l’existence des super-héros emblématiques. Aux côtés de leur chef d’œuvre, SPIDERMAN : BLEU, sort donc ce DAREDEVIL : JAUNE. Nous en sommes au tout début de la carrière de Tête à cornes, alors qu’il porte encore son premier costume jaune (d’où le titre).

Le récit, auto-suffisant, s’affranchit de la continuité et déroule une histoire complète qui peut s’apprécier sans connaissance préalable du personnage. A cette époque, Matt Murdock est obsédé par sa nouvelle secrétaire, Karen Page. Dans la « continuité », Karen sera le premier grand amour de Matt, deviendra ensuite son associée puis rompra avec lui lorsque le justicier lui révélera son identité secrète. Par la suit, Karen deviendra actrice porno avant de tomber dans la drogue et de vendre l’identité secrète de Daredevil au Caïd. Atteinte du Sida elle sera tuée par le Tireur. Loeb ne retrace pas l’entièreté du parcours de Karen, préférant permettre à Matt de se souvenir de leurs premières années. Héros accessible, justicier urbain, Daredevil affronte ainsi le Hibou mais l’essentiel du récit reste focalisé sur son alter-ego. L’avocat aveugle tente de se faire un nom avec son associé, Foggy Nelson, lui aussi amoureux de Karen.

Ce ton tragique n’exclut pas quelques passages plus légers et donne un récit solide et bien charpenté auquel on reprochera seulement une fin un peu expédiée. Dommage que le duo n’ait pas bénéficié d’une cinquantaine de pages supplémentaires pour poursuivre leur exploration du personnage de Karen. Toutefois, ce bémol ne ternit guère un ensemble fort réussi avec des personnages attachants et bien brossés. Les dessins de Tim Sale possèdent, eux, un côté un peu « spécial » et s’éloignent avantageusement du tout-venant : parfois déstabilisants, ils sont, en tout cas, très réussis, détaillés et évocateurs.

En 150 pages, DAREDEVIL : JAUNE constitue donc une excellente introduction à l’univers du héros de Hell’s Kitchen : une histoire efficace, un rythme rapide, une narration parfois elliptique mais qui prend cependant le temps de détailler les interactions entre les protagonistes,… Pourquoi se priver ? Un grand classique et une des meilleures façons de découvrir un des super-héros les plus attachants de la maison des Idées.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Comic Book, #Daredevil, #Marvel Comics, #Superhéros

Repost0