technothriller

Publié le 31 Juillet 2023

LA COLONIE DU DIABLE de James Rollins

James Paul Czajkowski écrit, sous le nom de James Clemens, des aventures de Fantasy et, sous celui de James Rollins, des techno-thrillers. Il apprécie le pulp, l'aventure, Doc Savage et Edgar Rice Burroughs, ce qui lui vaut d'être choisi pour novéliser "Indiana Jones et le royaume du crane de Crystal". En 2004, il touche le pactole avec la première aventure de la Sigman Force, TONNERRE DE SABLE. 16 autres (pour l'instant!) suivront.

LA COLONIE DU DIABLE reste dans la tradition des techno-thrillers d'action typés "page turner" à l'américaine, de la pure littérature de divertissement entre Ian Flemming, Clive Cussler, Steve Berry et Dan Brown. Un mélange un peu classique mais toujours efficace de mystères, de conspirations, de politique-fiction, de religiosité et d'aventures mouvementées avec une bonne louche de films d'actions blockbusters, des productions Cannon des eighties (celles avec Chuck Norris) aux plus récents "Benjamin Gates".

Dans ce roman, Rollins s'intéresse à l'histoire de l'Amérique et à ses Pères Fondateurs, lesquels auraient bien sûr caché diverses informations qui joueront un rôle important deux siècles plus tard, à notre époque. Fasciné par les Mormons, l'auteur y ajoute des considérations sur les tribus perdues d'Israël et leurs liens avec les Amérindiens. Une bonne manière d'entremêler des événements historiques avec d'autres, inventés ou spéculés. Et de visiter divers sites remarquables comme Yellowstone ou Fort Knox. Tout en empêchant la fin du monde et en confrontant la Sigma Force à de méchants terroristes venus de Belgique!

Malgré quelques longueurs et un excès classique du genre (il semble impossible aux auteurs de rester sous la barre des 600 pages), le roman reste très rythmé avec de courts chapitres qui précisent le jour, l'heure et le lieu de l'action. Si les théories pseudo-scientifiques avancées sont capilotractées et le final un peu en deçà des espérances, LA COLONIE DU DIABLE remplit son contrat d'évasion et d'explosions. Si Michael Bay savait lire voilà le genre de bouquin qu'il pourrait adapter au cinéma en restant fidèle à son style de prédilection.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Action, #Technothriller

Repost0

Publié le 22 Février 2023

L'HERITAGE DU LOCH NESS de Boyd Morrison

Après s’être fait les dents sur la série « Oregon » créée par Clive Cussler (à partir du tome 10), Boyd Morrison se lance, en solo, dans le roman d’aventures. Sans surprise, il donne dans le techno-thriller maritime teinté d’un zeste de fantastique. Bref, la continuité d’un Cussler ou Dan Brown. Son héros fétiche, Tyler Locke, revient ici dans une quatrième enquête sous forme de jeu de piste qui le conduit au Loch Ness.

Après un prologue historique « à la Cussler » qui confronte Charles Darwin à Nessie nous effectuons un bon de 200 ans pour atterrir à Paris, en plein sommet des pays du Moyen-Orient. Or, un attentat à lieu à la Tour Eiffel, déjoué de justesse par Tyler. Pourtant, les dirigeants commencent à mourir d’un vieillissement accéléré et le meilleur ami de Tyler, Grant, est lui aussi « empoisonné ». Les responsables sont un groupuscule terroriste en possession d’une ancienne arme nazie et le seul antidote semble être…les cellules du monstre du Loch Ness, capable de se régénérer miraculeusement. Alors que le monde arabe s’embrase et menace de plonger le monde dans une guerre totale, Tyler engage une course-poursuite avec un de ses pires ennemis pour sauver Grant…et peut-être l’Humanité entière.

