Articles avec #aventures tag

Publié le 23 Octobre 2017

LES TENEBRES ET L'AURORE de George Allan England

Avec DARKNESS AND DAWN nous plongeons aux origines de la science-fiction puisque la première publication de ce roman date de 1912. Le succès fut d’ailleurs au rendez-vous et l’auteur enchaina avec deux séquelles, le tout formant une trilogie fréquemment rééditée outre-Atlantique et tenue à présent pour un incontournable de « l’âge d’or ».

L’ingénieur Allan Stern et la secrétaire Beatrice Kendrick se réveillent dans un New York dévasté. Ils découvrent qu’ils sont, en apparence, les derniers survivants d’un cataclysme indéterminé. Mystérieusement plongés en animation suspendue durant huit siècles, nos héros vont devoir se battre pour rester en vie dans ce monde retourné à la barbarie hanté par des tribus de féroces mutants cannibales.

Voici de la science-fiction typique du pulp, avec son rythme soutenu, ses héros dénués du moindre défaut, sa romance désuète et son style littéraire rudimentaire. Les incongruités du roman feront, bien sûr, sourire aujourd’hui : les denrées sont toujours comestibles après huit siècles (car elles sont conservées dans des bocaux en verre !), les pistolets fonctionnent toujours sans difficulté, etc.

On note aussi la naïveté générale (seuls et à demi nu nos héros mettent des semaines - et tout le bouquin – pour se donner un bisou) et le côté « plus grand que nature » de notre valeureux dernier survivant masculin. Ce-dernier sait à peu près tout faire et n’a rien à envier aux plus grands experts survivalistes, bref avec un tel spécimen d’Humain nul doute que la civilisation puisse repartir rapidement sur de bonnes bases. L’américano centrisme se révèle, lui-aussi, amusant puisque nos Adam et Eve du futur admettent rapidement (et à vrai dire sans aucune preuve) être les seuls survivants de l’apocalypse : en effet, s’il en existait d’autres ces derniers seraient, forcément, venus vivre à New York, capitale mondiale de l’art et de la civilisation.

Evidemment, époque oblige, le roman développe un racisme décomplexé : nos héros découvrent, horrifiés, que les êtres simiesques sont non seulement des cannibales, des mutants et des dégénérés mais, que, pire que tout, ce sont des….Noirs. Heureusement ceux-ci se souviennent, texto, « du pouvoir et de la domination de l’homme Blanc ». Quoiqu’ils utilisent des sagaies et tapent sur des bambous (pardon des tamtams) preuve évidente de leur barbaries (« ce sont des sauvages » déclare  immédiatement l’héroïne), nos pseudo Morlocks respectent les coups de pistolets de leurs maîtres : « nous n’avons rien à craindre, nous sommes des dieux pour eux ».

Tout cela peut paraitre atrocement daté mais, en réalité, ces éléments incongrus confèrent un charme suranné à ce petit bouquin sinon très classique. Quoique l’auteur s’inspire manifestement de LA MACHINE A EXPLORER LE TEMPS, il anticipe sur de futurs classiques de la science-fiction (notamment LA PLANETE DES SINGES) et, plus encore, sur les bouquins « post nuke » qui fleurirent dans les halls de gare des années ’80 comme la série LE SURVIVANT. On constate, en effet, qu’en près d’un siècle rien n’a changé dans la littérature post-apocalyptique : deux survivants qui ne se connaissent ni d’Eve ni d’Adam (hum !) vont s’organiser, partir à la chasse (au propre comme au figuré), rassembler les vestiges fracassés de la civilisation, tenter de découvrir d’autres humains et se heurter à des tribus de mutants cannibales dont ils finissent par triompher en usant de la force mais aussi de leurs connaissances scientifiques.

L’auteur étant un fervent socialiste (nul n’est parfait), le bouquin se conclut logiquement par un vibrant discours censé donner le rouge au cœur du lecteur : l’homme du futur se promet d’abattre « l’oisiveté de l’aristocratie » et de bâtir une société plus juste et égalitaire. Bref, le matin du grand soir est enfin arrivé et, finalement, cette apocalypse (dont on ne saura rien) n’apparait pas si négative puisqu’elle a permis le triomphe du socialisme. C’est tellement beau que, pour un peu, on se mettrait à chanter « c’est la turlute finale ».

Si DARNESS AND DAWN peut sembler complètement ringard, dépassé, anachronique ou ridicule, il offre, malgré tout, une lecture divertissante et efficace, bien aidé par une longueur judicieuse (un peu moins de 150 pages). Pour un petit roman « pulp » de plus d’un siècle, le tout fonctionne encore agréablement dans les limites de ses ambitions. Pas sûr que beaucoup d’oeuvrettes du même style mais beaucoup plus récentes supportent aussi bien l’épreuve du temps. Un bon moment pour les curieux, à redécouvrir en français dans l’anthologie de Jacques Sadoul « les meilleurs récits de Famous Fantastic Mysteries » qui, pour rester dans le ton de ce magazine, agrémente ce roman de trois nouvelles de Francis Stevens, Abraham Merritt et Ray Cummings.

