jeunesse

Publié le 19 Janvier 2022

LES GRIFFES DE LA FORET (L'Agende Pendergast vol. 4) de Christophe Lambert

En cette toute fin du XIXème siècle, dans le Wyoming, des animaux ont été massacrés et le responsable pourrait être le légendaire Big Foot. Dans une ambiance western, la petite troupe de l’Agence Pendergast débarque donc dans un village typique du Far-West. Mais le « Grands Pieds » n’est pas la seule créature à roder dans la région. Dès lors que vont faire Sean, Celia et Joe ? Dans quel camp se ranger puisque rester neutre semble impossible ?

Quatrième opus de Christophe Lambert pour sa série de l’agence Pendergast, une équipe spécialisée dans l’élimination des « paranormaux », autrement dit des créatures surnaturelles qui vivent aux côtés des humains. Un thème classique du fantastique mais toujours agréable, l’intérêt résidant dans les personnages et ceux-ci sont, à nouveau, bien brossés et attachant. Nous avons ainsi Sean, le jeune adolescent : la nouvelle recrue de l’agence, amoureux de Célia, la gitane tireuse de cartes. N’oublions pas Joe, l’Indien musclé capable de donner un coup de main si nécessaire. Et Mr Pendegarst, ici peu présent, le responsable de l’équipe. La troupe se retrouve dans le Wyoming à la fin du XIXème siècle et, forcément, les conventions du western sont bien présentes, pour la plus grande joie des petits et des grands. Le lecteur assiste à un voyage par le « Cheval de fer », explore une ville minière et rencontre un Baron teuton à l’accent à couper au couteau décidé à ajouter le Big Foot à son tableau de chasse (et accessoirement Célia),… Au fil des péripéties et après la rencontre avec des créatures fameuses du bestiaire fantastique, nos amis commencent à questionner leurs agissements. Ils se demandent par exemple si traquer et tuer (ou enfermer à vie) des « paranormaux » constitue vraiment une bonne action. Qui décide des « bons » et des « méchants » ? Leur confrontation avec le Big Foot, finalement inoffensif, et des lycanthropes qui souhaitent simplement vivre en paix, les amènent à se poser diverses questions et à réévaluer leurs certitudes. Un questionnement qui s’oppose aux visées du chasseur allemand dont l’unique objectif reste d’abattre le « Grands Pieds ».

Comme toujours, Christophe Lambert offre un roman bien mené, divertissant, saupoudré de quelques considérations poussant le lecteur à la réflexion mais sans la moindre pesanteur. L’aventure et le dépaysement demeurent l’essentiel et les 160 pages se dévorent d’une traite. Si le livre peut se lire dès 9 ans il saura plaire aux plus âgés et même aux adultes par la pertinence de ses thèmes, les références aux classiques du western et l’efficacité de la narration. Enfin, mentionnons des illustrations plaisantes qui agrémentent joliment les pages. Une nouvelle réussite pour l’auteur !

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Christophe Lambert, #Fantastique, #Historique, #Jeunesse, #Western

Repost0

Publié le 23 Août 2021

LE COMBATTANT DE L'AUTOROUTE (UN LIVRE DONT VOUS ÊTES LE HEROS) de Ian Livingstone

Ce « défi fantastique » s’éloigne du cadre fantasy prisé de nombreux « Livre dont vous êtes le héros » pour proposer un environnement post-apo totalement pompé sur « Mad Max II ». En 2022 (demain quoi), une pandémie décime 85% de la population mondiale. Les survivants se répartissent rapidement en enclaves désireux de rebâtir un semblant de civilisation et en hordes barbares sans foi ni loi. Au volant de son Interceptor (!), le lecteur / joueur doit rejoindre une raffinerie pour ramener une précieuse citerne d’essence. Et c’est parti pour une longue traversée du désert sur des routes infestées de tarés en tout genre.