Avec ses personnages bien typés, son inévitable romance, ses scènes d’action judicieusement positionnées et son rythme soutenu (chapitres courts et lecture aisée), Boyd Morrison s’est imposé comme un spécialiste du page-turner à l’américaine. Il livre ici une intrigue abracadabrantesque qui permet au lecteur de voyager de par le monde, de Paris à l’Ecosse en passant par Versailles et implique des éléments relevant à la fois du techno-thriller boom boom (une évasion rocambolesque à l’aide d’une troupe de drones volants) et de la littérature pulp (arme secrète nazie et monstre du Loch Ness en prime).

Sans prétention, L’HERITAGE DU LOCH NESS se lit avec beaucoup de plaisir et se révèle hautement divertissant. Pourquoi s’en priver ?

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Action, #Aventures, #Technothriller

Repost0

Publié le 29 Janvier 2023

LA CLE DE L'APOCALYPSE de James Rollins

Voilà du blockbuster littéraire qui pourrait même titiller la queue de Michael Bay si celui-ci daignait ouvrir un bouquin. Car James Rollins ne lésine pas sur l’action explosive durant près de 600 pages. Les aventures de la Sigma Force c’est du costaud, un mélange entre James Bond, Dan Brown, Clive Cussler et la Delta Force de Chuck Norris.

Au programme ? La fin du monde, l’apocalypse et tutti Chianti comme dirait Hannibal Lecter. Car nous ne sommes pas là pour rigoler : Saint Malachie l’a prédit, dans sa très douteuse prophétie des papes, Rome va bientôt être détruite. Extinction générale, le dernier qui meurt éteint les lampes en partant. Sur le terrain de la guerre totale nous avons d’un côté les gentils (l’agence américaine secrète de la Sigma Force venue donner une bonne branlée aux vilains) et de l’autre les méchants (La Guilde, une société tout aussi secrète mais pas cool) avec au milieu des sociétés agricoles bien intentionnées mais aux moyens légèrement radicaux. En gros on tue beaucoup de gens pour que ceux qui survivent n’aient plus de soucis d’alimentation. L'auteur ajoute à ce schéma le côté religieux et mystique devenu indispensable à tout gros thriller page turner digne de ce nom depuis le succès du Da Vinci Code. Donc manuscrit disparu depuis des années, eschatologie, prêtre louche sur les bords,…Nos héros, eux, partent à la chasse au trésor autour du monde : grottes inexplorées, pièges bien vicelards, cavernes cachées, armes super sophistiquées, etc. Le lecteur voyage, effectue un détour par l’abbaye de Clervaux puis part détruire une partie du Colisée. Finalement on se retrouve en Scandinavie, dans le « grenier de la planète », là où sont conservées des millions de graines pour relancer la vie en cas de catastrophe majeure. Et on case même Merlin et Avalon parce que c'est toujours sympa.

Bref, l’auteur reprend les recettes d’un Clive Cussler ou d’un Dan Brown en poussant davantage les curseurs de l’action pure. Mais les mécanismes restent d’une grande efficacité : exotisme, ésotérisme, une touche de romance, un mystère peu à peu dévoilé, de nombreux lieux visités, des anecdotes historiques habilement distillées et, surtout, beaucoup de poursuites, de fusillades et d’explosion. Ca avance vite, ça pétarade et le lecteur n’a jamais le temps de s’ennuyer devant ce déferlement de destructions massives. Si le roman n’évite pas les tics traditionnels de ce genre de « page turners » (en dépit des péripéties incessantes et des rebondissements nombreux l’intrigue demeure classique et linéaire, sans véritable surprise), le tout permet de passer un bon moment.

Du roman bien burné, qui sent la testostérone à cent mètres et donne envie de lire d’autres aventures de cette Sigma Force. Fun et sans prétention.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Action, #Aventures, #Thriller, #Technothriller, #James Rollins, #Sigma Force

Repost0

Publié le 10 Décembre 2022

ICE LIMIT de Preston & Child

Le duo Preston & Child est surtout connu pour son long cycle consacré à Pendergast, une série de romans policiers teintés de surnaturel. Ils ont également livré quelques bouquins indépendants dont ce ICE LIMIT qui, après un début prometteur, s'embourbe…