LES TENEBRES ET L'AURORE de George Allan England

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Golden Age, #science-fiction, #Aventures, #Roman de gare, #anticipation

Repost 0

Publié le 20 Octobre 2017

ORIGINE de Dan Brown

ORIGINES constitue la cinquième aventure du professeur de symbologie Robert Langdon, à nouveau embarqué dans une énigme qui menace la stabilité mondiale. Crée en l’an 2000 dans l’efficace ANGES & DEMONS, Langdon acquiert la célébrité suite au triomphe inimaginable de DA VINCI CODE, vendu à ce jour à 86 millions d’exemplaires. Ces deux romans furent adaptés avec succès au grand écran. Par la suite, Dan Brown poursuivit la saga avec LE SYMBOLE PERDU et INFERNO (lui aussi adapté pour le cinéma mais sans guère de réussite au box-office).

Cette cinquième livraison reprend une formule à présent balisée : un « prégénérique » intriguant puis l’introduction de Langdon, à nouveau confronté au mystère. Un de ses anciens étudiant, Edmond Kirsch, a, en effet, rencontré trois délégués du « Parlement des religions » (un rabbin, un archevêque et un imam) pour leur annoncer que ses découvertes allaient remettre en question les fondements de leurs croyances. Athée convaincu, expert futurologue et milliardaire des nouvelles technologies, Kirsch organise, trois jours plus tard, une réunion au musée Guggenheim de Bilbao à laquelle est convié son vieux professeur Robert Langdon. Kirsch promet d’apporter une réponse aux deux questions fondamentales de l’Humanité : « d’où venons-nous et où allons-nous » ce qui, selon lui, conduira inévitablement à la fin des trois grands monothéismes. Mais, avant qu’il ait pu annoncer sa découverte, Kirsch est abattu par un ancien amiral espagnol. Et voici Langdon, accompagné d’Ambra, la directrice du musée (et accessoirement future reine d’Espagne), lancé sur la piste du mot de passe qui permet d’accéder aux découvertes de son élève. Pour l’aider, il peut compter sur Winston, une intelligence artificielle dernier cri, sorte de « Siri ultra améliorée ».

Construit sur la recette familière de l’auteur (et qui, malheureusement, se voit appliquée dans les trois quarts des techno thrillers actuels), ORIGINE est avant tout une course poursuite, pas si éloignée des films d’Hitchcock dans lesquels un quidam se voyait embarqué dans une affaire d’envergure mondiale au risque d’y laisser la vie. Les grandes révélations théologiques tiennent donc lieu de McGuffin et permettent de dérouler un suspense mené à cent à l’heure entrecoupé des habituelles – mais plutôt réussies – digressions de l’auteur sur les religions, l’intelligence artificielle ou l’art contemporain (qu’il ne semble guère apprécié).

Bien sûr, Dan Brown ne serait pas Dan Brown s’il ne recourait pas aux ficelles des sectes, des assassins illuminés croyant servir une juste cause et des collusions entre les différences instances du pouvoir, notamment la religion et la politique. Ici, l’écrivain s’intéresse à une dissidence de l’Eglise catholique lancée en 1978, l’église palmarienne. Son fondateur, proclamé pape sous le nom de Grégoire XVII, récuse l’autorité du Pontife romain et professe une doctrine ultra conservatrice. Par la suite, la secte canonise de nombreuses personnalités (dont Franco). Le roman insiste sur l’oppression exercée à l’encontre des fidèles, le refus des adeptes de « tendre l’autre joue » pour proclamer la loi du talion et l’ambition de mener une guerre sainte totale contre les ennemis du Christ.

L’auteur joue aussi les guides touristiques, notamment à Barcelone, sur les traces de Gaudi avec sa Casa Mila et sa Sagrada Familia. Le roman se voit d’ailleurs rattrapé par l’actualité puisqu’il décrit une Espagne souffrant d’instabilité politique qui s’interroge sur l’abandon de la monarchie. De plus un des personnages a vu sa famille décimée par un attentat anti-chrétien et décide de réagir en menant se propre guerre sainte.

Pour le reste, les grandes révélations annoncées par le héros martyrisé pourraient-elles réellement mettre à bas les religions ? Peu crédible puisque la foi, par définition, est personnelle. Les religions ont toujours réussi à s’adapter, intégrant les découvertes successives pour continuer d’exister en opérant un subtil jeu d’équilibre entre croyance et science. La révélation finale, un peu longuette et fort verbeuse (l’auteur semble vouloir tout expliciter pour ne pas lâcher son lecteur), n’est finalement pas si extraordinaire que ça et on voit mal ce qui empêcherait les religions de rebondir et de continuer à prospérer. Si Brown semble croire au triomphe prochain de la raison et de l’athéisme sur le fondamentalisme religieux l’actualité parait pourtant le démentir. Qu’importe, l’essentiel réside, une fois de plus, dans la capacité d’émerveillement procuré par l’auteur, souvent dénigré et pourtant doté d’un solide métier dans l’art du divertissement et du « page turner ». Une fois de plus, toutes les informations sont d’ailleurs présentées comme authentiques et Brown enrichit la narration d’extraits d’un site web (fictif) conspirationniste afin de relancer l’intérêt.