Le système de jeu est classique, c’est celui des « défis fantastiques », il est donc simple et bien rodé, ce qui évite d’interminables jets de dés. De plus, l’Interceptor dispose de nombreuses armes et, avec des stats correctes, il est possible de réussir l’épreuve en 3 ou 4 tentatives. Une petite carte des paragraphes étant, comme toujours, le meilleur moyen de progresser. Sans cela, le risque de s’égarer dans le désert est grand.

Les adversaires ne sont d’ailleurs pas particulièrement difficiles et comme l’Interceptor est équipée de quatre roquettes il ne faut pas hésiter à les utiliser. Sur l’aventure le lecteur / joueur devra réaliser une demi-douzaine de combats motorisés, deux ou trois affrontements à mains nues et quelques duels au pistolet. Ce qui donne un bon équilibre. Bref, si le véhicule adverse parait costaud, une roquette résout le problème et les vrais combats seront réservés aux adversaires moins puissants.

Un solide blindage est toutefois nécessaire, les possibilités de réparer son véhicule étant réduites. Le « boss final » (L’Animal) est prenable, même sans posséder de poing américain (qui donne un bonus de dégât appréciable mais encore faut-il le trouver).

Pour arriver à destination, le lecteur devra cependant se ravitailler en essence à trois reprises : trouver un bidon, un garage ou disposer d’un tuyau en plastique pour siphonner une épave sera donc indispensable. Sans cela la panne sèche est assurée et la mission se termine prématurément.

Par contre le bouquin ne demande pas de disposer d’objets précis pour être terminé, ce qui évacue une bonne dose de frustration ressentie avec de nombreux « livre jeu ». Au cours de son périple, il est également possible de sauver le président (façon « New York 1997 » le cynisme en moins) mais si le lecteur n’y parvient pas il n’encourt pas de pénalité.

Quelques pièges et explosions peuvent mettre un terme à l’aventure de façon brutale mais avec un peu de logique (savoir à qui faire – ou non – confiance), tout devrait se dérouler sans trop de difficulté.

L’essence permettra de conclure le récit : sans en posséder suffisamment, c’est fichu. Veiller donc à se réapprovisionner avant une trop longue route.

L’ambiance est bien retranscrite, les erreurs de traduction peu nombreuses et le roman se déguste comme une bonne série B d’action, offrant quelques heures de distraction sans qu’il soit nécessaire de reparcourir inlassablement le même parcours pour trouver la solution. Une bonne pioche pour ce « défi fantastique » original et fort agréable.

LE COMBATTANT DE L'AUTOROUTE (UN LIVRE DONT VOUS ÊTES LE HEROS) de Ian Livingstone

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 16 Août 2021

HALLOWEEN PARTY (FEAR STREET) de R.L. Stine

R.L. Stine, auteur de « Chair de poule », propose avec la série « Fear Street » des romans fantastiques et horrifiques dans un style similaire mais destinés à un public un peu plus âgé. Si « Chair de poule » se destine aux grands enfants, les « Fear Street » (publiés en France dans la collection « Peur Bleue ») sont davantage orientés vers les adolescents, pour des lecteurs de 13 ou 14 ans. On y rencontre donc les problématiques propres à cet âge : amourettes, rivalités, vie scolaire, etc. Ici, l’auteur présente un trio de personnages centraux : Cindy, la jolie malentendante, son amoureux Terry et son ex, le très arrogant Alex bien décidé à la reconquérir. Ce petit monde se voit perturbé par l’irruption d’une nouvelle venue, la trop séduisante Justine aux allures de sorcière sexy. Afin de mieux connaitre les gens de son école, Justine invite neuf d’entre eux (dont les précités Cindy, Terry et Alex) à une soirée d’Halloween qu’elle promet riche en surprise. Cette perspective accroit la rivalité entre Terry et Alex, lesquels prennent la tête de deux clans rivaux, surnommés les « poules mouillées » et les « sportifs ».

Surprises diverses, fausses morts et cadavres baladeurs, agression par les deux loubards du lycée,…la fête débute de manière mouvementée mais le Vaudeville prend rapidement un tour plus tragique, Cindy étant persuadée que cette invitation cache quelque chose de sinistre. Et si les intentions de Justine étaient moins innocentes qu’elle le prétend ?