L'intrigue, au départ, s'annonce pourtant intéressante: un collectionneur ultra-riche (ça aide!) décide de récupérer une gigantesque météorite tombée sur une ile au sud du Chili. Mais la masse du corps céleste nécessite une organisation sans faille et une fine équipe se propose d'effectuer le rapatriement contre une énorme somme d'argent. C'est le début d'une aventure maritime d'abord plaisante, dans un mélange d'action et de thriller saupoudré d'une touche de science-fiction et d'extrapolations scientifiques. ICE LIMIT évoque ainsi les premiers livres de Clive Cussler avec un défi apparemment impossible (style RENFLOUEZ LE TITANIC!) et un navire hyper sophistiqué camouflé en vieux raffiot (comme dans la saga de l'Oregon).

Malheureusement, tout ça ne tient pas la distance, d'autant que le duo cède à la mode si actuelle du délayage…500 pages pour une aventure assez simple qui eut été nettement plus palpitante en 300. Le rythme se montre donc défaillant ce qui, dans un bouquin estampillé "thriller d'action", s'avère problématique. Il n'est pas question ici de regretter de privilégier l'ambiance ou un climat posé, simplement de pointer un manque de péripéties rédhibitoire associé à des protagonistes souvent clichés. On n'échappe même pas à la capitaine de navire dont l'alcoolisme a ruiné la carrière mais qui cherche la rédemption. C'est toutefois la protagoniste la plus "humaine", les autres étant trop schématiques même si certains sont sympathiques ou intéressants, notamment le capitaine chilien érigé en grand méchant et qui, finalement, cherche seulement à défendre son pays contre les Américains très envahissants. Les romances inévitables permettent en outre de tirer davantage à la ligne et n'apportent pas grand-chose au récit. Ce-dernier se conclut par une (trop) longue bataille navale façon blockbuster hollywoodien mais sans réussir à maintenir l'intérêt. De plus, les termes maritimes et techniques alourdissent ce bouquin trop partagé entre une volonté "savante" et "instructive", voire didactique, façon techno-thriller et le pur divertissement d'aventures. Là encore, neuf romans sur dix de Clive Cussler (ou ses collaborateurs / nègres) se montrent plus convaincants.

Les dernières pages, elles, tentent d'élever le propos avec un petit côté philosophico-scientifique qui révèle la véritable nature de la météorite. Les auteurs annoncent ainsi la suite, A COMME APOCALYPSE qu'on espère plus palpitant. En résumé voici un roman décevant dont on pourra survoler quelques passages rébarbatifs pour en connaitre l'issue, plus intéressante mais un peu trop "ouverte" pour ne pas laisser, là aussi, une impression mitigée. Dommage car le début laissait espérer un bouquin plus palpitant et intéressant. Un coup dans l'eau.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 11 Septembre 2022

PROJET PIRANHA de Boyd Morrison & Clive Cussler

Juan Cabrillo et l’équipage du navire de combat super sophistiqué Oregon (toujours camouflé en vieux rafiot bon pour la casse) reviennent pour une dixième aventure écrite par Boyd Morrison sous l’égide de Clive Cussler.

Boyd Morrison se fait connaitre par une série de romans d’aventures mettant en scène Tyler Locke au début des années 2010. Il publie aussi le bouquin catastrophe LA VAGUE. Bref, le candidat idéal pour prendre la succession de Clive Cussler sur la saga Oregon : action, aventure maritime, événements historiques plus ou moins romancés, … La recette est connue. Cussler l’a pratiquement crée voici un demi-siècle avec son héros récurent Dirk Pitt.

