historique

Publié le 16 Mars 2018

L'HOMME QUI EXPLIQUAIT LES MIRACLES de John Dickson Carr

Ce troisième recueil des nouvelles de John Dickson Carr difficilement trouvables, proposées par Roland Lacourbe, débute par la novella qui lui donne son titre, « L’homme qui expliquait les miracles », la dernière énigme résolue par Sir Henry Merrivale à nouveau confronté à l’impossible : un empoisonnement au gaz dans une pièce close et des menaces proférées par un fantôme. Pas franchement original pour l’auteur mais de bonne facture.

« Aux portes de l’épouvante » confronte un jeune homme, dans une auberge située dans la campagne orléanaise, à une mystérieuse chose qui saisit et qui broie. Là encore, on devine assez rapidement où Carr veut en venir mais le résultat se lit néanmoins avec plaisir.

« Le Pentacle en diamant » est une plaisante histoire au sujet du vol impossible d’un bijou, avec une fin bien trouvée et satisfaisante. Changement de registre avec « Immunité diplomatique », un récit d’espionnage toutefois agrémenté de la disparition impossible d’une jeune femme qui entre dans une tonnelle pour s’évanouir à la vue de tous (une solution classique que l’on jugerait décevant si elle n’était pas aussi bien amenée). Le récit suivant demeure une des pièces radiophoniques les plus célèbre de Carr, « Le mari fantôme » (alias « Cabin B 13 »), une histoire intrigante et joliment conduite jusqu’à sa conclusion efficace, bref un bon petit classique du crime impossible.

L’anthologie y ajoute un très rare juvénile, « A l’auberge des sept épées », qui, comme son titre l’indique, constitue un récit historique proche du cape et épée avec le conflit entre l’amour et le devoir, critique de la religion (« je hais […] cette religion qui vénère Dieu sous le prétexte qu’elle fait souffrir l’homme »). Surprenant mais non dénué d’intérêt.

Enfin, « Le mouchard » (situé dans la France du Second Empire) et « Le testament perdu » (New York, en 1849), couronnée du prix de la meilleure nouvelle par le jury d’Ellery Queen Magazine, complètent le sommaire de ce recueil varié. « Le testament perdu » n’a d’ailleurs pas volé sa récompense et rend un très bel hommage à son ancêtre littéraire au titre similaire (« la lettre volée » d’Edgar Poe) jusqu’à une conclusion à la fois référentielle très plaisante. Sans doute la meilleure nouvelle du recueil et peut-être même une des plus belles réussites de Carr dans le domaine du format court. En tout cas une excellente manière de conclure ce recueil forcément inégal mais dans l’ensemble divertissant et agréable.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 5 Mars 2018

PICATRIX L'ECHELLE POUR L'ENFER de Valerio Evangelisti

1361. Le redoutable inquisiteur Nicolas Eymerich se voit confronté à de nouveaux phénomènes étranges : des savants musulmans sont assassinés, des roues de feu apparaissent dans le ciel et des monstres mi hommes mi chiens hantent les rues de Saragosse. Après la destruction du palais de l’Inquisition, Eymerich, flanqué de son serviteur Alatzar (d’origine juive mais fils d’un converti au christianisme) part sur la piste d’un ouvrage impie, le Picatrix. Pour cela il doit s’enfoncer au plus profond des terres ennemies, le royaume de Grenade, sous la domination de l’islam. Parallèlement, à notre époque, nous suivons l’avancée de l’Euroforce au Libéria et les étranges cérémonies d’adoration du diable aux Canaries.

Théologien et inquisiteur ayant réellement existé, Nicolas Eymerich (1320 – 1399) entame ses enquêtes historico-fantastique sous la plume d’Evangelisti en 1994 avec l’excellent NICOLAS EYMERICH, INQUISITEUR. Au fil des récits, l’écrivain met au point sa formule : nous suivons l’Inquisiteur et, en parallèle, d’autres fils narratifs situés à différentes époques, tout se rassemblant forcément à la fin du roman.

Cette fois, Evangelisti nous entraine à Saragosse, en 1361, sur les traces d’un mystérieux ouvrage d’occultisme, le Picatrix, dont les détenteurs sont assassinés par des créatures à tête de chien. Eymerich mène donc l’enquête dans le royaume arabe de Grenade en compagnie d’un jeune juif converti et du savant musulman Ibn Khaldûn à Al-Farabi.

Dans un futur proche, en Afrique, des « roues lumineuses » surgissent dans le ciel tandis que les mercenaires de l’Euroforce combattent des tribus rebelles.

Parallèlement, aux îles Canaries, le professeur en exil Marcus Frullifer et une charmante journaliste assistent à la fête annuelle donnée en l’honneur du diable.