Bien sûr, Langdon lui-même reste toujours schématique et stéréotypé : son implication véritable est minime, il se contente de courir d’un coin à l’autre de l’Espagne, visite des lieux emblématiques et déchiffre des énigmes. Mais Brown a parfois le sens de la formule : lorsque l’emballement médiatique atteint son plus haut niveau et que l’affaire est suivie par deux cent millions de curieux, il déclare « le reste du globe est devenu le studio d’une émission de téléréalité ».

Comme dans les précédents romans de l’écrivain, le grand jeu de piste finit toutefois par lasser le lecteur, embarqué dans une énième chasse au trésor qui retarde au maximum les révélations attendues depuis les premières pages. Mais on pardonnera ce bémol car, si les recettes sont connues (chapitres très courts, cliffhangers nombreux, retournements de situation, alternance de point de vue), elles demeurent mitonnées avec une efficacité éprouvée qui place Brown, que l’on le veuille ou non, dans le peloton de tête des auteurs de thrillers politico-ésotérico-anticipatifs actuels.

Au final, un bon divertissement.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 12 Octobre 2017

CATWOMAN A ROME de Jeff Loeb et Tim Sale

Le dynamique duo composé du scénariste Jeff Loeb et du dessinateur Tim Sale propose une série (originellement publiée en six épisodes) centrée sur le personnage de Catwoman. Sorte de spin-off de leurs deux sagas phares (UN LONG HALLOWEEN et AMERE VICTOIRE), ce voyage en Italie adopte un ton plus décontracté.

Selina Kyle débarque à Rome en compagnie du Sphinx afin de faire la lumière sur ses origines, qu’elles soupçonnent liées à la célèbre famille mafieuse des Falcone. Catwoman va affronter des mafieux équipés d’armes en provenance directe de Gotham, notamment le venin du Joker et le frigo-flingue de Mr Freeze. La belle cambrioleuse reçoit ensuite pour mission de dérober un joyau mythique, la bague du premier parrain de tous les parrains, laquelle donne à son possesseur un pouvoir absolu sur la mafia. Elle doit pour cela pénétrer au Vatican et s’emparer du bijou, caché dans le socle de la Pietà de Michel-Ange. Mais Cheetah débarque pour compliquer la situation.

CATWOMAN A ROME de Jeff Loeb et Tim Sale

Si ce comic-book n’est pas révolutionnaire dans son scénario, cela n’empêche pas l’intrigue de fonctionner efficacement en mettant l’accent sur le romantisme et même l’humour, notamment grâce aux relations conflictuelles entre Catwoman et le Sphynx. Bien sûr, cette histoire, plus légère, ne possède pas la profondeur des deux précédents travaux du duo dans l’univers de Batman mais CATWOMAN A ROME se révèle néanmoins plaisant et largement au-dessus du tout-venant.

 

CATWOMAN A ROME de Jeff Loeb et Tim Sale

Bien rythmé (les chapitres sont autant de jours passés loin de Gotham), très abordable pour le néophyte, délaissant la surenchère super-héroïque au profit d’une ambiance de film noir (la série est d’ailleurs sous-titrée « A murder mystery »), CATWOMAN A ROME met superbement en valeur l’héroïne (et ses formes) grâce à un dessin magnifique et à un travail exemplaire sur la colorisation. Certaines pleines pages, de toute beauté, méritent à elles seule l’achat de cette bande dessinée. Un titre souvent qualifié de mineur mais néanmoins très agréable à lire et à regarder. Et, franchement, des oeuvrettes « mineures » de cette qualité on aimerait en lire plus souvent dans un univers comic actuel encombré de titres boursouflé, incompréhensibles sans posséder cinquante références et interminables. Conseillé !

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Whodunit, #Aventures, #Comic Book, #DC, #Batman

Repost 0

Publié le 11 Octobre 2017

T-REX de Douglas Preston

Prologue. 1972. L’expédition Apollo 17 ramène de la lune des échantillons de roche qui finissent par disparaitre, mystérieusement « égarés ». Trois décennies plus tard, Marston Weathers est abattu, au Nouveau Mexique, par un tueur à gages, Jimson Maddox. Avant de mourir, l’agonisant confie à un certain Tom Broadbent un carnet, rédigé en code, qu’il destine à sa fille, Robbie. N’ayant guère confiance dans la police, Tom s’adresse à un personnage improbable comme il n’en existe que dans les romans : Wyman Ford, ancien expert en décryptage de codes secrets reconverti moine dans un monastère perdu. Mais Maddox cherche, lui aussi, à mettre la main sur le fameux carnet.