Cette fois, l’intrigue débute à la Martinique, en 1902. Une éruption volcanique ravage l’île, causant 30 000 victimes. Un navire abritant un scientifique allemand, proche d’effectuer une découverte révolutionnaire, est également détruit. Un siècle plus tard, Cabrillo doit remonter cette piste qui pourrait aboutir à la création d’une nouvelle super-arme. Pour commencer, l’Oregon, devenu trop connu, doit sombrer…

Sur 550 pages, Boyd Morrison ne lâche pas la rampe du « page turner » estival à l’américaine : rebondissements, explosions, courses poursuites, bagarres, tueries, un poil de romance, un peu de mystère, de l’exotisme et du dépaysement…Très axé sur l’action, le roman manque un peu de la profondeur d’autres romans de Cussler : l’énigme passe ici au second plan et sert surtout de trame justificative aux nombreuses scènes d’action. Toutefois celles-ci s’avèrent si efficaces et si nombreuses que l’on pardonne à l’auteur de donner dans le pur « blockbuster », version littérature. Autre bémol mais tellement inhérent au genre qu’on a depuis longtemps renoncé à s’en formaliser : les descriptions d’armes et autres technologies guerrières. Si elles doivent passionner les adeptes, elles peuvent être survolées par la majorité. Pas très important, les descriptions s’effacent souvent pour une nouvelle dose de « pif paf boum ».

Dans l’ensemble, ce PROJET PIRANHA ne déçoit pas et constitue un très plaisant divertissement estival, une alternative à un film du style « Mission Impossible » (ou à une production Cannon des 80’s) qui remplit parfaitement son contrat d’évasion. Une réussite dans la masse des inégales « collaborations » entre Cussler et ses disciples.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Clive Cussler, #Technothriller

Repost0

Publié le 1 Décembre 2021

SERPENT de Paul Kemprecos & Clive Cussler

Paul Kemprecos lance, avec SERPENT, une nouvelle série dérivée de l’univers développé par Clive Cussler dans ses romans consacrés à la Numa. Il introduit ici un nouveau héros, Kurt Austin, lequel sauve une archéologue, Nina, attaquée au large du Maroc par de mystérieux individus. Une enquête détermine qu’elle n’est pas la seule membre d’une équipe archéologique à avoir été attaquée après une découverte. Mais quelle découverte est assez dangereuse pour justifier ces attentats ? La réponse ne se trouve-t’elle pas au fond des eaux, dans l’épave du paquebot italien Andrea Doria ?

Né en 1939, Kemprecos écrit des thrillers et des romans d’aventures (la plupart non traduits) depuis le début des années ’90. En 1999 il rédige, sous la houlette bienveillante de Cussler, le premier bouquin des « Dossiers de la Numa ». Kemprecos écrira les huit premiers avant de laisser la place à Graham Brown. Une autre série dérivée, centrée sur Juan Cabrillo et son navire l’Oregon sera lancée début des années 2000.

Kurt Austin n’est guère différent de Dirk Pitt : séducteur, collectionneur d’armes anciennes, courageux et patriote, il vit dans un hangar à bateau et se tient prêt, lorsque le monde est menacé, à partir en guerre contre les génies du mal et autres cinglés mégalomanes. Bref, toujours le même héros inflexible, entre James Bond, Indiana Jones et les super-aventuriers du pulp (Bob Morane et autres). Le principe à l’œuvre dans les « Pitt » se retrouve ici : l’auteur part d’un événement maritime authentique (ici le naufrage de l’Andrea Doria) et brode une intrigue mêlant aventures, techno-thriller et histoire, donnant à son lecteur un paquet d’informations sur les expéditions de Christophe Colomb. Tout comme Dan Brown (ce n’est pas un gros mot !), l’équipe de Cussler interpénètre faits réels, événements historiques, rumeurs et légendes pour aboutir à un bouquin rondement mené qui parvient à remplir à merveille sa mission de divertissement. On regrette toutefois une fin un peu expédiée qui se conforme à tous les clichés du genre (on n’échappe pas au méchant mégalo très satisfait de longuement exposé son plan plutôt que supprimer nos héros) et manque un peu de l’ampleur apocalyptique d’autres « Cussler » comme CYCLOPE ou RAZ DE MAREE.

