christophe lambert

Publié le 14 Juin 2022

L'AGENCE PENDERGAST: LE PRINCE DES TENEBRES de Christophe Lambert

Fin du XIXème siècle à New York. Alors que le monde subit différentes transformations, Sean, un adolescent, tente de survivre. Il vit dans les rues et commet de petits vols pour le compte de Bill le Boucher. Un jour il tente de dérober la montre d’un vieux monsieur moustachu, accompagné d’un Indien. Il ignore qu’il vient de lier connaissance avec Pendergast et Joe, membres éminents d’une agence visant à protéger notre monde des menaces paranormales.

Premier tome de la série L’Agence Pendergast, voici une belle manière de présenter les divers intervenants. Sean, le héros, aux prises avec les voleurs de la bande de Bill, forcément amoureux de la mystérieuse diseuse de cartes Célia, est au centre du récit. A ses côtés, gravitent le débonnaire Pendergast, sorte de Van Helsing (en plus sympa) et Joe l’Indien taiseux prêt à faire le coup de poing. En « guest star », Gégé, clin d’œil au Q de James Bond, confectionne les gadgets nécessaires à l’agence. Il donnera à Sean un Jetpack digne de la Petite Nellie pour l’aider à combattre le grand méchant. Bien que le roman soit court, nos personnages apprennent à se connaitre au fil des chapitres. Ils dépassent leurs préjugés (Sean n’apprécie guère les Indiens étant donné que ses parents ont été tués par les Peaux Rouges) pour s’associer et lutter contre une menace redoutable. Le titre annonce d’ailleurs la couleur : le prince des ténèbres en personne ! Alias Vlad Tepes, plus connu sous son surnom de Dracula.

Roman fantastique teinté d’un parfum légèrement steampunk, LE PRINCE DES TENEBRES reprend le principe toujours plaisant de l’agence gouvernementale luttant contre les forces maléfiques. Une intrigue entre « Torchwood », « James Bond », « X Files » et « Men in black » qui avance à un rythme très soutenu : l’intrigue, divisée en courts chapitres avec des cliffhangers, s’avère idéale pour une lecture à un enfant le soir avant dodo. Des personnages bien typés en quelques lignes, une touche d’émotion, une romance naissante, de l’action, un bestiaire fantastique agréable,…rien à reprocher à un Christophe Lambert maitrisant parfaitement les codes de la urban fantasy pour grands enfants / jeunes adolescents.

Seul le final se montre un peu trop expédié, sans doute à cause d’une pagination restreinte ; on eut aimé que le combat dure un peu plus. Mais ce n’est pas très grave, nous aurons de toutes façons l’occasion de retrouver nos personnages préférés dans le prochain tome.

Une bonne lecture, ni trop complexe ni trop simpliste, qui se place à « hauteur » du public cible sans prendre les jeunes lecteurs pour des demeurés. Le rythme et l’humour peuvent également satisfaire les adultes. Bref, tout le monde est content et attends la suite !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 27 Avril 2022

T.I.M.E. STORIES: LE DOSSIER HEIDEN de Christophe Lambert

Le jeu de plateau scénarisé « T.I.M.E. stories », aux principes proches du jeu de rôle, invite les joueurs à incarner divers personnages à des époques variées. En effet, l’agence T.I.M.E. est une organisation chargée de garder l’Histoire sur ses rails et d’éviter toutes modifications intempestives du continuum. Le jeu est déjà riche d’une dizaine de scénarios, la particularité étant que si les joueurs échouent dans la mission assignée ils sont « rebootés » et recommencent l’intrigue (un peu à la manière cette fois d’un Livre dont vous êtes le héros…ou d’un jeu vidéo). Ils doivent également gérer le temps de jeu disponible pour remplir la mission. Bref, beaucoup de potentiel ludique et un contexte classique de la science-fiction qui a donné de belles réussites, on pense notamment aux séries télévisées « Code Quantuum » ou « Au cœur du temps » ou à la saga de littérature jeunesse TIME RIDERS. Et le roman qui nous occupe ? Il reprend les principes du jeu et les décline de manière littéraire.

