polar

Publié le 22 Août 2018

DES LARMES SOUS LA PLUIE de Rosa Montero
DES LARMES SOUS LA PLUIE de Rosa Montero

Bien que le titre provienne d’une des répliques finales de « Blade Runner », DES LARMES SOUS LA PLUIE ne constitue pas une suite du film de Ridley Scott (lui-même adapté du roman de Philip K. Dick). Ce n’est pas non plus un spin of, ni un remake, plutôt un hommage à l’univers créé en 1982. Un monde si plausible que, selon Montero, ce « futur noir » deviendra réalité au début du XXIIème siècle.

Le XXIème siècle a été cauchemardesque…Réchauffement climatique, montée des eaux, guerre civile généralisée, conflits menés par des androïdes puis des robots de combats, famines, fanatisme religieux, etc. Le début du siècle suivant voit une terre quelque peu apaisée, à la population réduite à un milliard. Les hommes vivent entassés dans les régions préservées, l’air est devenu irrespirable un peu partout, certaines sectes se sont exilées dans l’espace à bord de « nouveaux mondes » mais, globalement, la situation s’est améliorée par rapport aux précédentes décennies.

Bruna Husky vit à Madrid. C’est un androïde de combat à la durée de vie limitée à 10 ans, autrement dit une « réplicante ». Les « techno humains », déjà peu aimés, s’attirent la haine de la population par une série d’agressions et d’attentats. Sur la demande de Myriam Chi, présidente du Mouvement Radical Réplicant, Huski enquête sur le sujet. Pendant ce temps un de ses amis archivistes, Yannis, découvre une manipulation généralisée des Archives terrestres afin d’attiser l’hostilité envers les réplicants.

En dépit de quelques clins d’œil à Dick et Asimov, Montero prend soin de construire un monde futuriste parfaitement cohérent dont la richesse se voit détaillée par les très intéressantes pages d’archives qui interrompent régulièrement la narration. Celles-ci décrivent non seulement l’Histoire du XXIème siècle mais aussi les différentes altérations subies par ces archives à des fins de propagande. L’humanité a ainsi traversé les « guerres rep » auxquels ont succédé les « guerres robotiques » tandis que la secte de l’Eglise du Credo Unique fondée par le messie Heriberto Labari, né le 11 septembre 2001, gagne en puissance en poussant à la haine des réplicants.

Il y aurait beaucoup à dire sur DES LARMES SOUS LA PLUIE, de la complexité de l’intrigue à la profondeur des personnages en passant par le mélange, très maitrisé, de drame, de polar et de science-fiction. Certes on peut reprocher quelques longueurs ou des passages plus descriptifs et introspectifs qui ralentissent l’action mais, dans l’ensemble, ce roman fonctionne de fort belle manière. Rosa Montero livre un bel hommage à « Blade Runner » que l’on peut estimer plus original et réussi que les suites littéraires jadis proposées par K.W Jeter. A découvrir en attendant de lire la suite, LE POIDS DU CŒUR.

 

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #science-fiction, #Thriller, #anticipation, #Polar, #Cyberpunk

Repost0

Publié le 21 Août 2018

LE DOSSIER ATREE de GJ Arnaud

G.J. Arnaud signe son entrée dans la collection « Angoisse » avec ce roman qui traite du cannibalisme et des conséquences de la guerre d’Espagne.

Un journaliste, invité à goûter les plats succulents d’un restaurant secret, le House Bones, où se presse la bonne société, ne tarde pas, en effet, à comprendre la véritable nature de la viande servie dans l’établissement. Bien sûr, un secret absolu doit être gardé sur le restaurant mais il est si tentant de vouloir écrire un bel article…

Arnaud convoque ici une organisation étrange, le Bureau Universel de Recherches des Anomalies Sociologiques, pour dénouer les fils d’une intrigue touffue. En peu de pages, le romancier évoque la guerre d’Espagne, les exactions d’anciens nazis et lie le tout par le biais d’un trafic d’enfants, enlevés puis gavés avant de finir dans les assiettes de riches adeptes de la chair humaine.

L’histoire générale, assez classique finalement, se voit joliment développée par ces différentes sous-intrigues et par un intéressant procédé stylistique : les narrateurs du récit changent fréquemment, transformant le roman en une sorte de mosaïque, voire de puzzle. Nous aurons ainsi le témoignage d’un infirmier espagnol, nous découvrirons l’existence d’un enfant mutilé et obèse, gavé comme une oie, etc. De quoi conférer une originalité certaine au récit et relancer l’intérêt d’un bouquin qui aurait pu n’être qu’un « roman de gare » horrifique assez quelconque sans la science (et le solide métier) d’Arnaud.