Alors pour le fan de Cussler, SERPENT peut sembler très classique (son intrigue « bondienne » parait avoir déjà servi pour de nombreux romans de l’auteur) mais les chapitres courts et façonnés sur le mode du page-turner, à la manière des antiques serials (révélations, suspense et cliffhangers de rigueur) rend le tout distrayant. Pas le meilleur livre signé (hum) Cussler mais un bon départ pour les aventures maritimes de Kurt Austin.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Historique, #Technothriller

Repost0

Publié le 29 Avril 2021

CORSAIRE de Jack Du Brul & Clive Cussler

Jack Du Brul, parrainé par Clive Cussler, poursuit les aventures de l’Orégon, un navire surarmé camouflé en vieux rafiot et occupé par l’élite des mercenaires mené par Juan Cabrillo. Cette fois, une conférence de paix pourrait faire évoluer positivement la situation au Moyen-Orient. Mais la secrétaire d’état américaine est capturée par des terroristes. Juan et ses hommes vont tenter de la retrouver et, parallèlement, mettre la main sur les écrits d’un musulman qui, à la fin de sa vie, aurait rédigé un traité visant à la coexistence pacifique des religions.

Après le traditionnel prologue en pleine bataille navale avec corsaires barbaresques et coups de canon, le roman se recentre à l’époque actuelle. La majeure partie de l’action aura lieu en Lybie et le terrorisme va se trouver dans la ligne de mire des deux romanciers, par l’intermédiaire de leur héros, Juan Cabrillo.

Du Brul maitrise manifestement les ficelles du page-turner et, en dépit de quelques longueurs, l’écriture fluide et sans fioriture, maintient le suspense durant 502 pages. Les recettes ne changent guère : le roman alterne les aventures et les points de vue, avançant à un rythme soutenu avec des chapitres relativement courts, toujours nerveux et régulièrement ponctués de cliffhangers. Comme toujours, le côté serial de l’intrigue voisine avec des scènes d’action spectaculaires à la manière des gros budgets hollywoodiens. L’aspect cinématographique de l’intrigue, complètement assumé, multiplie d’ailleurs les références attendues à James Bond et Indiana Jones auquel s’ajoute une sous-intrigue à base de trésor et d’ésotérisme dans la lignée d’un Dan Brown. Toutefois, la série Orégon se distingue de la saga « mère » consacrée à Dirk Pitt en privilégiant l’action pure au détriment du mystère et de l’émerveillement teinté, parfois, d’un soupçon de science-fiction ou de fantastique. Là où Pitt doit résoudre des énigmes, découvrir l’Atlantide ou renflouer le Titanic, Cabrillo se « contente » de combattre les barbus et de sauver le monde à la manière d’un héros de roman de gare façon Exécuteur. C’est véritablement les romans d’aventures populaires (dit « pour hommes ») qu’évoque ce CORSAIRE avec leur qualité (rythme enlevé, explosions et fusillades à foison) mais aussi leurs défauts (linéarité de l’intrigue, prévisibilité des rebondissements et méchants fort caricaturaux), défauts évidemment accentués par une pagination conséquente. Toutefois ne boudons pas notre plaisir : CORSAIRE demeure un bon mélange d’action, d’aventures et de techno thriller agrémenté d’une touche historique et d’un soupçon de théologie (les dernières lignes s’avèrent d’ailleurs fort réussies et bien trouvées).

Bref, un épais bouquin popcorn, bien huilé, facile à lire et globalement satisfaisant. S’il ne peut se hisser à la hauteur des meilleurs « Cussler », CORSAIRE reste l’assurance d’un divertissement efficace et plaisant qui saura contenter les fans de l’auteur (et de ses « collaborateurs » variablement doués).

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Technothriller, #Clive Cussler

