ken follett

Publié le 22 Janvier 2018

LA CHUTE DES GEANTS (LE SIECLE TOME 1) de Ken Follett
LA CHUTE DES GEANTS (LE SIECLE TOME 1) de Ken Follett

L’énorme saga de Ken Follett constituée de trois tomes bien épais (près de 3500 pages au total !) se propose, ni plus ni moins, de raconter par le petit bout de la lorgnette (c’est-à-dire en suivant le destin de gens ordinaires et non pas de célébrités) l’Histoire du XXème siècle, de la Première Guerre Mondiale à l’élection d’Obama. Pour cela, le romancier, à la manière d’une énorme saga (ou d’une série télévisée pharaonique – on se prend d’ailleurs à rêver d’une adaptation à l’image de  celle des PILLIERS DE LA TERRE) entremêle le destin de plusieurs familles, chacune composée de nombreux membres et de dizaines de personnages annexes.

Ce premier tome, LA CHUTE DES GEANTS, débute au Pays de Galles en 1911. Le jeune Billy Williams, 13 ans, effectue sa première descente au fond de la mine tandis que sa sœur Ethel est engagée comme domestique chez le comte Fitzherbert, surnommé Fitz. Peu à peu, Billy acquiert de l’expérience en tant que mineur, son père, chef du syndicat local, défend les ouvriers et Ethel prend du galon, devenant intendante du comte avant qu’il n’en fasse sa maitresse. Lorsqu’elle tombe enceinte, Ethel cache l’identité du père et quitte la région pour Londres où elle donne naissance au petit Lloyd. Par ma suite elle sera engagée par Maud, la sœur de Fitz, une suffragette militant pour l’obtention du droit de votes par les femmes. De son côté, Maud tombe amoureuse de Walter von Ulrich, attaché à l’ambassade d’Allemagne, qu’elle épouse en secret. Cependant, le 4 aout 1914, l’invasion de la Belgique par l’Allemagne entraine une réaction en chaine qui pousse les pays d’Europe dans la guerre. Walter, Billy et Fitz iront combattre sur le front…

Pendant ce temps, Bea, épouse de Fitz, donne naissance à son fils, Boy, héritier du titre. Bea, princesse russe nostalgique de la mère patrie, suit avec effroi l’évolution de la situation dans son pays natal et craint pour la vie de son frère alors que débute la révolution. En Russie, l’inconscient et séducteur Lev Pechkov, coupable d’un meurtre, embarque pour les Etats-Unis à la place de son frère, l’économe Grigori, abandonnant sa maitresse enceinte Katrina. Celle-ci est recueillie par Grigori qui l’épouse et d’élève le petit Vladimir comme son fils. Enrôlé dans l’armée impériale, Grigori refuse d’obéir aux ordres et de  tirer sur les rebelles : il se mutine et se place aux côtés des révolutionnaires, accompagnant Lénine dans son accession au pouvoir.

En Amérique, Gus Deward, fils d’un sénateur influent, doit épouser la fille d’un Russe émigré devenu chef mafieux. Hélas, Lev, le chauffeur de la famille, met enceinte la demoiselle. Les fiançailles rompues, Lev épouse la jeune femme dont il a une fille, Daisy.

Le roman se poursuit en suivant les destins croisés de ces nombreux protagonistes jusqu’à l’armistice du 11 novembre 1918 et la lente émergence d’un « monde nouveau » peu à peu envahi par la peste communiste et la prise du pouvoir des infâmes bolchéviques.

Avec LA CHUTE DES GEANTS, Follett détaille les événements ayant menés à la Première Guerre Mondiale, les différentes raisons d’enclencher le conflit finissant par se brouiller au point que, rapidement, plus personne ne comprend pourquoi ils se battent. La guerre en elle-même s’avère bien expliquée, occupant les deux tiers du roman, avec les conséquences qu’elle cause sur les protagonistes et annonçant la suite (montée du nationalisme, recherche du bouc émissaire juif, etc.).

L’auteur choisit, pour livrer sa leçon d’histoire, une série de personnages appartenant à des classes sociales différentes, du plus pauvre au plus riche, appartenant à cinq familles dont les destins se croisent à plusieurs reprises. En découpant son récit pratiquement mois par mois, LA CHUTE DES GEANTS prend le temps nécessaire à approfondir les nombreux changements qui s’opèrent dans les deux premières décennies du vingtième siècle.

Bien sûr, l’auteur prend parfois quelques facilités, appliquant sa recette du « page turner » en proposant des coïncidences improbables ou en relançant l’intrigue en utilisant les ficelles du roman feuilleton. Un petit bémol en regard de la qualité général de cette énorme fresque dénué de manichéisme qui, en dépit de sa longueur, se lit avec facilité.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Historique, #Ken Follett

Repost0