LE DOSSIER ATREE, comme l’indique la préface, constitue un précurseur aux « Gore » de la décennie suivante quoiqu’il mette davantage l’accent sur une horreur plus insidieuse, moins frontale mais tout aussi efficace, voire davantage car débarrassé des outrances du grand guignol, lesquelles auraient pu le faire sombrer dans une parodie plus ou moins volontaire.

Malheureusement le roman, en dépit de ses qualités, souffre d’un ventre mou (un comble vu le sujet !) dans sa seconde moitié. Les agents du Bureau Universel de Recherches des Anomalies Sociologiques usent ainsi de tactiques risibles pour contrer les anciens nazis cannibales, entrainant LE DOSSIER ATREE dans certains travers des bouquins d’« espionnages » de consommation courante. Dommage car Arnaud avait soigné toute la première partie et les cent premières pages se montraient d’une efficacité exemplaire de part, justement, leur retenue et leur plausibilité.

En dépit de ce bémol, LE DOSSIER ATREE demeure un plaisant « Angoisse » qui se lit d’une traite et avec gourmandise. Pas indispensable mais fort agréable.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Policier, #Horreur, #Polar, #Collection Angoisse Fleuve Noir, #GJ Arnaud

Repost0

Publié le 21 Juin 2018

CARNETS NOIRS de Stephen King

CARNETS NOIRS constitue la suite (au cinéma on parlerait peut-être de spin-off) de Mr MERCEDES : on y retrouve les principaux personnages (le retraité Hodges et son petit monde) mais l’intrigue part dans une tout autre direction et délaisse Brady, le tueur à la Mercedes. Ce-dernier apparait néanmoins dans quelques séquences annonçant le troisième et dernier tome, FIN DE RONDE.

Tout débute par l’assassinat d’un célèbre écrivain à la retraite, John Rothstein, par un de ses fans déçu par la conclusion d’une trilogie littéraire consacrée à Jimmy Gold, dit le Coureur, sorte de looser magnifique finissant par rentrer dans le rang. Le meurtrier, Morris Bellamy, se fait choper quelques jours plus tard pour viol. Condamné à la prison à vie il croupit durant 30 ans dans sa cellule avant d’être finalement libéré, décidé à récupérer son pactole, à savoir non seulement une grosse somme d’argent mais surtout les manuscrits inédits de Rothstein, dont deux romans supplémentaires du cycle Jimmy Gold. Or, ce trésor est tombé entre les mains d’un adolescent, Peter Sauber, dont le père sans emploi a été gravement blessé par le tueur à la Mercedes. Peter décide d’utiliser cette manne providentielle pour sauver sa famille. Chaque mois il envoie quelques centaines de dollars à ses parents de manière anonyme. Mais un jour le puit se tarit et Peter se résout à négocier les fameux carnets inédits de Rothstein auprès d’un libraire spécialisé. Ce qui permet à Morris de retrouver sa trace…

Après MISERY, le King renoue avec l’obsession littéraire et propose deux protagonistes antagonistes tout aussi fascinés par les romans de Rothstein : d’un côté le psychopathe Morris Bellamy (sorte de version masculine de l’infirmière Annie), de l’autre Peter, adolescent intelligent et sensible. Malheureusement, ces deux portraits réussis, auxquels s’ajoute le toujours attachant Hodges et sa petite troupe, ne suffisent pas à rendre CARNETS NOIRS réellement palpitant.

Le roman souffre en effet du défaut coutumier du King : une dilution du récit dans de nombreuses sous-intrigues. Lorsque l’auteur est inspiré cela ne pose aucun problème, même dans ses pavés les plus conséquents (CA, 20/11/63). Par contre, lorsqu’il se montre moins en forme, comme ici, les longueurs se font sentir et le lecteur achoppe sur de trop nombreux détails pas vraiment indispensables. Il faut, par exemple, atteindre le tiers du roman pour retrouver les personnages de Mr MERCEDES, jusque-là à peine évoqués. Certes, il est intéressant de voir l’écrivain opter pour une approche différente et s’éloigner radicalement des recettes du précédent ouvrage mais, avouons-le, les 150 premières pages manquent un peu de mordant pour passionner. Le lecteur s’impatiente avant de retrouver les personnages de Mr MERCEDES : le vieux flic retraité Hodges, la perturbée mais sympathique Holly Gibney et le jeune prodige Jérôme. En dépit d’une intrigue bien menée (on reconnait le métier du King pour entremêler différentes lignes narratives qui finissent logiquement par se rejoindre), tout cela manque de suspense et d’une réelle tension et la conclusion, trop prévisible et attendue, déçoit.