Spécialiste du techno-thriller, Douglas Preston est fréquemment associé à Lincoln Child, notamment pour la très réussie série consacrée à Pendergast. Il a également écrit, seul, une poignée de romans dans un style similaire et qui démontrent son solide métier de « page turner ». Les chapitres sont très courts (généralement 3 ou 4 pages) et donc fort nombreux (une centaine pour un total de 500 pages) : ils nous baladent avec une science éprouvée entre les principaux protagonistes, tous assez peu vraisemblables mais bien typés. Tom Broadbent, apparu dans CODEX, le précédent bouquin de Preston rassemble ainsi toutes les qualités du pur héros de roman, aussi riche qu’honnête, prêt à tout risquer pour tenir la promesse faite à un inconnu agonisant. Jimson Maddox est un tueur à gages sadique traditionnel qui ne tarde pas à enlever l’épouse du héros, bien décidé à la violer. Le moine ancien de la CIA, Wyman Ford, aussi original que peu crédible, reviendra dans plusieurs romans ultérieurs de Preston. Nous trouvons également l’assistante en mal de reconnaissance d’un paléontologue et un scientifique désireux de s’emparer du squelette d’un tyrannosaure.

Le roman alterne donc les points de vue des protagonistes afin de maintenir l’intérêt et l’auteur n’hésite pas à proposer de nombreux (petits) cliffhangers qui relancent régulièrement la machine. Pourtant, le tout ne parait pas franchement original : T-REX s’inscrit dans la tradition du techno-thriller littéraire à grand spectacle qui mélange joyeusement aventures et action avec une pointe d’espionnage et une dose de science-fiction. Un style popularisé, entre autre, par Clive Cussler, Michael Crichton ou Tom Clancy et depuis repris par bien des auteurs américains, Dan Brown en tête. Preston accommode efficacement sa tambouille sans éviter les nombreux clichés.  Malgré la couverture et l’accroche prometteuse (« mort il y a soixante-cinq millions d’années il peut encore tuer ») qui annonçait une sorte de JURASSIC PARK le lecteur ne verra jamais le tyrannosaure en action, il faudra se contenter de son squelette. On peut donc avoir l’impression de s’être fait avoir jusqu’à l’os, d’autant que les descriptions de l’animal régulièrement dispensées par l’auteur tiennent finalement de l’anecdote et n’auront aucune incidence sur l’intrigue.

La courte poursuite voulue haletante, l’intervention de militaires au service du gouvernement désireux d’étouffer l’affaire, la révélation finale, l’enlèvement de l’héroïne,…Rien de bien neuf, que du déjà lu et relu avec néanmoins une impression générale d’efficacité : T-REX se lit donc très rapidement mais ne peut échapper au syndrome de la grenouille se prenant pour le bœuf. Autrement dit, tout cela ressemble fort à un de ses petits bouquins de gare qui pullulait dans les années ‘70 et ‘80 sauf qu’ici l’auteur se prend davantage au sérieux et s’étend sur 500 pages (au lieu de 200) pour boucler son intrigue. De plus, à force de surenchère dans le dernier acte la crédibilité, déjà entamée, en prend un coup et les personnages sont définitivement trop stéréotypés et manichéens pour que l’on puisse douter une seule seconde de la fin.

Bref, T-REX s’impose comme un divertissement correct (quoique longuet) mais qui manque vraiment d’originalité, de suspense ou même d’une certaine hargne tant l’ensemble prend soin de rester très grand public, y compris lors des scènes violentes.

Si le livre « fait le job », il ne peut prétendre dépasser la moyenne des (trop nombreux) bouquins d’aventures de ce style.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #science-fiction, #Aventures, #Thriller, #Technothriller, #Douglas Preston

Repost 0

Publié le 22 Septembre 2017

LE MERCENAIRE - LA LOI DU SILENCE d'Axel Kilgore (Jerry Ahern)

Jerry Ahern (1946 – 2012), surtout connu pour avoir lancé la saga du SURVIVANT et, par conséquent, toute une littérature post apocalyptique et survivaliste, a également publié, sous le génial pseudonyme d’Axel Kilgore, une vingtaine de romans consacrés à Hank Frost, dit le Mercenaire. Ressemblant à un pirate avec son bandeau noir qui lui couvre l’œil, Frost n’est ni aussi impitoyable que l’Exécuteur ni aussi drôle que l’Implacable mais on sent Kilgore sous l’influence de ces séries à succès.

Dans cette septième aventure, Hank Frost doit protéger une jeune femme ayant décidé de témoigner contre des grands pontes de la Mafia. Evidemment, cela va lui attirer de nombreux ennuis et Hank devra la protéger de (très) près durant un voyage qui la verra régulièrement menacée par des tueurs pas gentils du tout.

Série plaisante mais assez routinière, LE MERCENAIRE (réédité ensuite sous l’appellation de « Hank le mercenaire ») constitue une classique « men’s adventure ». Autrement dit, le roman est court (un peu plus de 200 pages), rythmé, découpé en brefs chapitres et linéaire.