R.L. Stine écrit pour un public qui n’est pas celui de Stephen King, encore moins celui de Clive Barker, Richard Laymon ou Jack Ketchum, il ne faut donc pas en attendre le même niveau de frissons. Mais, pour sa cible, HALLOWEEN PARTY offre exactement ce qui est attendu : un peu de romantisme, quelques touches humoristiques, un mystère prenant et quelques passages légèrement angoissants ou surprenants, beaucoup de chapitres (courts) se concluant par un petit cliffhanger sympathique. Les révélations finales, par contre, sont attendues et le motif de la soirée convenu. Mais ça ne détruit pas le plaisir ressenti. Pour une lecture distrayante à l’approche d’Halloween, ce roman s’avère donc plaisant : essentiellement destiné aux plus jeunes il saura également divertir les plus âgés par son écriture très fluide et son ambiance de la fête des morts bien rendue. Et puis, « à Fear Street c’est Halloween tous les jours ».

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Fantastique, #Horreur, #Jeunesse

Repost0

Publié le 7 Juin 2021

SI LONGUE SOIT LA NUIT de Christophe Lambert

Le nouveau roman de Christophe Lambert débarque avec son pitch mystérieux et ses influences assumées (Stephen King) et la bande dessinée « Seuls ».

Le récit, mené sur un rythme alerte en 200 pages, alterne les points de vue entre cinq lycéens coincés durant la nuit dans leur école désertée. Ils ignorent ce qu’ils font là et comment ils sont arrivés en ce lieu. Dehors le ciel se teinte de couleurs étranges à la manière des aurores boréales, les eaux du fleuve montent et menacent de les submerger. Les portes sont bloquées et une créature proche de celle de « The Thing » rode dans les couloirs.

Les cinq jeunes gens ont évidemment des personnalités très différentes : d’abord l’adepte de jeux de rôle handicapé qui semble connaitre les tenants et aboutissants de l’histoire et semble adopter le profil de maitre du jeu bien que personne ne le remarque vraiment. Puis le bon élève timide et geek qui se rêve écrivain et lorgne sur une des demoiselles, la première de classe surdouée. Laquelle se dispute forcément avec la fille canon et populaire qui vient de rompre avec son mec et est à présent victime de revenge porn sur les réseaux sociaux. On note aussi le petit voyou plutôt grande gueule mais finalement pas si méchant et surtout perturbé par une hérédité pesante. Bref, des personnages assez classiques mais qui permettent une identification aisée pour les adolescents, cœur de cible du roman. Quoique très différents, ils vont néanmoins devoir s’unir pour résoudre le mystère qui les a conduit à cette école déserte. Et puis chacun cache un secret plus ou moins lourd qui les empêche d’avancer réellement et un fardeau duquel ils devront se défaire.

Peu à peu, le lecteur comprend où l’auteur veut nous conduire mais, en dépit de références évidentes et assumées (La bande dessinée « Seuls » comme déjà mentionné, John Carpenter, Stephen King, Lovecraft, Donjons & Dragons), le suspense fonctionne. Les plus âgés penseront certainement à des films des années ’80 comme « Stand by me », « Les Goonies », « Breakfast club », etc. Les plus jeunes citerons sans doute « Stranger Things » (qui recycle tous les titres précédemment cités) ou peut-être, pour les plus connaisseurs, l’excellent « Detention ».

Quoiqu’il en soit l’alternance des points de vue entre les protagonistes donne son rythme au récit et rend la lecture, divisée en chapitres relativement courts et ponctués de cliffhangers, très fluide.  L’énergie et le suspense développés sont d’ailleurs tels qu’il est bien difficile de ne pas terminer la lecture d’une traite.