Heureusement, des passages très réussis, intercalés durant la progression de ces CARNETS NOIRS, en rendent néanmoins la lecture plus intéressante. Diverses scènes montrent ainsi Hodges retourner au chevet d’un Brady (le fameux tueur à la Mercedes) catatonique alors que les infirmières chargées de sa garde font état d’étranges rumeurs : l’assassin aurait développé des pouvoirs psychiques. L’épilogue, entre « Patrick » et « La grande menace » confirme la véracité de ces dires et laisse ouverte la porte pour l’ultime volet de la trilogie, FIN DE RONDE que l’on a hâte d’entamer en dépit de la semi déception de ces CARNETS NOIRS. Un King « bon mais sans plus ». On en attend davantage de l’auteur phare du fantastique et de l’épouvante.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Policier, #Thriller, #Polar, #Stephen King

Repost0

Publié le 4 Juin 2018

LA VOIE DU TALION d'Alexandra Coin et Erik Kwapinski.

Alexandra Coin écrit des romans seule (ENTRAVES) ou avec son compagnon Erik Kwapinski. LA VOIE DU TALION se consacre à un soldat français de retour du front, Fabrice. Celui-ci a servi en Afghanistan et en est revenu dans un sale état. Tireur d’élite, le jeune homme se sent responsable de la mort d’un de ses amis : suite à un tir raté un de ses potes a été abattu par un Afghan.

Rentré en France, Fabrice retrouve sa femme avocate et carriériste, Céline, laquelle a depuis peu une nouvelle meilleure amie, la très belle psy Cassandre avec laquelle elle découvre le monde friqué de la jet-set cannoise. Fabrice, pour sa part, n’apprécie guère et la situation du couple se détériore d’autan que l’ancien sniper se laisse aller à l’auto mutilation et abuse de la bouteille. Il supporte de plus en plus difficilement les remarques futiles ou carrément critiques à son égard des nouvelles connaissances de son épouse. Du coup le militaire s’isole, souffre d’agoraphobie et trouve finalement refuge dans les montagnes où il vit en ermite. Là, notre dépressif porte secours à une jeune femme en détresse, Zoé. Le soldat et la jeune femme discutent et sympathisent. Mais une question se pose : qu’est réellement devenue son épouse Céline, soi-disant disparue ?

Thriller psychologique aussi manipulateur que son anti héroïne, la femme fatale Cassandre, LA VOIE DU TALION prend le temps de brosser une série de personnages intéressants aux motivations fouillées. Le roman adopte également une construction efficace en multipliant les flash backs, ce qui brise la linéarité du récit pour le transformer en un puzzle dans lequel le lecteur, du moins au début, se trouve aussi perdu que son ancien militaire dépressif. Avec sa violence sous-jacente, ses fausses pistes nombreuses et son érotisme discret mais bien présent le roman rappelle quelque peu le style des giallo italiens ou des thrillers sexy américains des années 70 et 80 et un léger effluve de « Basic Instinct » ou « Last Seduction » imprègne le récit.

Aux côtés de Fabrice nous découvrons également Taisho, un Japonais forcément zen et au code moral strict, partagé entre les arts martiaux et la dégustation rituelle du thé. Un rôle qui eut convenu au Laurence Fishburne période « Matrix » par exemple.

LA VOIE DU TALION s’impose donc comme un thriller solide dont l’intrigue se referme habilement sur le lecteur lors d’un dernier acte violent où s’assume pleinement la vengeance promise par le titre tout en laissant la porte ouverte à une séquelle, KIAÏ, parue en juin 2018.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Thriller, #Polar

Repost0

Publié le 5 Avril 2018

LE FRERE DE SANG d'Eric Giacometti et Jacques Ravenne

Nouvelle enquête pour le commissaire franc-mac Antoine Marcas et, une fois encore, Giacometti & Ravenne nous font voyager à la fois dans le temps (une bonne partie du roman se déroule en 1355) et dans l’espace (de la France à New York). Les auteurs suivent la piste laissée par un Franc-maçon vengeur, élevé au Haut Grade de la Vengeance, un Frère de Sang décidé à purger la maçonnerie de ses profiteurs dont l’arme semble enduite d’un or incroyablement pur. Le légendaire métal précieux des alchimistes d’antan. D’ailleurs, en parallèle, nous assistons à une quête menée par Nicolas Flamel, le plus célèbre des alchimistes (remis au goût du jour dans HARRY POTTER A L’ECOLE DES SORCIERS) pour découvrir la fameuse pierre philosophale.