Tess Heiden, jeune fille rebelle et violente, se voit recrutée par le mystérieux Rusk et soumise à une série de tests dans le but d’intégrer une agence gouvernementale secrète. Ayant réussi les épreuves, Tess rencontre le tout aussi énigmatique Bob. Ce-dernier lui apprend qu’elle se trouve à présent en 2469. Le voyage temporel est possible à cette époque mais la continuité temporelle doit être maintenue, certaines actions pouvant sérieusement mettre en péril l’Histoire telle que nous la connaissons. En compagnie de trois autres recrues (dont un extraterrestre), Tess est expédiée pour son premier run…dans le train privé d’Hitler.

Christophe Lambert s’empare de l’idée centrale du jeu pour un livre officiel qui permet aux curieux de découvrir l’envers du décor de l’organisation secrète T.I.M.E. Le résultat est-il réussi ? Oui ! Or, ce n’était pas gagné d’avance : on sait, par expérience, que de nombreux romans « spin off » se contentent d’exploiter une marque connue pour un résultat décevant. Ici, comme toujours, Christophe Lambert crée une intrigue intéressante avec suffisamment de clins d’œil pour contenter les amateurs du jeu (les noms des cocktails par exemple, quelques références disséminées dans le récit) mais sans perdre pour autant les néophytes. Les personnages sont bien dessinés, la romance amenée progressivement fonctionne et surprend tandis que l’action s’avère constante et le rythme alerte. Le principe de base du jeu est respecté : les protagonistes envoyés dans des « avatars » à travers le temps peuvent recommencer plusieurs fois une mission ratée. La première, en pleine Seconde Guerre Mondiale, peut paraitre classique (les « voyageurs du temps » semblent toujours confronté à ce dilemme, ou, pour citer Doctor Who « let’s kill Hitler ») mais rappelle avec bonheur l’excellent LA BRECHE qui révéla l’auteur. De toutes façons, le style du romancier reste toujours aussi efficace avec une gestion exemplaire de l’intimise et du spectaculaire. A ce sujet, l’inclusion de pages extraites du journal intime de l’héroïne se révèle une bonne idée : cela permet de garder un rythme soutenu tout en offrant suffisamment de background pour développer les personnages principaux.

Pour chipoter, le petit défaut réside surtout dans le dernier acte : le rythme s’emballe et la conclusion, quoique globalement satisfaisante, laisse le lecteur quelque peu sur sa faim. On eut aimé une suite mais, pour l’instant, celle-ci se fait attendre. Dommage car l’écrivain livre ici un roman plaisant et divertissant qui donnait envie d’en connaitre davantage sur l’agence T.I.M.E. En outre, les possibilités quasi infinies du déplacement temporel permettaient de revisiter avec bonheur cet univers riche.

Il faudra donc se contenter de ce tome unique, à déguster sans modération.  

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Christophe Lambert, #science-fiction

Repost0

Publié le 19 Janvier 2022

LES GRIFFES DE LA FORET (L'Agende Pendergast vol. 4) de Christophe Lambert

En cette toute fin du XIXème siècle, dans le Wyoming, des animaux ont été massacrés et le responsable pourrait être le légendaire Big Foot. Dans une ambiance western, la petite troupe de l’Agence Pendergast débarque donc dans un village typique du Far-West. Mais le « Grands Pieds » n’est pas la seule créature à roder dans la région. Dès lors que vont faire Sean, Celia et Joe ? Dans quel camp se ranger puisque rester neutre semble impossible ?