SI LONGUE SOIT LA NUIT n’est sans doute pas le plus original ni le plus ambitieux des romans de Christophe Lambert (ce titre revenant probablement, dans le domaine de la littérature jeunesse en tout cas, à SOUL BREAKERS) mais il s’agit néanmoins d’un excellent divertissement young adult : du fantastique, du mystère, du thriller, une pointe d’épouvante, une bonne dose de considérations adolescentes et un suspense parfaitement maitrisé jusqu’au dénouement réussi. Une nouvelle fois vivement conseillé !

 

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Fantastique, #Jeunesse, #Thriller

Repost0

Publié le 21 Avril 2021

L'OEIL D'EMERAUDE

Encore un Bob Morane ! Celui-ci développe une nouvelle portant le même titre écrite en 1957 par Henri Vernes. Bien sûr, le sujet (13 pages à l’origine), va être considérablement étoffé. Le bouquin est de la pure action / aventure avec un décor d’Extrême-Orient : sectes et sociétés secrètes, lieux mystérieux, quartiers malfamés,… Bob et Bill plongent dans les ennuis. Dès l’entame, nos héros sont d’ailleurs poursuivis par des pirates. Ils trouvent refuge dans une grotte où ils découvrent une légendaire pierre précieuse, un œil taillé dans l’émeraude, qui pourrait les conduire sur la piste d’un fabuleux trésor.

Sans prétention mais rythmé, L’ŒIL D’EMERAUDE constitue un bon « Bob » d’aventures. Alors, certes, les Bob sont souvent meilleurs et plus palpitants lorsqu’ils incluent un élément science-fictionnel ou fantastique mais ne boudons pas notre plaisir. Le dépaysement est assuré par la visite de Hong Kong et ses quartiers les plus mal fréquentés, le lecteur a son quota de rebondissements et le rythme ne faiblit pas.

Pas la peine de détailler davantage, le roman (le 65ème de la saga) se montre classique : pas de surprises (bonne ou mauvais), simplement l’assurance d’un divertissement légèrement suranné mais tout à fait plaisant à condition d’avoir gardé son âme d’enfant (ou d’adolescent).

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Bob Morane, #Jeunesse

Repost0

Publié le 15 Mars 2021

ALEX RIDER TOME 4: JEU DE TUEUR d'Anthony Horowitz

Le James Bond adolescent reprend la route pour une quatrième mission dans laquelle il hérite même d’un super vélo aussi blindé de gadgets que l’Aston Martin de son modèle. Pourtant, au départ, notre héros goûte des vacances bien méritées aux cotés de sa petite amie Sabina Pleasure (un nom typiquement « bondien » !) dans le sud de la France. Mais, rapidement, un attentat détruit la maison de sa copine et blesse gravement son père. Pour Alex, pas de doute, la personne visée c’était lui. Il va donc mener son enquête et, rapidement, soupçonner la pop star philanthrope Damian Cray d’être l’auteur de cette attaque. Or Cray s’apprête à lancer sur le marché une console de jeux vidéo révolutionnaire.

L’adversaire d’Alex est, cette fois, une pop star milliardaire, sorte de compromis entre Paul McCartney et Bono mâtiné de Sting et d’Elton John. Le genre de vedette qui serre la main de la reine, donne avec le sourire la moitié de ses gains et multiplie les actions caritatives. Insoupçonnable, même pour le MI6 qui refuse de croire Alex…lequel devra, par conséquent, agir seul. Notre héros, dans la tradition de l’espionnage, va donc voyager du Sud de la France à Paris, sans oublier Amsterdam et Londres.

Dans la droite ligne des précédents, ce quatrième tome constitue un divertissement bien calibré pour le public adolescent mais capable d’intéresser également les plus grands. Intrigue d’espionnage mâtiné de techno thriller et d’une pointe d’anticipation / science-fiction, passages d’action rondement menés, personnages bien typés dont un Alex que l’on connait de mieux en mieux, révélations faisant avancer l’histoire générale de notre héros et final efficace qui annone la suite, SCORPIA.

Plus sombre et plus « violent » que les trois premiers volumes, la saga Alex Rider, à l’image des Harry Potter, semble vieillir avec son public et délaisse le côté « aventure merveilleuse » pour rappeler que l’espionnage, au-delà des gadgets et des demoiselles en détresse, c’est également un monde de coups fourrés, de crimes pour raison d’état et de retournements de veste en fonction du vent soufflant sur les relations internationales.