Le premier récit concerne directement Marcas. Deux Francs-maçons (un profane sur le point d’être initié et un vieillard handicapé) sont assassinés au siège de l’obédience. Sur le corps des victimes est découvert une petite quantité d’or extrêmement pur laissée par l’arme du meurtrier. Marcas va officieusement mener l’enquête et se rendre à New York sur les traces de Lafayette afin de découvrir le secret du métal alchimique.

Le second récit se consacre à Nicolas Flamel et à son pèlerinage en vue d’obtenir le secret de la transmutation du plomb en or.

Le bouquin, solidement documenté, nous éclaire sur différentes périodes de l’Histoire (notamment la Révolution américaine), nous initie aux secrets de l’or, valeur refuge dont le cours s’écroulerait si on en découvrait soudain de grandes quantités, et éclaire d’un jour nouveau différents bâtiments bien connus aux racines maçonniques comme la Statue la Liberté ou la Tour Eiffel. Le tout parsemé de divers clins d’œil, en particulier à James Bond (l’intrigue rend un petit hommage à « Goldfinger ») quoique les auteurs n’apprécient guère Daniel Craig si on en croit un chapitre teinté d’humour où Marcas assiste à la projection de « Casino Royale ».

Comme toujours, la plume de Giacometti s’avère très efficace : nous ne sommes pas dans ce qu’il est convenu d’appeler la grande littérature (celle des bobo-parigots qui se regardent le nombril et s’astiquent la nouille à coup de phrases ampoulées et de digressions narcissiques) mais plutôt dans le roman populaire (dans le bon sens du terme) héritée des feuilletonnistes d’antan mais avec, en prime, une parfaite maitrise des techniques littéraires plus actuelles en provenance des « page turner » anglo-saxons. Le roman se voit ainsi découper en 133 chapitres pour un peu plus de 500 pages…le compte est vite fait, aucun ne dépasse les 5 pages. Et, souvent, les auteurs concoctent un petit cliffhanger à la manière des serials afin d’encourager l’amateur à poursuivre sa lecture…allez encore un petit chapitre, deux ou trois pages de plus, puis un autre, puis encore un et, rapidement, on se retrouve à la moitié du roman, c’est dire comme celui-ci se lit plaisamment. Car LE FRERE DE SANG propose un jeu de ping-pong éprouvé entre les époques : l’intrigue alterne, sur un rythme échevelé, les aventures de Marcas avec celles de Flamel, sans oublier quelques considérations (peut-être un peu moins intéressantes) au sujet d’une mystérieuse organisation Aurora. Pas le temps de souffler, pas le temps de s’ennuyer.

Certes l’intrigue ne se renouvelle pas vraiment (elle reste dans la lignée générale des précédents romans donc l’effet de surprise et de nouveauté ne joue plus) et demeure quelque peu prévisible en dépit de l’un ou l’autre twists bien amené.  

Certes, Marcas est souvent bien chanceux dans ses pérégrinations, mettant la main sur des indices cruciaux au bon moment ou parvenant à échapper à une mort apparemment certaine. Mais ce sont de menus bémols (et même des conventions inhérentes au genre) qui n’altèrent pas le plaisir ressenti devant ce très bon thriller ésotérico-historique teinté d’une touche de fantastique bienvenue. Divertissant à souhait, LE FRERE DE SANG est peut-être le meilleur de la saga (en tout cas des six premiers) et bénéficie, à l’image des dvd, d’un bonus sympathique sous la forme d’une fin alternative.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 26 Janvier 2018

VERSION ORIGINALE de Bill Ballinger

Roman noir typique des années ’50 avec son détective amateur et sa femme fatale, VERSION ORIGINALE se distingue par l’originalité de sa construction : il alterne, en effet, la narration à la première personne de l’enquêteur (durant les années ’50) avec le récit des aventures de sa vamp situées une dizaine d’années auparavant.