Cette aventure reprend un schéma des plus convenus qui a déjà servi à de nombreux romans de gare mais également à des kilos de séries B d’action, citons simplement pour le plaisir le trop décrié et pourtant ultra divertissant COBRA. Une demoiselle, forcément jeune et jolie, menacée, un baroudeur chargé de la protéger : dues rebondissements prévisibles (en particuliers les trahisons de l’un ou l’autre), deux ou trois passages érotiques entre la belle et la brute, des scènes d’action violentes, etc.

Rien de bien neuf mais un indéniable savoir-faire dans le registre du roman de gare, vite écrit, vite lu, vite oublié mais plaisant sur le moment. Jerry Ahern possède du métier et ne se fiche pas du public : si le récit est sans surprise (on note pas mal de similitudes avec l’époque « guerre à la mafia » de L’EXECUTEUR) il offre au lecteur exactement ce qu’il est venu chercher, à savoir trois heures de divertissement mêlant avec efficacité sexe et violence.

Pas grand-chose d’autre à dire sur ce roman sans prétention (auquel on peut préférer le plus énergique et original LE COMMANDO DU QUATRIEME REICH dans la même série) mais, dans ce genre de littérature, LE MERCENAIRE reste une valeur sûre. Ces petits bouquins besogneux encombraient jadis les présentoirs des supermarchés mais, aseptisation oblige, ne peuvent plus se dénicher, aujourd’hui, qu’au fond des caisses poussiéreuses des brocantes. Bizarrement, le temps s’est montré clément et ils ont, à présent, gagné un réel charme nostalgique.

Pas indispensable mais, si on cherche un roman « viril » et rondement mené, il y a bien pire que cette LOI DU SILENCE.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Roman de gare, #Thriller, #Gérard de Villiers, #Jerry Ahern

Repost 0

Publié le 14 Septembre 2017

LE SECRET DE HIGH ELDERSHAM de Miles Burton [John Rhode]

Militaire britannique, Cecil Street (1884 - 1965) fit carrière dans le roman policier sous les pseudonymes de John Rhode et Miles Burton. En 1925, il débute avec THE PADDINGTON MYSTERY, premier des quelques quatre-vingt romans signés John Rhode qui mette en scène le docteur Lancelot Priestley. Sous le pseudonyme de Miles Burton, l’écrivain lance, en 1930, une nouvelle série dont le héros récurent est cette fois l’officier de marine Desmond Merrion. LE SECRET DE HIGH ELDERSHAM (publié en français en 1946 dans la collection « Le Corbeau ») constitue la première aventure de ce Merrion appelé à en vivre bien d’autres.

Petit village typique, High Eldersham vivote tranquillement. Certes, on n’y aime pas beaucoup les étrangers mais de là à les assassiner…C’est pourtant ce qui arrive à Whitehead, le propriétaire du bar local, La Rose et la Couronne, découvert poignardé dans son établissement. L’inspecteur Young entre en scène accompagné d’un de ses amis, Desmond Merrion, lequel se trouve attiré par la jeune Mavis. Les enquêteurs s’intéressent rapidement à un culte satanique très vivace dans la région et dont les membres pourraient être responsable du meurtre de Whitehead.

Présenté comme un roman d’énigme classique, LE SECRET DE HIGH ELDERSHAM se révèle un roman particulièrement bizarre dont l’originalité constitue à la fois un défaut et une qualité. En effet, ce qui débute comme un typique whodunit de l’Age d’or prend après une cinquantaine de pages une tournure très différente : les deux protagonistes soupçonnent des sorciers, se réunissant en sabbats les soirs de pleine lune, de commettre divers crimes.

Hélas, à partir de là, la machine déraille : cette sous-intrigue, qui pouvait donner une réelle plus-value au récit en lui conférant une originalité appréciable, occupe en effet l’essentiel du récit, la recherche du coupable devenant, dès lors, accessoire. Pire, les deux enquêteurs paraissent totalement largués durant la quasi-totalité du roman. Merrion agit de manière absurde, au petit bonheur la chance, espionne de ci de là les cultistes et délaisse complètement l’enquête concernant la mort de Whitehead. Une sous-intrigue supplémentaire, à base de contrebandiers et de trafiquants de drogue, vient encore se greffer à ce roman boursouflé et pourtant relativement divertissant dans ses excès. Tout cela rappelle le récent film « Hot Fuzz » avec son village entier participant aux activités illégales pour Le Plus Grand Bien. Loin du classicisme des whodunit de cette époque, LE SECRET DE HIGH ELDERSHAM s’enfonce donc dans un délire (pas si éloigné des intrigues abracadabrantes d’Edgar Wallace ou des pires John Dickson Carr) que le lecteur jugera, au choix, amusant ou imbuvable.