Un bon cru.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Espionnage, #Jeunesse, #Thriller, #Technothriller

Repost0

Publié le 16 Février 2021

LA SEPTIEME ETOILE (Les Chroniques pourpres tome 2) d'Alexandre Malagoli

Sans être très subtil ni original, SORCELAME constituait un divertissement de fantasy « young adult » plutôt plaisant. La suite reprend où le premier tome s’achevait mais sans parvenir à susciter le même enthousiasme (relatif). Nous sommes dans une intrigue balisée, très « old school » et jeu de rôle, avec sa petite compagnie de héros (l’élu d’une prophétie, un Troll, un magicien, une princesse,…) en route vers la ville de tous les vices, non pas Las Vegas mais bien Farnesa où chacun doit accomplir une tâche bien précise. A cela s’ajoute le classique réveil de la grande sorcière maléfique, les manipulations politiques, la révolte du camp du « bien » républicain contre les Rois, les chefs religieux mal intentionnés, l’épée magique, etc. Nous avons même quelques protagonistes tout droits tirés d’un antique « livre dont vous êtes le héros » à la manière des Templiers du Chaos ! Ne manque que les jets de dés !

L’ensemble avance donc de manière très linéaire, en laissant quelques interrogations en suspens pour maintenir l’intérêt (avec surtout un mystère sur l’identité de l’élu ici dénommé Ost-Hedan), au gré des pérégrinations des personnages qui se posent l’une ou l’autre questions vaguement philosophiques que l’on pourrait résumer par « La fin justifie-t’elle les moyens » ? » ou « tuer les méchants c’est pas vraiment mal, non ? ». Rendez-vous à l’examen de philo, vous avez deux heures.

Bref, LA SEPTIEME ETOILE peine à intéresser le lecteur même si on reste objectivement dans la « moyenne ». Le style est classique, pour ne pas dire facile, le vocabulaire pas toujours recherché (le monde est à peine esquissé), les dialogues sans grand intérêt, les péripéties attendues,…beaucoup de bémols mais le roman est, heureusement, court et raisonnablement rythmé. Un public adolescent peu exigeant et féru de jeux de rôle pourra probablement y trouver son compte mais, pour la majorité des lecteurs, l’ensemble risque d’être peu engageant. Bien évidemment, ne chargeons pas trop la mule, « il y a pire » et le roman se lit sans vrai déplaisir. Hélas, ce qui pouvait passer à une époque où le genre devait de contenter de quelques parutions par an et que l’amateur désespérait d’obtenir sa ration de High Fantasy parait anachronique aujourd’hui. Alors que le nombre effarant de sorties dans le domaine de la « grosse Fantasy épique avec prophéties et combats qui plaisent aux ados », ne cesse d’augmenter se contenter d’un bouquin juste « moyen » est-il raisonnable ? Surtout qu’il faudrait, pour connaitre la fin de l’histoire, se farcir encore un tome et qu’à l’issue de ce deuxième volet rien ne motive vraiment à poursuivre la saga…On en restera donc là pour ces « Chroniques pourpres » bien décevantes.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Fantasy, #Jeunesse

Repost0

Publié le 26 Janvier 2021

L'ORDRE DES RODEURS - L'APPRENTI D'ALUREN de John Flanagan

Premier tome d’une longue saga de Fantasy destinée à tous les publics (mais estampillée « jeunesse »), voici un œuvre certes très classique mais fort bien menée et plaisante. Nous sommes donc devant le traditionnel roman d’apprentissage, passage obligé d’une saga de Fantasy qui se respecte, et nous suivons les aventures de Will, lequel rêve de devenir chevalier.