Le narrateur, Danny April, est donc décidé à relancer une affaire de recouvrement de dettes. Après l’avoir rachetée, il parvient rapidement à la redresser mais tombe également sur une pile de vieux dossiers. Poussé par la curiosité, April découvre l’existence d’une jeune femme, Krassy, mystérieusement disparue depuis une dizaine d’années. De plus en plus obsédé par cette Krassy, notre détective amateur tente de la retrouver et de dresser le portrait (qui s’évapore comme la fumée, d’où le titre original plus évocateur de « Portrait in smoke ») de la demoiselle.

Ce détective improvisé se construit, peu à peu, une image de la jeune fille qu’il imagine victime des événements et marquée par l’existence. En réalité, Krassy constitue un des plus beaux exemples de séduisante salope que nous ait offert le roman noir. Experte manipulatrice, elle débute sa « carrière » en embobinant son premier copain, une petite frappe minable, pour qu’il truque un concours de beauté local. Elle remporte ainsi l’élection et les nombreux prix associé. Elle réussit même à obtenir, en échange de ses faveurs, une rallonge en dollars de la part du père de son petit ami. Ce-dernier prend d’ailleurs très mal la trahison paternelle. Par la suite, Krassy change plusieurs fois de nom et grimpe les échelons de la réussite sociale en payant de sa personne et en utilisant son incroyable beauté pour embobiner les hommes rencontrés.

Le récit se poursuit en proposant un double tableau de Krassy et de Danny April lesquels finissent, bien sûr, par voir leurs chemins se croiser pour le meilleur et pour le pire. L’intrigue, habilement construite, abouti à une conclusion certes légèrement attendue mais fort bien amenée. Un dernier chapitre dans la pure tradition du polar de cette époque.

Avec son intrigue rondement menée, son rythme soutenu et ses deux intrigues parallèles qui relancent régulièrement l’intérêt du lecteur, VERSION ORIGINALE constitue une vraie bonne surprise du roman noir. Un petit classique à découvrir impérativement, un whisky à la main, pour les amateurs du genre.

Egalement disponible dans l'omnibus "Polars années 50 - tome 1"

Egalement disponible dans l'omnibus "Polars années 50 - tome 1"

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Policier, #Polar, #Roman noir

Repost0

Publié le 17 Janvier 2018

DERNIER MEURTRE AVANT LA FIN DU MONDE de Ben H. Winters

Concord, une petite ville du New Hampshire sans histoire et au taux de criminalité très faible. Du moins jusqu’il y a quelque mois. Car, depuis, des scientifiques ont découvert un astéroïde de six kilomètres de diamètre surnommé Maia. Au début, personne ne s’en est réellement préoccupé. Une collision semblait totalement improbable. Une malchance sur plusieurs milliers. Puis sur plusieurs centaines. Puis une chance sur deux. Et, finalement, une certitude : l’impact aura bien lieu. Maia et la Terre vont se percuter. Pour une moitié de la planète ce sera l’anéantissement immédiat. Pour l’autre moitié ? Difficile à dire. Sans doute une mort lente après un retour à la barbarie. Alors certains se suicident, d’autres plaquent tout pour aller réaliser leurs rêves, d’autres construisent d’illusoires abris, achètent des armes pour survivre dans un hypothétique et très incertain « après ». Les sectes fleurissent, les geeks refont les calculs pour prouver que la collision n’aura pas lieu et le Pakistan se promet d’atomiser le gros caillou. Saint Bruce Willis, priez pour nous ! Et, bien sûr, le prix de la nourriture s’envole. Mais pas autant que celui des drogues. Néanmoins, une fois l’information assimilée, la population continue, globalement, à vivre et à poursuivre ses activités en attendant la fin du monde, prévue pour dans six mois.

« Les gens, dans l’ensemble, vaquent simplement à leurs affaires. Ils vont au boulot, s’assoient à leur bureau, espèrent que la boîte sera toujours là lundi prochain. Ils vont au supermarché, poussent leur chariot, espèrent qu’il y aura à manger dans les rayons aujourd’hui. Retrouvent leur chérie à l’heure du déjeuner pour aller acheter une glace. D’accord, bien sûr, certains ont choisi de mettre fin à leurs jours, et d’autres d’aller réaliser leurs rêves, d’autres encore cherchent partout de la drogue ou se baladent la bite à l’air ».