Repost0

Publié le 11 Avril 2021

LES ETOILES MEURENT AUSSI de Christophe Lambert

La collection « Quark Noir », lancée par Flammarion, ne dura qu’un an, entre février 1999 et février 2000. Huit romans furent publiés, écrits par des valeurs sures de la science-fiction ou des étoiles montantes de l’imaginaire francophone : Andrevon, Bordage, Canal, Ayerdhal, Riou, Wintrebert,… Et Christophe Lambert qui s’empare du héros astrophysicien Mark Sidzik. Le projet de la série, assez proche du Poulpe dans sa démarche, consistait à laisser le personnage aux mains d’une série d’auteurs qui devaient imaginer des intrigues dans lesquelles « la science kidnappe le polar ». Nous sommes donc dans un techno-thriller teinté de science-fiction, ou du moins d’anticipation, et saupoudré d’influences cyberpunk et hard-science (mais très abordable !). Groupes industriels tout puissants, lobbies divers, recherche d’une énergie propre (la fusion nucléaire), manipulations diverses,…Sidzil œuvre pour le World Ethics and Research afin que la science garde sa « propreté », à l’abris des bidouillages financiers, politiques, etc. Bref une question toujours (et même davantage !) d’actualité vingt ans après la publication de ce roman, surtout que la découverte d’une potentielle énergie « miraculeuse » comme la fusion nécessite des investissements colossaux. De plus, les répercussions seraient incroyables, en particuliers (mais pas seulement) auprès des producteurs d’autres formes d’énergie. On le voit, les questions posées dépassent largement la naïveté des techno thrillers d’antan (modelés sur James Bond) dans lesquels un savant fou souhaite devenir maitre du monde grâce à une invention révolutionnaire.  

Avec une progression maitrisée, l’auteur plonge son héros au cœur du problème jusqu’à ce qu’il soit pratiquement dépassé par les enjeux de cette course vers la fusion. La documentation nécessaire à l’intrigue est solide, avec quelques pages en postface explicatives, donnant une plus-value pédagogique (au sens large et non péjoratif) au récit qui mêle donc polar, espionnage et anticipation. Quelques notes peuvent amuser : la campagne présidentielle de Cohn-Bendit, sachant que l’affaire est de toutes façons pliées entre Jospin et Chirac (hum !). Il existe également une association mystérieuse surnommée les Watchmen dont les noms des intervenants sont empruntés à la célèbre BD d’Alan Moore. Notons également une visite aux bureaux de SF Mag, lequel était, à cette époque, géré par Flammarion. Mais ça n’allait pas durer. Pas de chance pour les pigistes qui y ont travaillés bénévolement (dont moi-même), nous n’avons jamais connu de bureaux dans la Tour Montparnasse.

En résumé, LES ETOILES MEURENT AUSSI se lit avec plaisir: un bouquin bien mené qui ressuscite avec bonheur certaines conventions du roman populaire d’antan (encore une fois ce n’est pas une critique, bien au contraire il s’agit d’un compliment) mais en leur conférant un rythme plus moderne, plus haletant et cadencé par les cliffhangers et autres twists, aujourd’hui indispensable à garder l’intérêt du public. Les aspects anticipatifs et scientifiques, de leur côté, émaillent l’histoire sans l’alourdir, apportant les informations nécessaires sans noyer le lecteur dans les détails superflus. Bref, du divertissement intelligent tout à fait réussi !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 15 Mars 2021

ALEX RIDER TOME 4: JEU DE TUEUR d'Anthony Horowitz

Le James Bond adolescent reprend la route pour une quatrième mission dans laquelle il hérite même d’un super vélo aussi blindé de gadgets que l’Aston Martin de son modèle. Pourtant, au départ, notre héros goûte des vacances bien méritées aux cotés de sa petite amie Sabina Pleasure (un nom typiquement « bondien » !) dans le sud de la France. Mais, rapidement, un attentat détruit la maison de sa copine et blesse gravement son père. Pour Alex, pas de doute, la personne visée c’était lui. Il va donc mener son enquête et, rapidement, soupçonner la pop star philanthrope Damian Cray d’être l’auteur de cette attaque. Or Cray s’apprête à lancer sur le marché une console de jeux vidéo révolutionnaire.

L’adversaire d’Alex est, cette fois, une pop star milliardaire, sorte de compromis entre Paul McCartney et Bono mâtiné de Sting et d’Elton John. Le genre de vedette qui serre la main de la reine, donne avec le sourire la moitié de ses gains et multiplie les actions caritatives. Insoupçonnable, même pour le MI6 qui refuse de croire Alex…lequel devra, par conséquent, agir seul. Notre héros, dans la tradition de l’espionnage, va donc voyager du Sud de la France à Paris, sans oublier Amsterdam et Londres.