Né en Australie en 1944, John Flanagan se lance dans l’écriture de la saga d’Aluren à la fin des années ’90. Il envisage alors un recueil de nouvelles pour encourager son fils à lire. Dix ans plus tard, l’auteur reprend la vingtaine de récits écrits et les transforme en un roman d’environ 300 pages, premier tome d’une vaste saga qui s’étend à présent sur onze tomes, sans compter six volumes spin-off et encore huit autres situés dans le même univers.  L’histoire générale se veut dans la droite ligne de la Fantasy « à la Tolkien » : Morgarath, le seigneur des ténèbres, prépare depuis 15 ans sa revanche sur le royaume d’Aluren. Un jeune adolescent, Will, attend de son côté d’être choisi pour rejoindre un corps de métier et, bien sûr, il se rêve chevalier au service du roi. Pourtant un autre destin l’attend : Will intègre les Rodeurs, un corps d’espion d’élite.

Traditionnel, voire archétypal, L’ORDRE DES RODEURS puise largement dans les classiques de la Fantasy, LE SEIGNEUR DES ANNEAUX et HARRY POTTER en tête. Un jeune orphelin « sans histoire » mais doué, des comparses bienveillants, un maitre taciturne, des démêlées entre différents personnages avec histoire de filiation, d’amour ou d’amitié pour épaissir l’intrigue,…Du classique, tout comme le retour d’un Grand Méchant en guise de moteur à l’action. Mais l’ensemble fonctionne en dépit d’un manque d’originalité certain, y compris dans la description du sacro-saint monde médiéval à peine décalqué de l’Europe moyenâgeuse.

Le cœur de cible de l’auteur étant les adolescents, il prend soin de maintenir un rythme alerte, de donner quelques faiblesses à ses protagonistes, facilitant ainsi l’identification du lecteur, et de ponctuer son récit de touches d’humour bienvenues. Les chapitres s’enchainent pour maintenir en haleine et les nombreux dialogues sonnent vrais, augmentant encore le côté très vivant et enlevé de ce premier tome. Le style, fluide, simple sans être simpliste, rend le tout agréable.

Le résultat donne un bouquin plaisant et maitrisé, pas franchement novateur ni réellement transcendant mais qui remplit parfaitement son but : donner aux ados l’envie de poursuivre l’aventure et les divertir sans les ennuyer. On poursuivra probablement la lecture pour approfondir l’univers et retrouver ces attachants personnages sans nécessairement aller au terme du voyage (et des 10 tomes qui suivent) mais en étant satisfaits de ce petit bout de route à Aluren.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Fantasy, #Jeunesse

Repost0

Publié le 23 Novembre 2020

DRAGONLAND TOME 1: LE SECRET DE LA VALLEE DES DRAGONS de Johan Heliot

Johan Heliot, né en 1970, œuvre depuis longtemps dans les littératures de l’imaginaire et a signé de nombreuses réussites, tant en « adulte » qu’en « jeunesse » : sa trilogie de la lune, le très plaisant LA LEGION ECARLATE, le très fun FAERIE HACKERS ou encore LA GUERRE DES MONDES N’AURA PAS LIEU ont démontré son talent pour revisiter des thèmes classiques à travers différents genres (aventures, uchronie, cyberpunk). Très prolifique, l’auteur offre cette fois une Fantasy pour les plus jeunes lecteurs (disons à partir de 8 ans) dont les héros sont un gamin rêvant d’aventures, Artémus, et une fillette dotée de pouvoirs magiques, Iselle, ce qui permet une identification immédiate des lecteurs cibles. On rencontre également un chevalier peureux, une licorne et un dragon puisque ces animaux légendaires remplacent, dans l’univers proposé, les chevaux. Depuis LA BALLADE DE PERN les dragons sont des êtres incontournables de la Fantasy et, dans ce premier tome de DRAGON LAND, ce sont des montures dressées par l’Homme dont les colliers les empêchent de cracher le feu.

L’intrigue générale, pour sa part, reste classique et s’adresse à un lectorat relativement jeune avec cette lutte entre le Bien et le Mal assortie d’une quête de la demoiselle, Iselle, pour découvrir une mythique Vallée des Dragons.