La conclusion s’avère assez incroyable :

Spoiler:
{Le grand méchant trafique de la drogue et pour que les villageois gardent le silence, notre dealer à grande échelle ressuscite un culte satanique qui s’appuie sur la crédulité des natifs et leurs craintes superstitieuses. Avec l’aide du médecin local, notre méchant (dont nous tairons l’identité) élabore des drogues qui plongent les participants aux sabbats dans une sorte de transe érotique afin de les garder sous sa coupe. De plus, le docteur administre secrètement du poison aux personnes désignées à la vindicte populaire par les « sorciers » afin de les rendre réellement malade, renforçant l’idée que les sortilèges à base de poupée vaudou du Grand Prêtre Satanique fonctionnent ! }

Et le meurtre initial ? Une banale affaire de vengeance résolue avec beaucoup de chance par nos héros qui, durant 250 pages, ne fouillent pas le passé de la victime. Lorsqu’ils se décident à accomplir cette base de l’investigation le mobile et l’identité du meurtrier apparaissent immédiatement. Décevant.

Dans l’ensemble, LE SECRET DE HIGH ELDERSHAM manque de rythme, souffre de pauvres dialogues et sa partie centrale parait à la fois erratique et interminable, ce qui rend la lecture du bouquin plutôt pénible. L’aspect déjanté du dernier acte et les références au satanisme sauvent quelque peu les meubles quoique l’auteur sacrifie alors toute vraisemblance au profit de la seule distraction.

Avis mitigé donc pour cette première rencontre avec un écrivain majeur (mais aujourd’hui bien oublié) de l’Age d’or.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Policier, #Whodunit, #Aventures, #Golden Age, #John Rhode - Miles Burton

Repost 0

Publié le 12 Septembre 2017

LES VAISSEAUX DE LA LIBERTE de Christophe Lambert

Dernier tome de la trilogie que Christophe Lambert consacre à l’univers d’Arkhadie, LES VAISSEAUX DE LA LIBERTE constitue un final épique à souhait à ce vaste space opéra.

Nous retrouvons nos héros, le contrebandier Lohn Kossayan, le moine guerrier David Cunkel et le soldat Dogmaël peu après leur évasion du terrible Bagne de Mephisto (cf. tome précédent). La Reine Blanche, de son côté, souhaite emmener son peuple vers la terre promise, loin de la domination des Hommes Lézards Pyrhusiens. Pour cela, il faut passer par un tunnel spatial, à travers le portail de l’Ekluse. Mais ce-dernier se trouve sous la domination des cruels Entropistes.

Destiné à un public adolescent mais pouvant s’apprécier des adultes, LES VAISSEAUX DE LA LIBERTE constitue un hommage enamouré à la saga STAR WARS dont Lambert est un grand fan. Mais on peut également y voir une version actualisée des romans de space-opera ou de fantasy de l’Age d’Or, ceux-là même auxquels se référait George Lucas lors de la mise en place de son univers.

LES VAISSEAUX DE LA LIBERTE dévoile ainsi une mythologie riche et un bestiaire développé qui renvoie à des sagas littéraires fameuses élaborées par les Grands Anciens de la science-fiction littéraire. Citons le cycle du FULGUR de E.E. « Doc » Smith, l’excellent LES ROIS DES ETOILES d’Edmond Hamilton (également auteur du CAPITAINE FUTURE) ou la saga martienne de JOHN CARTER signée Edgar Rice Burroughs. A cela s’ajoute les bandes dessinées à la Flash Gordon et l’heroic-fantasy d’antan pour un cocktail très divertissant.

Moine guerrier, méchants hommes lézards, gentils félins humanoïdes (les chats de Tyndalos en référence discrète à Lovecraft), reine en détresse, pirate de l’espace, etc. Ils sont venus, ils sont tous là pour une conclusion riche en action, le roman accélérant encore le rythme (déjà soutenu) des deux précédents pour un tome qui ne laisse jamais au lecteur le temps de souffler. Et comme Lambert possède un solide métier, il use de chapitres courts et enlevés qui alternent les actes des différents protagonistes jusqu’à la spectaculaire bataille finale.

Le style est vif, les phrases souvent courtes et l’écriture très visuelle confère un côté immédiatement cinématographique à ce space opéra grandiose qui n’attend plus que le metteur en scène capable de le porter à l’écran pour la plus grande joie des petits et des grands.

Alors, bien sûr, LES VAISSEAUX DE LA LIBERTE n’est sans doute pas le plus original des Christophe Lambert et, parfois, le clin d’œil envers l’Empire se montre un peu trop appuyé. La trilogie d’Arkhadie dans son ensemble peut paraitre trop proche de STAR WARS pour susciter un enthousiasme débordant. Ce n’est pas tout à fait faux. Mais l’art de l’auteur à concocter un récit sans temps morts permet d’oublier ce bémol et la lecture de ce troisième tome se révèle délectable. Alors ne chipotons pas et ne boudons pas notre plaisir, embarquons avec nos valeureux héros sur ces VAISSEAUX DE LA LIBERTE fort estimables.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #science-fiction, #Jeunesse, #Christophe Lambert

Repost 0

Publié le 31 Août 2017

L'ASSASSIN DE SHERWOOD de Paul Doherty

Né en 1946, Paul Doherty est un des spécialistes incontestés du roman policier historique, auteur de nombreuses séries de qualités, parfois signées de ses pseudonymes (C.L. Grace, Paul Harding, etc.).