Hank Palace, jeune policier récemment promu inspecteur décide, pour sa part, de continuer son boulot. Ainsi il entame une enquête sur un geek, Peter Zell, venu se pendre dans les toilettes d’un McDo. Une affaire des plus banale, un simple suicide de plus et ceux-ci commencent à être nombreux. Pourtant, quelque chose chiffonne Hank. Serait-ce un crime maquillé en suicide ? Et qui prendrait la peine d’effectuer une telle mise en scène sachant que, dans une demi-année, toute la population aura péri ? Hank s’accroche, il veut une certitude, malgré l’avis de ses collègues ou celui du légiste. Il ira jusqu’au bout même si tout le monde s’en fout.

Avec ce premier tome d’une trilogie « pré apocalyptique », Ben H. Winters livre un excellent compromis entre le roman policier et la science-fiction. Bien sûr, la fusion des deux genres a déjà donné lieu à de belles réussites comme FACE AUX FEUX DU SOLEIL d’Asimov, BLADE RUNNER de Dick ou, plus récemment, CARBONE MODIFIE de Richard Morgan ou la saga « Greg Mandel » de Peter Hamilton. Toutefois, l’idée de Ben H. Winters se montre particulièrement originale puisqu’il suit un inspecteur obstiné bien décidé à résoudre ce qui pourrait bien constituer « le dernier meurtre avant la fin du monde ».

Sur un rythme alerte (les 330 pages ne laissent guère le temps de souffler), l’écrivain propose une très efficace enquête policière, entre mystère (de type whodunit) classique et polar de série noire avec son détective désabusé (sachant que l’humanité est condamnée à brève échéance difficile de ne pas l’être) et sa narration à la première personne, le tout dans une ambiance science-fictionnelle de fin du monde annoncée fort intéressante et réaliste.

Si certains se laissent aller à leurs penchants ou plaquent leur boulot pour aller peindre des nus en Provence, une certaine civilisation – en pleine déliquescence – subsiste : la plupart des gens vivent simplement leur vie, avec leurs considérations quotidiennes, à la recherche de nourriture ou d’argent pour payer le loyer. Parallèlement, les moyens de communications s’écroulent, Internet disparait et, pour les employés (de moins en moins nombreux) qui continuent à travailler, le papier et la ligne fixe ont repris leur droit face aux ordinateurs et aux téléphones portables. Pour les vendeurs d’assurance-vie c’est la catastrophe mais pour d’autres la vie continue, surtout depuis qu’on sait qu’il n’y aura aucune conséquence à long terme pour ses actes. Attention, toutefois, la police se montre particulièrement sévère et les infractions vous conduisent tout droit en prison pour six mois. Autrement dit, aucune chance d’en sortir vivant.

Roman aussi original que bien mené, DERNIER MEURTRE AVANT LA FIN DU MONDE, ponctué d’un soupçon d’humour noir bienvenu et de quelques références en guise de clins d’œil habilement placés, se révèle une grande réussite. Vivement conseillé en attendant la suite !

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Policier, #science-fiction, #Whodunit, #Thriller, #anticipation, #Polar

Repost0

Publié le 1 Décembre 2017

FETES DE FIN DAMNES de Gilles Soledad

Cette livraison de la Brigandine est signée Gilles Soledad, pseudonyme qui dissimule le scénariste de bandes dessinées Frank (Reichert), auteur d’une vingtaine de titres érotiques chez la Brigandine. L’idée de base reprend le chaos consécutif à la grande panne d’électricité ayant frappé New York en 1977. Soledad transpose cela à Paris et transforme cette commande érotique en récit sombre, proche de l’anticipation et curieusement prémonitoire de la problématique des banlieues et des futures émeutes. Il démontre, pour ceux qui en douteraient, la fragilité de la civilisation et il suffit, en effet, de bien peu (ici un black out durant une nuit) pour voir son vernis se lézarder.

Dans une obscurité complice, les hordes barbares déferlent sur la capitale tandis que les forces de l’ordre se révèlent impuissantes à juguler l’anarchie. Les voyous, pilleurs, incendiaires, casseurs, violeurs et autres tueurs de flics se sentent pousser les ailes de l’impunité, au moins pour quelques heures. On croise ainsi une jeune femme décidée à faire la peau d’un ancien ministre, un voleur surnommé Bras Cassé, deux petites frappes minables prises par la folie du massacre et quelques flics débordés, le tout dans une ambiance de fin du monde, lors d’un réveillon de Noël sanglant.