Le tout se montre néanmoins divertissant et bien mené, avec de nombreux rebondissements qui enchanteront les amateurs : pirates, monstres, etc. Le vocabulaire est précis mais abordable, les chapitres fort courts et le rythme suffisamment alerte pour que le lecteur dévore rapidement cette aventure fort agréable et tout public.

Bien qu’il s’agisse du premier volume d’une série, le roman se suffit à lui-même et ne se termine pas en queue de poisson, ce qui s’avère appréciable à l’heure où les sagas de Fantasy se terminent systématiquement par un cliffhanger incitant à l’achat du tome suivant.

Les adultes apprécieront ce récit qui s’adresse cependant plus spécifiquement aux grands enfants et adolescents. Quoiqu’il en soit encore une jolie réussite de la part de Johan Heliot.  

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Fantasy, #Jeunesse

Repost0

Publié le 19 Novembre 2020

SOUL BREAKERS de Christophe Lambert

Petit pavé (près de 600 pages !) qui se lit pourtant avec facilité tant le récit se montre fluide et bien mené, SOUL BREAKERS constitue une belle fresque historique teintée de fantastique. Les prémices font penser à LA FOIRE DES TENEBRES de Bradbury, le déroulé à TALISMAN du King mais SOUL BREAKERS trouve très vite son identité et prouve, à ceux qui en doutait, que la littérature « jeunesse » n’a plus rien à envier, en terme de qualités et d’ambitions, aux bouquins « adultes ».  

Le livre se situe en 1936, en pleine Grande Dépression, alors que de nombreux Américains sombrent dans la pauvreté et n’ont d’autre choix que de se déplacer sur les routes. Teddy, adolescent de 15 ans en route pour la Californie, voyage avec son père et sa sœur Amy ; or, en Arizona, les deux jeunes gens assistent à un spectacle donné par une troupe de forains menée par Sirius. Peu après, Amy tombe gravement malade. Pour Teddy, la seule explication est que Sirius a volé l’âme de l’enfant. Il décide de se lancer à la poursuite des saltimbanques pour inverser le sortilège.

Christophe Lambert nous offre une grande fresque, prenante et originale, qui nous permet de revisiter une période difficile : exploitation des mineurs, répression dans la violence, augmentation de la criminalité, misère, guerre mondiale à venir, détour par un hôpital psychiatrique avec thérapie aux électrochoc, ou dans un abattoir…L’écrivain ne ménage pas son lecteur, même si le roman peut être catalogué « young adult » : il ne lui épargne pas les difficultés de la vie, la mort omniprésente, les déceptions, les sentiments contrariés, les amours naissantes et les chagrins,…Nous sommes loin de Tintin ou de Bob Morane qui s’en sortaient sans une égratignure, asexués et toujours triomphant (sans jugement de valeur mais les temps ont changé !). Les personnages sont nombreux (le jeune Teddy, le fantasque apprenti écrivain Duca, le « Chef » indien, la jeune muette,…) et toujours bien campés avec des traits bien dessinés et des répliques bien senties, mention spéciale au Shérif un brin rentre-dedans tout droit sorti d’un film grindhouse / redneck.

Le style, lui, est toujours maitrisé et le vocabulaire bien choisi pour être compréhensible par un public adolescent sans sombrer dans la platitude ou la facilité. Un exercice difficile mais que Lambert maitrise depuis longtemps, ce qui rend ce grand « road-movie » américain aussi plaisant pour les adultes que pour les plus jeunes. Tout le fond historique et social s’avère, comme toujours, bien rendu et après quelques belles réussites situées durant la Seconde Guerre Mondiale comme LA BRECHE ou LE COMMANDO DES IMMORTELS, le romancier s’intéresse ici à la période immédiatement antérieure.

Fresque épique, fantasy historique et drame fantastique font ainsi bon ménage pour offrir au lecteur un vrai plaisir. Un des (nombreux !) sommets de l’auteur, à déguster sans modération.

 

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Christophe Lambert, #Fantastique, #Fantasy, #Historique, #Jeunesse

Repost0