Quatrième opus de Christophe Lambert pour sa série de l’agence Pendergast, une équipe spécialisée dans l’élimination des « paranormaux », autrement dit des créatures surnaturelles qui vivent aux côtés des humains. Un thème classique du fantastique mais toujours agréable, l’intérêt résidant dans les personnages et ceux-ci sont, à nouveau, bien brossés et attachant. Nous avons ainsi Sean, le jeune adolescent : la nouvelle recrue de l’agence, amoureux de Célia, la gitane tireuse de cartes. N’oublions pas Joe, l’Indien musclé capable de donner un coup de main si nécessaire. Et Mr Pendegarst, ici peu présent, le responsable de l’équipe. La troupe se retrouve dans le Wyoming à la fin du XIXème siècle et, forcément, les conventions du western sont bien présentes, pour la plus grande joie des petits et des grands. Le lecteur assiste à un voyage par le « Cheval de fer », explore une ville minière et rencontre un Baron teuton à l’accent à couper au couteau décidé à ajouter le Big Foot à son tableau de chasse (et accessoirement Célia),… Au fil des péripéties et après la rencontre avec des créatures fameuses du bestiaire fantastique, nos amis commencent à questionner leurs agissements. Ils se demandent par exemple si traquer et tuer (ou enfermer à vie) des « paranormaux » constitue vraiment une bonne action. Qui décide des « bons » et des « méchants » ? Leur confrontation avec le Big Foot, finalement inoffensif, et des lycanthropes qui souhaitent simplement vivre en paix, les amènent à se poser diverses questions et à réévaluer leurs certitudes. Un questionnement qui s’oppose aux visées du chasseur allemand dont l’unique objectif reste d’abattre le « Grands Pieds ».

Comme toujours, Christophe Lambert offre un roman bien mené, divertissant, saupoudré de quelques considérations poussant le lecteur à la réflexion mais sans la moindre pesanteur. L’aventure et le dépaysement demeurent l’essentiel et les 160 pages se dévorent d’une traite. Si le livre peut se lire dès 9 ans il saura plaire aux plus âgés et même aux adultes par la pertinence de ses thèmes, les références aux classiques du western et l’efficacité de la narration. Enfin, mentionnons des illustrations plaisantes qui agrémentent joliment les pages. Une nouvelle réussite pour l’auteur !

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Christophe Lambert, #Fantastique, #Historique, #Jeunesse, #Western

Repost0

Publié le 11 Avril 2021

LES ETOILES MEURENT AUSSI de Christophe Lambert

La collection « Quark Noir », lancée par Flammarion, ne dura qu’un an, entre février 1999 et février 2000. Huit romans furent publiés, écrits par des valeurs sures de la science-fiction ou des étoiles montantes de l’imaginaire francophone : Andrevon, Bordage, Canal, Ayerdhal, Riou, Wintrebert,… Et Christophe Lambert qui s’empare du héros astrophysicien Mark Sidzik. Le projet de la série, assez proche du Poulpe dans sa démarche, consistait à laisser le personnage aux mains d’une série d’auteurs qui devaient imaginer des intrigues dans lesquelles « la science kidnappe le polar ». Nous sommes donc dans un techno-thriller teinté de science-fiction, ou du moins d’anticipation, et saupoudré d’influences cyberpunk et hard-science (mais très abordable !). Groupes industriels tout puissants, lobbies divers, recherche d’une énergie propre (la fusion nucléaire), manipulations diverses,…Sidzil œuvre pour le World Ethics and Research afin que la science garde sa « propreté », à l’abris des bidouillages financiers, politiques, etc. Bref une question toujours (et même davantage !) d’actualité vingt ans après la publication de ce roman, surtout que la découverte d’une potentielle énergie « miraculeuse » comme la fusion nécessite des investissements colossaux. De plus, les répercussions seraient incroyables, en particuliers (mais pas seulement) auprès des producteurs d’autres formes d’énergie. On le voit, les questions posées dépassent largement la naïveté des techno thrillers d’antan (modelés sur James Bond) dans lesquels un savant fou souhaite devenir maitre du monde grâce à une invention révolutionnaire.  

Avec une progression maitrisée, l’auteur plonge son héros au cœur du problème jusqu’à ce qu’il soit pratiquement dépassé par les enjeux de cette course vers la fusion. La documentation nécessaire à l’intrigue est solide, avec quelques pages en postface explicatives, donnant une plus-value pédagogique (au sens large et non péjoratif) au récit qui mêle donc polar, espionnage et anticipation. Quelques notes peuvent amuser : la campagne présidentielle de Cohn-Bendit, sachant que l’affaire est de toutes façons pliées entre Jospin et Chirac (hum !). Il existe également une association mystérieuse surnommée les Watchmen dont les noms des intervenants sont empruntés à la célèbre BD d’Alan Moore. Notons également une visite aux bureaux de SF Mag, lequel était, à cette époque, géré par Flammarion. Mais ça n’allait pas durer. Pas de chance pour les pigistes qui y ont travaillés bénévolement (dont moi-même), nous n’avons jamais connu de bureaux dans la Tour Montparnasse.