Bref, on est loin du bouquin porno de consommation courante ou du gnan gnan gentillet à la « After cinquante nuances de beautifull crossfire truc machin ». Pas vraiment d’érotisme « classique » dans ce récit où tout se base sur des rapports de force : l’auteur délaisse donc le côté sexy coutumier pour une violence brutale et plusieurs scènes de viol forcément bien complaisantes. Miam !

Cru, rageur, énergique (l’écriture – qui use et abuse d’un argot aujourd’hui déjà daté mais plaisant – s’avère efficace et la narration maîtrisée), ces FETES DE FIN DAMNES constituent une bonne surprise et un « polar de cul » rentre dedans (c’est le cas de le dire !) tout à fait convaincant et plutôt réjouissant.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Policier, #anticipation, #Erotique, #Polar, #Roman de gare

Repost0

Publié le 19 Novembre 2017

DEUIL EN ROUGE de Paul Gerrard

Ecrit en 1959 et couronné par le Grand Prix de Littérature Policière, DEUIL EN ROUGE rappelle le point de départ du roman de Nicolas Blake (adapté par la suite par Chabrol) QUE LA BETE MEURE. Un riche industriel rentre chez lui au volant de sa luxueuse Arion noire. Sa femme et ses deux filles se précipitent pour l’accueillir mais sont fauchées par un chauffard conduisant, lui aussi, une Arion noire. Décidé à se venger, notre homme voit l’enquête ne point aboutir. Il va alors demander à Steve Darras, son plus proche collaborateur (apparemment très proche de la défunte) de reprendre l’enquête avec l’aide de détective privé. Heureusement pour eux, l’Arion est une voiture peu courante et, rapidement, le nombre de suspects se restreint à trois.

Jean-Marie-Edmond Sabran (1908 – 1994), souvent caché sous le pseudonyme de Paul Berna, se dissimule cette fois sous le nom de Paul Gerrard. Il livre ici un roman court, rythmé et fort bien mené, en particulier durant sa première partie où l’homme de confiance Steve Darras enquête minutieusement afin de restreindre le nombre de coupables potentiels. « Est-ce vraiment un roman policier ? » se demandèrent les critiques de l’époque. Pas vraiment, en effet, plutôt un mélange de roman très noir, de drame psychologique et de suspense agrémenté d’une énigme sur l’identité du chauffard meurtrier. Ici, il n’y a pas de crime intentionnel, pas de complexe jeu d’alibi comme pouvait en présenter les romans d’énigme de l’âge d’or, seulement la conduite complètement imprudente d’une crapule voulant frimer dans sa voiture de luxe. On ne trouvera pas non plus de policier ni de détective dans ce DEUIL EN ROUGE : les héros sont des quidams dégouttés par l’inaction des forces de l’ordre et décidés à se venger.

Roman bien tassé n’ayant guère vieilli à l’exception de quelques tournures et vocabulaires argotiques (mais cela contribue également, quelque part, au charme de ces petits bouquins ancrés dans leur époque), DEUIL EN ROUGE propose 150 pages qui se lisent d’une traite et sans le moindre ennui. Du bon polar !

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Policier, #Polar

Repost0

Publié le 11 Septembre 2017

DES AMIS DANS LA POLICE de Pierre Siniac

Avoir des relations c’est important. Et des amis dans la police encore plus. Surtout si on est la complice d’un assassinat.

Voici un roman dans la grande tradition de Pierre Siniac (1928 – 2002), défenseur de la littérature populaire qui n’hésitait pas à mélanger les deux frères ennemis que sont le polar et le récit d’énigme dans des récits « hénaurmes » mâtinés d’une fantaisie flirtant avec le fantastique et saupoudré d’une bonne louche d’humour. Il fut d’ailleurs publié aussi bien à la Série Noire qu’au Masque et cette livraison malaxe avec bonheur des personnages de polar et une intrigue abracadabrante au point de départ délirant.