Dans la droite ligne des précédents, ce quatrième tome constitue un divertissement bien calibré pour le public adolescent mais capable d’intéresser également les plus grands. Intrigue d’espionnage mâtiné de techno thriller et d’une pointe d’anticipation / science-fiction, passages d’action rondement menés, personnages bien typés dont un Alex que l’on connait de mieux en mieux, révélations faisant avancer l’histoire générale de notre héros et final efficace qui annone la suite, SCORPIA.

Plus sombre et plus « violent » que les trois premiers volumes, la saga Alex Rider, à l’image des Harry Potter, semble vieillir avec son public et délaisse le côté « aventure merveilleuse » pour rappeler que l’espionnage, au-delà des gadgets et des demoiselles en détresse, c’est également un monde de coups fourrés, de crimes pour raison d’état et de retournements de veste en fonction du vent soufflant sur les relations internationales.

Un bon cru.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Espionnage, #Jeunesse, #Thriller, #Technothriller

Repost0

Publié le 9 Octobre 2020

PIERRE SACREE de Craig Dirgo & Clive Cussler

Craig Dirgo a lancé, avec BOUDDHA, la saga « Oregon » en collaboration avec Clive Cussler (dont l’implication réelle dans les livres « coécrits » avec d’autres n’est pas claire). Cette série de techno thrillers maritimes constitue un spin-off de la série phare de Cussler consacrée à Dirk Pitt. Les principes sont d’ailleurs communs : on débute par un prologue historique puis on se recentre sur une énigme / aventure avec, ici, pour principal protagoniste Juan Cabrillo, capitaine d’un navire de combat ultra moderne, l’Orégon, déguisé en vieux cargo décati, et membre d’une Corporation de mercenaires défenseurs de la liberté et du mode de vie occidental. Comme toujours Clive Cussler en personne effectue un « caméo dans son propre rôle » mais cette apparition reste anecdotique, à croire que Dirgo souhaitait cocher chaque « case » du parfait petit roman estampillé « Cussler ».

L’intrigue de ce deuxième volet des « Oregon » se montre inutilement compliquée sur des prémices simples : la découverte d’une météorite renfermant un virus potentiellement mortel qui pourrait servir à fabriquer une bombe sale. D’un côté des terroristes islamistes veulent atomiser Londres durant un concert d’Elton John, de l’autre le père d’un soldat mort au Moyen-Orient aimerait pulvériser la Mecque durant le pèlerinage annuel. A Juan et sa bande d’empêcher les destructions massives, ce qui nous donne une loooooooooongue (double !) course poursuite pour neutraliser les deux menaces.

Apparemment tout cela n’est pas très complexe (depuis OPERATION TONNERRE le principe n’a pas fondamentalement changé) mais Dirgo souhaite manifestement épaissir son bouquin pour atteindre les 500 pages qui semblent la norme des techno thrillers actuels. D’où une profusion de personnages (une cinquantaine), une multiplication des descriptions, des sous-intrigues et de nombreux voyages pour dépayser le lecteur toujours dans cette ambiance entre James Bond, Tom Clancy et Indiana Jones.

Résultat des courses, en dépit d’une multitude de chapitres courts se terminant régulièrement en cliffhangers et de changements de points de vue incessants (une technique bien rodée des « page turner » à l’américaine), le roman devient rapidement lassant et plus fatigant que passionnant. Régulièrement, l’auteur annonce le destin tragique d’un protagoniste (« il n’allait pas vivre un jour de plus ») mais le suspense ne prend pas, l’action patine et le déroulement du dernier tiers (l’attentat projeté contre la Mecque) ressemble beaucoup trop à l’attentat envisagé à Londres pour ne pas épuiser les plus indulgents.

Après près d’une trentaine de « Cussler », pour la plupart bons voire excellents, PIERRE SACREE constitue une terrible déception : plat, banal, sans intérêt et, pour le dire clairement, mauvais. La « collaboration » entre Cussler et Dirgo en resta là, un signe qui ne trompe pas.

En résumé : non recommandé !

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Technothriller

Repost0