En résumé, LES ETOILES MEURENT AUSSI se lit avec plaisir: un bouquin bien mené qui ressuscite avec bonheur certaines conventions du roman populaire d’antan (encore une fois ce n’est pas une critique, bien au contraire il s’agit d’un compliment) mais en leur conférant un rythme plus moderne, plus haletant et cadencé par les cliffhangers et autres twists, aujourd’hui indispensable à garder l’intérêt du public. Les aspects anticipatifs et scientifiques, de leur côté, émaillent l’histoire sans l’alourdir, apportant les informations nécessaires sans noyer le lecteur dans les détails superflus. Bref, du divertissement intelligent tout à fait réussi !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 19 Novembre 2020

SOUL BREAKERS de Christophe Lambert

Petit pavé (près de 600 pages !) qui se lit pourtant avec facilité tant le récit se montre fluide et bien mené, SOUL BREAKERS constitue une belle fresque historique teintée de fantastique. Les prémices font penser à LA FOIRE DES TENEBRES de Bradbury, le déroulé à TALISMAN du King mais SOUL BREAKERS trouve très vite son identité et prouve, à ceux qui en doutait, que la littérature « jeunesse » n’a plus rien à envier, en terme de qualités et d’ambitions, aux bouquins « adultes ».  

Le livre se situe en 1936, en pleine Grande Dépression, alors que de nombreux Américains sombrent dans la pauvreté et n’ont d’autre choix que de se déplacer sur les routes. Teddy, adolescent de 15 ans en route pour la Californie, voyage avec son père et sa sœur Amy ; or, en Arizona, les deux jeunes gens assistent à un spectacle donné par une troupe de forains menée par Sirius. Peu après, Amy tombe gravement malade. Pour Teddy, la seule explication est que Sirius a volé l’âme de l’enfant. Il décide de se lancer à la poursuite des saltimbanques pour inverser le sortilège.

Christophe Lambert nous offre une grande fresque, prenante et originale, qui nous permet de revisiter une période difficile : exploitation des mineurs, répression dans la violence, augmentation de la criminalité, misère, guerre mondiale à venir, détour par un hôpital psychiatrique avec thérapie aux électrochoc, ou dans un abattoir…L’écrivain ne ménage pas son lecteur, même si le roman peut être catalogué « young adult » : il ne lui épargne pas les difficultés de la vie, la mort omniprésente, les déceptions, les sentiments contrariés, les amours naissantes et les chagrins,…Nous sommes loin de Tintin ou de Bob Morane qui s’en sortaient sans une égratignure, asexués et toujours triomphant (sans jugement de valeur mais les temps ont changé !). Les personnages sont nombreux (le jeune Teddy, le fantasque apprenti écrivain Duca, le « Chef » indien, la jeune muette,…) et toujours bien campés avec des traits bien dessinés et des répliques bien senties, mention spéciale au Shérif un brin rentre-dedans tout droit sorti d’un film grindhouse / redneck.

Le style, lui, est toujours maitrisé et le vocabulaire bien choisi pour être compréhensible par un public adolescent sans sombrer dans la platitude ou la facilité. Un exercice difficile mais que Lambert maitrise depuis longtemps, ce qui rend ce grand « road-movie » américain aussi plaisant pour les adultes que pour les plus jeunes. Tout le fond historique et social s’avère, comme toujours, bien rendu et après quelques belles réussites situées durant la Seconde Guerre Mondiale comme LA BRECHE ou LE COMMANDO DES IMMORTELS, le romancier s’intéresse ici à la période immédiatement antérieure.

Fresque épique, fantasy historique et drame fantastique font ainsi bon ménage pour offrir au lecteur un vrai plaisir. Un des (nombreux !) sommets de l’auteur, à déguster sans modération.