Nous sommes dans la petite ville de Gisors, au pied du château-fort. Un ancien inspecteur de police pas vraiment futé, plutôt du genre pistonné, Germain Gouyaude, coule une retraite paisible en compagnie de la beaucoup plus jeune Aline. A temps partiel, l’ex flic, comme beaucoup de ses collègues, exerce le métier de gardien d’usine. Mais Germain, connu dans la ville sous le surnom de l’Albinos, est surtout un passionné de lecture qui fréquente assidument la bouquinerie de Mérouilleux. Il lui achète beaucoup de polars, quelques pornos et aussi, plus rarement, des « romans romans ». Autrement dit, de vrais livres, écrits avec des mots compliqués. Comme le dernier Sagan pris sur un coup de tête, complètement par hasard. Et dans lequel il découvre ce petit mot accusateur : « Je sais que vous avez tué une femme et que ce crime est resté impuni ». Bizarre, non ? Mais Germain n’a guère de temps pour s’interroger puisque, le soir même, il succombe à une crise cardiaque foudroyante. Y aurait-il un impensable lien de causalité ?

Aline, à son tour, découvre l’énigmatique message. Elle pourrait s’en désintéresser ou croire à une plaisanterie d’un goût douteux si, huit ans plus tôt, Germain n’avait pas tué à coup de démonte pneu son ancienne compagne, Colette. Aline a assisté à la scène sans intervenir. Elle a même aidé son homme à découper le cadavre avant de l’enterrer dans leur modeste maison de campagne. Pour tout le monde Colette est partie aux Etats-Unis, comme elle en avait toujours émis le souhait. Bref un crime tout bête, banal. Mais aussi un crime parfait dont personne n’a jamais entendu parler, que personne n’a même soupçonné. Or, aujourd’hui, Aline prend peur.  Elle s’imagine déjà victime d’un maitre chanteur, voire tuée par une main vengeresse. A qui se confier sinon au meilleur ami de Germain, l’inspecteur Jo Chalampin, bon flic insignifiant qui vivote depuis des années, trop indifférent à la politique, trop peu enclin à serrer des mains ou à cirer des pompes ? Mais par où commencer, comment entamer cette enquête, à part chez les bouquinistes ?

DES AMIS DANS LA POLICE constitue un court roman (les Anglo-saxons parleraient de « novella » puisqu’il fait 124 pages) enlevé et rythmé. Comme souvent avec Siniac (on se souvient des excellents SOMBRES SOIREES CHEZ MADAME GLAUQUE ou AIME LE MAUDIT), le point de départ est particulièrement intriguant. Jusqu’au dénouement, forcément surprenant, le lecteur baigne dans le mystère, complètement dépassé par l’impossibilité apparente de la situation : seules deux personnes étaient au courant du crime alors comment l’ancien policier peut-il se voir accusé par un message anonyme glissé entre les pages d’un livre acheté par hasard ?

Les explications finales paraitront probablement invraisemblables ou « capilotractées » mais qu’importe, elles tiennent la route (à condition d’enclencher la désormais célèbre suspension d’incrédulité) et, vu le caractère extravagant du problème posé, c’est déjà une vraie gageure d’aboutir à une solution satisfaisante. Et puis ce type de roman d’énigme, proche des crimes impossibles et des mystères en chambres closes, reste essentiellement ludique, un grand jeu où il importe davantage de s’amuser et se laisser surprendre que de chercher à battre en brèche la fragile construction narrative élaborée par l’auteur. Lequel se délecte également de nombreux clins d’œil, cultivant même l’auto citation en déclarant que certaines élites intellectuelles ne dédaignent pas lire un « Luj Inferman ». En cachette évidemment. Car les bouquins se divisent en catégories, allant de la vraie littérature (aux phrases complexes et aux mots que le lecteur moyen ne peut comprendre) à l’autre, cet indéfini qui comprend le polar, le gore, le fantastique, etc. Sans oublier, tout en bas dans la boue, le roman rose que l’on cache au fond d’un sac.  On devine Siniac plus attendri par cette littérature fangeuse que par les Académiciens.

« Chacun à sa place, comme dans la vie. Les gens convenables d'un coté - ici les romans dits littéraires, les choses psychologiques -, le petit peuple dans son coin : là les polars, les espionnages, les science-fiction, les fantastiques, les gores, enfin toute l'armée de la fiction, de l'évasion. Et dans un ghetto très spécial : les malades, les anormaux : les ouvrages licencieux, coquins, pornographiques, obscènes, excitants, louches, à lire sous la douche... »

Pour une soirée divertissante ou un petit trajet, DES AMIS DANS LA POLICE se révèle idéal et se lit en deux heures. A découvrir !

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Policier, #Whodunit, #Impossible Crime, #Polar, #Pierre Siniac

Repost0