La saga de Hugh Corbett, située sous le règne d’Edward 1er d’Angleterre (au XIIIème siècle), reste sans doute sa plus célèbre : débutée en 1986 avec le très bon SATAN A SAINTE MARY-LE-BOW, elle compte à présent, trente ans plus tard, pas moins de dix-huit romans. Datant de 1993, L’ASSASSIN DE SHERWOOD, septième ouvrage de la série, se consacre à un personnage légendaire : Robin des Bois.

Lorsque débute le roman, en 1302, le Shérif de Nottingham est assassiné : il meurt empoisonné dans sa chambre (forcément close comme souvent chez Doherty grand amateur de ce type de problème) alors que tout ce qu’il a bu ou mangé a précédemment été goûté. Si la méthode est mystérieuse, l’identité de l’assassin semble, pour tout le monde, évidente : il s’agit du célèbre hors-la-loi Robin des Bois lequel tire, tous les 13 du mois, trois flèches enflammées en direction du château de Nottingham. Jadis admiré de la population pour redistribuer ses richesses aux plus démunis, Robin a dernièrement changé d’attitude : devenu bien plus cruel il n’hésite pas à massacrer des collecteurs d’impôts et se comporte en véritable brigand sanguinaire. Ces violences attirent l’attention du roi Edward qui dépêche à Nottingham son fidèle limier Sir Hugh Corbett pour mener l’enquête et trainer Robin devant la justice.

Comme souvent, Doherty mêle la petite histoire (l’assassinat impossible du Shérif) à la grande (un code secret français qui permettrait à Philippe le Bel de lancer une invasion contre l’Angleterre) et à la légende (ici, celle de Robin des Bois, personnage dont l’existence réelle reste sujette à caution).

En dépit d’une intrigue complexe, Doherty confère un bon rythme à l’ensemble, ramassé sur 250 pages, et lance de nombreuses pistes qui convergent avec fluidité vers une conclusion très satisfaisante. La méthode employée pour l’empoisonnement se révèle ingénieuse et crédible (loin des mises en scènes abracadabrantes de John Dickson Carr) et la solution du mystère incluant Robin des Bois fonctionne elle aussi de belle manière quoique la solution soit prévisible. Cela pourrait s’avérer un bémol mais cela prouve sans doute l’honnêteté d’un Doherty qui joue fair-play avec son lecteur sans lui cacher d’informations importantes. Les relations entre l’Angleterre et la France offrent, pour leur part, un tableau intéressant qui permet une sous-intrigue réussie à base de code secret, proche de l’espionnage.

Comme souvent avec l’auteur, le style est agréable et précis, les annotations historiques et les considérations socio-politiques concernant la période envisagée sont adroitement intégrées à l’intrigue, apportant au lecteur de nombreuses informations sur cette époque sans la moindre lourdeur. Du bon boulot pour ce véritable maître du roman policier médiéval. Vivement conseillé.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 21 Août 2017

BOB MORANE - KROUIC de Henri Vernes

Publié en 1972, voici la 113ème aventure de Bob Morane. Ce-dernier se promène dans un champ de foire en compagnie d’un Bill Ballantine très impatient d’assister à une démonstration de catch. Mais les deux amis sont abordés par un étrange nain, Krouic, qui les invite à assister à un spectacle plus intéressant. Peu après Morane se retrouve prisonnier d’une énorme bouteille en verre. Il parvient à s’en libérer et sauve une jeune fille également captive, Violette, pour découvrir qu’il se trouve au main d’un mystérieux collectionneur. Le couple va devoir échapper à de nombreux périls.

KROUIC appartient pleinement au fantastique (et plus encore à la fantasy), un genre souvent présent en filigrane dans les romans de Bob Morane grâce à des personnages surnaturels ou à des inventions délirantes. Ici, l’aventurier se retrouve coincé dans un monde qu’il ne comprend pas et se voit forcé d’avancer sans autre but qu’espérer s’en échapper. Aidé par une demoiselle, Bob parcourt cet univers mystérieux et y rencontre divers périls : une araignée gigantesque, une tribu aux intentions équivoques, un étrange chasseur mécanique, un robot, etc.

On retrouve là le schéma classique de la quête, typique de la fantasy, et que magnifiera le fameux « cycle d’Ananké » (sans doute le sommet de la série) avec ses rencontres toutes plus extraordinaires les unes que les autres. Ainsi, après avoir tué un immense arachnide en brulant sa toile à l’aide de son briquet, Bob, rebaptisé le Tueur d’Araignée, est accueilli par une tribu primitive dont le chef lui demande de supprimer le redoutable Ruicko le Chasseur. Si Bob échoue, Violette lui sera sacrifiée. Mais le chasseur en question se révèle un piège mécanique. Par la suite, Bob doit encore combattre le robot Rokuci.