 

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Christophe Lambert, #Fantastique, #Fantasy, #Historique, #Jeunesse

Repost0

Publié le 1 Juin 2020

ACID SUMMER de Christophe Lambert

Roman « de commande » devenu personnel, ACID SUMMER constitue la relecture de l’ODYSSEE par Christophe Lambert. Dans le rôle d’Ulysse nous découvrons John, jeune Américain se rêvant cinéaste, qui s’embarque pour les « 3 jours de paix et de musique » promis par le festival de Woodstock. Sur le chemin du concert, John rencontre Pénélope, jeune fille dont il tombe immédiatement amoureux mais qui le plante sur le bord de la route pour s’embarquer, avec un motard de passage, en direction du festival. John décide dès lors de la retrouver et, durant trois jours, multiplie les rencontres : un vétéran borgne du Vietnam en fauteuil roulant venu avec un flingue, dans l’idée de buter Bob Dylan (lequel ne viendra pas), une jolie rousse adepte de l’amour libre déjà usée par la vie, diverses nymphettes nues, une Janis Joplin très sexuelle, des militants Black Panthers, des drogués, des hell’s angels,…Va-t-il retrouver sa promise et ces retrouvailles seront-elles à la hauteur de ses attentes ?

Rétrospectivement, Woodstock fut bel et bien l’apogée mais aussi la fin des « sixties » et de leurs utopies. Les deux plus grandes vedettes du festival, Janis et Hendrix, allaient mourir peu après, tout comme Morrison, et les Beatles allaient se séparer, enterrant définitivement l’insouciance de ces années-là, déjà bien malmené. Lambert capture cette période avec une certaine mélancolie au gré de diverses rencontres avec des individus qui tous, comme le précise les « bonus », se sont brulés les ailes contre la réalité. Car l’année 1969 symbolise aussi le déclin de l’utopie hippie alors que les drogues dures remplacent les douces. C’est aussi la conquête de la lune, le Vietnam, les Black Panthers, les guerres de gangs et les luttes pour les droits civiques. Et puis bien sûr la fin d’un certain Hollywood (le roman se réfère régulièrement aux westerns « qui ne font plus recette » et offre un clin d’œil assumé au « Assaut » de John Carpenter) avec les meurtres de Charles Manson qui sont longuement évoqués dans un des flashbacks.

Le romancier saisit cette ambiance de manière nostalgique mais sans occulter les côtés sombres de l’époque. Il rythme son récit, entrecoupé de plusieurs flashbacks sur des personnages anonymes mais bien campés dans leur époque (la hippie libérée, le drogué, le vétéran de la guerre, le Black Panther), par les morceaux joués au festival qui se termine, évidemment, par l’hymne américain sublimé par Hendrix.

Riche en anecdotes et donnant un bel aperçu de ces 3 jours mythiques mais se permettant également quelques entorses à la réalité (toutefois moins que le Tarantino traitant de la même année !) avec, par exemple, la rencontre du héros avec un jeune Martin Scorcesse, ACID SUMMER constitue une lecture très plaisante et prenante. Une fresque que l’on eut d’ailleurs aimé un peu plus longue pour davantage approfondir cette période bouillonnante mais que l’on déguste avec plaisir en écoutant Creedence ou les Who, avec ou sans substances prohibées. Une bonne lecture estivale !

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Christophe Lambert, #Historique

Repost0

Publié le 27 Mai 2020

RIO DIABLO de Christophe Lambert

Sous le haut-patronage de ses maitres et modèles (« Rio Bravo » de Hawks, « La nuit des morts vivants » de Romero et « Assaut » de Carpenter), voici un réjouissant mélange de western et de fantastique horrifique. On pense également à l’excellent et plus méconnu « Quand les tambours s’arrêteront » avec ses attaques d’Indiens quasi surnaturelles.

Enquêteur fédéral, Martin Pawley débarque dans le territoire des Indiens Chiricahua pour s’entretenir avec le shaman Tu-Tanka au sujet d’événements mystérieux s’étant récemment déroulés dans la région. Pawley et Tu-Tanka partent donc vers le pays des Blancs mais, sur le chemin, effectuent une courte halte dans le petit bourg de Rio Diablo. Malheureusement, une dispute dégénère et le duo se retrouve emprisonné aux côtés d’un pilleur de banque surnommé Dynamite Jack. Le sorcier indien utilise alors ses pouvoirs pour quitter la prison mais l’opération réveille surtout les morts du cimetière local qui s’en viennent prendre d’assaut le village.

Roman d’horreur destiné aux adolescents mais appréciable pour les adultes, RIO DIABLO constitue le second hommage de l’auteur au western après SOUVIENS TOI D’ALAMO qui mêlait les conventions du genre à celle de la science-fiction. Ici, en 2005, il revisite le « film de siège » et le transforme en un savoureux cocktail de roman western et d’épouvante avant que les zombies ne deviennent à la mode et ne supplantent les vampires comme « personnages » cultes du fantastique.

On repère les clins d’œil aux classiques du genre, comme le scorpion dévoré par les fourmis de la « Horde sauvage », quelques ajouts renvoyant au steampunk (la montgolfière que le savant farfelu souhaite équiper d’un gouvernail pour la transformer en dirigeable) et on imagine très bien les trognes d’une poignée d’acteurs mal rasés (Américains ou Italiens) se démener dans ce bled cerné de morts-vivants. Si les Italiens avaient encore une industrie cinématographique digne de ce nom ils se seraient surement précipités sur le bouquin pour l’adapter…Tant pis, on se contentera de rêver à ce qu’aurait donné à l’écran cette aventure échevelée et sans temps morts. Un fort bon moment à savourer dès 12 ans.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Christophe Lambert, #Fantastique, #Historique, #Horreur, #Jeunesse, #Western

Repost0

Publié le 7 Mai 2019

LE MONSTRE DES EGOUTS (L'AGENCE PENDERGAST TOME 2) de Christophe Lambert

Le petit voleur des rues Sean a été recruté dans l’agence Pendergast pour lutter contre les forces paranormales qui menacent le monde en ce XIXème siècle finissant. Suite à différentes disparitions dans les égouts new-yorkais, Sean va mener l’enquête en compagnie de Célia, Joe l’Indien, l’agent britannique James Barrie et la fée lumineuse Clodette.

Cette deuxième enquête (pas encore lu la première mais cela ne pose pas de vrais problèmes) de l’Agence Pendergast se révèle très sympathique. L’idée de base n’est certes pas la plus originale qui soit (on pense à une version jeunesse du très inégal Club Van Helsing) mais permet de nombreuses aventures. De plus, elle offre un cadre suffisamment original pour être exploré à plusieurs reprises et l’époque choisie (la fin du XIXème siècle) reste toujours intéressante car elle marqua la naissance de bien des mythes fondateurs du fantastique (Sherlock Holmes, Dracula, etc.).

Entre enquête et fantasy, Christophe Lambert nous embarque dans les égouts New Yorkais pour une virée parmi les crocodiles géants (clin d’œil à la célèbre légende urbaine agrémentée d’un petit côté C.H.U.D. mais adapté évidemment aux enfants) en compagnie de personnages attachants, du jeune voleur débrouillard Sean à Joe l’Indien (échappé de chez Mark Twain) en passant par la séduisante Celia et James Barrie, créateur de Peter Pan recyclé ici en agent secret de sa majesté précurseur de James Bond. D’ailleurs la fine équipe à droit à une visite au pays des gadgets imaginés par un Q d’antan.

Bref, comme toujours, Lambert offre à ses lecteurs plus âgés quelques clins d’œil et autres références amusantes sans être envahissantes. On en retrouve dans les péripéties (la rivalité des Nains et des Trolls date d’une sombre histoire d’anneau unique, la « philosophie » de Sherlock Holmes concernant l’impossible et l’improbable est mise à contribution), les noms des personnages (Mitril, Gwar,…) ou les mots de passe choisis (Niarlatotep, Balrog). Le final, pour sa part, n’explique pas tous les évènements afin de laisser la porte ouverte à une suite dans laquelle, apparemment, nous pourrons retrouver un personnage bien connu de la littérature fantastique.