Voici un bon moyen d’occuper deux heures de son temps en arpentant en compagnie de l’infatigable aventurier un monde étranger et dangereux. Bien sûr, le roman n’échappe pas à certains tics comme cette manie de Bob, décidément pratiquement aussi asexué que Tintin, d’appeler sa compagne « petite fille » ou, pire, « Violette des bois ». On constate tout le chemin parcouru par la littérature jeunesse dans le domaine amoureux, les auteurs actuels n’hésitant plus à aborder de front la question de l’attirance sexuelle. Néanmoins, ce KROUIC demeure plaisant et rondement mené, les différentes péripéties s’enchainant de belle manière sans laisser au lecteur le temps de souffler et en dépit d’une fin quelque peu décevante ce petit bouquin reste l’assurance d’un bon moment de divertissement.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Fantastique, #Jeunesse, #Bob Morane

Repost 0

Publié le 7 Août 2017

L'IMPLACABLE: MARCHE OU CREVE de Richard Sapir & Warren Murphy

Dans ce onzième roman de l’interminable série consacrée à Remo Williams (surnommé en anglais The Destroyer et en français L’implacable) l’organisation gouvernementale secrète Cure, dirigée par Harold Smith, voit son existence menacée. Ses secrets risquent d’être révélés, ce qui compromettrait l’intégrité politique des Etats-Unis et même l’autorité du président en personne. Par conséquent, pour éviter le désastre, Smith doit démanteler l’organisation et rompre tous les liens l’unissant à Chiun, le Maître du Sinanju, et son disciple Remo. Ce-dernier se montre d’abord ravi d’être ainsi forcé à la retraite anticipée. Mais, très vite, il culpabilise et décide d’aider un Smith au bord du suicide. Sans ressources, isolé et contraint à agir rapidement, Remo se lance dans la politique pour redresser une situation désespérée. Son idée consiste à faire élire à la mairie de Miami un doux rêveur inoffensif, Mac Polaney, sorte de baba cool quinquagénaire qui aime la pêche, s’est déjà présenté (sans succès) plus de quarante fois aux élections et ne vote pour personne, pas même pour lui. L’Implacable et Chiun vont user de toutes les méthodes pour persuader les électeurs du bien-fondé de leur projet saugrenu.

Quoique la recette générale soit à présent connue, MARCHE OU CREVE s’éloigne des standards habituels de la série pour proposer un récit moins porté sur l’action et davantage orienté vers la satire politique. L’humour, comme toujours, se montre donc bien présent et réserve son lot de scènes amusantes. Ainsi, Chiun aime se déplacer avec des dizaines de bagages tout en se donnant l’apparence d’un frêle vieillard peu aidé par son ingrat de fils adoptif. D’où les réactions outragées d’une bande de femmes mûres voyant Remo refuser de lui porter ses valises. Par la suite, l’Oriental, toujours aussi friand de feuilletons télévisés à l’eau de rose, découvre, estomaqué, la médiocrité d’une série martiale qui, sacrilège, donne une bonne image des moines Shaolin.

Les considérations politiques occupent ici l’essentiel d’une intrigue franchement pauvre en action selon les standards de la série. On peut juger la charge sans finesse mais, pourtant, elle semble plus que jamais d’actualité et, dans l’ensemble, pertinente. « Les trois éléments les plus importants d’une élection sont le candidat, le candidat et le candidat » annonce-t-on à Remo qui rétorque « bien sûr que non, c’est l’argent, l’argent et l’argent ». Et voilà les deux plus grands assassins du monde, escorté d’une myriade de « femmes d’un certain âge » en campagne pour conduire à la mairie un anarchiste sur le retour. Son unique slogan, rapidement adopté par la foule conquise, est « le soleil c’est bien plus beau, les fleurs c’est bien plus doux » tandis que ses meetings politiques consistent en des démonstrations de ses (lamentables) talents à la scie musicale. Mais, quoiqu’il arrive, nul ne le fera taire !

Ces événements permettent à Chiun de s’étonner de la stupidité du processus démocratique : l’accession au pouvoir d’un candidat est déterminée par la beauté de son badge de campagne ou par l’avis d’une célébrité quelconque invitée à s’exprimer sur le sujet. Lorsque le vieil Oriental suggère d’engager un expert, son émule lui répond que « nul ne s’y connait en politique, les experts encore moins que les autres. Tout le système est tellement dingue que n’importe quel fou a une chance de gagner ». La suite du roman prouvera à Remo la justesse de cette assertion et, de toute façon, l’Histoire a prouvé à maintes reprises que les gens votent souvent « pour quelqu’un qui a sa tête à la place de son cul ». Bien évidemment en soudoyant quelques personnalités haut placées, en menaçant quelques criminels influents et en s’assurant le soutien d’une centaine de femmes âgées qui trouvent leur candidat « tellement gentil » Remo et Chiun finissent par s’assurer de son élection. Et à sauver la mise (et la tête) de leur Empereur Smith.

Sans doute pas le plus représentatif ni le plus mouvementé des romans consacrés à l’Implacable, MARCHE OU CREVE demeure un divertissement rondement mené riche en passages fort drôles et en dialogues efficaces. Très sympathique à condition de ne pas en attendre l’action échevelée et délirante des autres tomes de la série.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Roman de gare, #Gérard de Villiers, #Implacable

Repost 0