Si LE MONSTRE DES EGOUTS se destine essentiellement à un public jeune (le cœur de cible semble être les 8 – 10 ans qui pourront se faire un peu peur sans toutefois se donner des cauchemars), l’ouvrage reste plaisant pour les plus âgés grâce à son rythme soutenu, ses nombreuses péripéties et ses touches d’humour efficace. Un bon divertissement.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 9 Janvier 2019

L'EFFET PYGMALION de Christophe Lambert

Il était une fois deux inventeurs de génie…Ned, 16 ans, un adolescent solitaire condamné, depuis son enfance, à porter un exosquelette vu la fragilité de ses os. Et Lawrie, quinquagénaire alcoolique sur la mauvaise pente qui vit reclus auprès de ses « robots de plaisir ». Un jour, Ned lance un défi au monde scientifique : construire un androïde pouvant passer pour totalement humain. Associé à Lawrie, le jeune et génial concepteur en intelligence artificielle se donne un an pour y parvenir. Le résultat se nomme Eva. Ned, pour s’assurer de sa réussite, lui fait intégrer son lycée dont elle devient immédiatement une « vedette » fort convoitée. Entre effet Pygmalion et complexe de Frankenstein, comment Ned va-t-il réagir au succès de sa « créature » ?

Avec ce roman estampillé « jeunesse » mais tout à fait capable de séduire les plus âgés, Lambert revient sur des questionnements philosophiques et moraux classiques mais plus que jamais d’actualité vu les développements rapides de l’intelligence artificielle.

Entre Philip K. Dick, Isaac Asimov et Mary Shelley, sans oublier le chef d’œuvre A.I. de Spielberg (on a vu pires références !), l’auteur s’interroge sur nos rapports à la machine et aux limites de celle-ci : simple objet ou « être pensant » ? Le récit, bien mené, nous offre une trame en apparence linéaire mais comportant son lot de surprise grâce aux développements des protagonistes, esquissés avec une grande justesse.

Comme toujours, l’œuvre réserve quelques références littéraires et cinématographiques, des touches d’humour et un subtil mélange de science-fiction réaliste et d’émotions. Lambert y revisite d’une certaine manière « My Fair Lady » sous le patronage des lois de la robotique et ce en trois cents pages. Certains trouveront cela un peu court vu les nombreux thèmes abordés, d’autres se réjouiront d’éviter de se perdre dans de trop envahissant problèmes moraux, le livre étant surtout destiné aux adolescents qui devraient apprécier cette romance geek du XXIème siècle.

Avançant à un rythme enlevé et avec une écriture très sûre et très plaisante (chapitres courts, dialogues efficaces, descriptions point trop envahissantes, vocabulaire à la fois précis et accessible), le roman est une nouvelle réussite (oui, une de plus !) à l’actif d’un Lambert comme toujours inspiré.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Christophe Lambert, #Jeunesse, #anticipation, #science-fiction, #romance

Repost0

Publié le 24 Octobre 2018

LA NUIT DES MUTANTS de Christophe Lambert

Une prison spatiale très loin de la terre, dans un proche avenir. Frank Bishop, surnommé Prof, petit délinquant adolescent responsable de la mort accidentel d’un policier, y échoue. Pour alléger sa peine, il accepte de participer à un programme au cours duquel il devra manipuler un combustible très dangereux, le nitrogravium. Peu à peu, divers détenus ayant participé à cette expérience se transforment en monstres mutants…

L’intrigue de ce deuxième roman de Lambert rappelle quelque peu l’excellent « Outland » agrémenté de quelques touches de la saga « Alien » (ou de ses dérivés moins fortunés) : un mélange de science-fiction, d’épouvante light (littérature jeunesse oblige) et d’aventures spatiales bien menées et efficaces. C’est un roman court, bien rythmé, ponctué de scènes accrocheuses où les héros doivent se défendre contre les mutants dans une ambiance angoissante, quelque part entre « La nuit des morts vivants » et le western.

Des personnages intéressants et quelques clins d’œil, traits d’humour et référence achèvent de rendre la lecture de cette NUIT DES MUTANTS très plaisante…bref un roman vivement conseillé pour les adolescents mais, également, pour les plus âgés.

Voir les commentaires

Repost0