Ce sixième tome des aventures d’Eymerich constitue une sacrée déception. Evangelisti semble avoir perdu son habileté de conteur pour délivrer trois récits (quatre si on y ajoute une séance de tortures) sans véritables liens entre eux. Les péripéties de l’inquisiteur manquent de rythme et de charme, le lecteur n’y retrouvera pas le côté « enquête » des premiers romans, ici l’écrivain laisse beaucoup trop de place aux palabres religieuses et philosophiques, certes érudites et parfois intéressantes mais surtout épuisantes tant elles ralentissent le récit. Eymerich apparait également de plus en plus comme une ordure totale, il perd son côté « détestable mais pourtant fascinant » pour devenir beaucoup moins intéressant. La charge anti religieuse devient si écrasante qu’elle en perd paradoxalement sa pertinence : « il devait encore beaucoup travailler sur lui-même pour parvenir à la cruauté spontanée du véritable croyant » nous dit ains l’auteur.

Le récit africain, lui aussi, tourne en rond et accumule les massacres. Une partie qui prend là encore beaucoup de pages dans un roman sans doute trop long pour que le lecteur n’en perde pas le fil.

Après l’excellence des trois premiers tomes (NICOLAS EYMERICH, INQUISITEUR, LES CHAÎNES D’EYMERICH et LE CORPS ET LE SANG D’EYMERICH) ce PICATRIX s’avère peu convaincant et constitue une sacrée déception.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Policier, #Fantastique, #Thriller, #Historique, #Fantasy

Repost0

Publié le 22 Janvier 2018

LA CHUTE DES GEANTS (LE SIECLE TOME 1) de Ken Follett
LA CHUTE DES GEANTS (LE SIECLE TOME 1) de Ken Follett

L’énorme saga de Ken Follett constituée de trois tomes bien épais (près de 3500 pages au total !) se propose, ni plus ni moins, de raconter par le petit bout de la lorgnette (c’est-à-dire en suivant le destin de gens ordinaires et non pas de célébrités) l’Histoire du XXème siècle, de la Première Guerre Mondiale à l’élection d’Obama. Pour cela, le romancier, à la manière d’une énorme saga (ou d’une série télévisée pharaonique – on se prend d’ailleurs à rêver d’une adaptation à l’image de  celle des PILLIERS DE LA TERRE) entremêle le destin de plusieurs familles, chacune composée de nombreux membres et de dizaines de personnages annexes.

Ce premier tome, LA CHUTE DES GEANTS, débute au Pays de Galles en 1911. Le jeune Billy Williams, 13 ans, effectue sa première descente au fond de la mine tandis que sa sœur Ethel est engagée comme domestique chez le comte Fitzherbert, surnommé Fitz. Peu à peu, Billy acquiert de l’expérience en tant que mineur, son père, chef du syndicat local, défend les ouvriers et Ethel prend du galon, devenant intendante du comte avant qu’il n’en fasse sa maitresse. Lorsqu’elle tombe enceinte, Ethel cache l’identité du père et quitte la région pour Londres où elle donne naissance au petit Lloyd. Par ma suite elle sera engagée par Maud, la sœur de Fitz, une suffragette militant pour l’obtention du droit de votes par les femmes. De son côté, Maud tombe amoureuse de Walter von Ulrich, attaché à l’ambassade d’Allemagne, qu’elle épouse en secret. Cependant, le 4 aout 1914, l’invasion de la Belgique par l’Allemagne entraine une réaction en chaine qui pousse les pays d’Europe dans la guerre. Walter, Billy et Fitz iront combattre sur le front…

Pendant ce temps, Bea, épouse de Fitz, donne naissance à son fils, Boy, héritier du titre. Bea, princesse russe nostalgique de la mère patrie, suit avec effroi l’évolution de la situation dans son pays natal et craint pour la vie de son frère alors que débute la révolution. En Russie, l’inconscient et séducteur Lev Pechkov, coupable d’un meurtre, embarque pour les Etats-Unis à la place de son frère, l’économe Grigori, abandonnant sa maitresse enceinte Katrina. Celle-ci est recueillie par Grigori qui l’épouse et d’élève le petit Vladimir comme son fils. Enrôlé dans l’armée impériale, Grigori refuse d’obéir aux ordres et de  tirer sur les rebelles : il se mutine et se place aux côtés des révolutionnaires, accompagnant Lénine dans son accession au pouvoir.

En Amérique, Gus Deward, fils d’un sénateur influent, doit épouser la fille d’un Russe émigré devenu chef mafieux. Hélas, Lev, le chauffeur de la famille, met enceinte la demoiselle. Les fiançailles rompues, Lev épouse la jeune femme dont il a une fille, Daisy.

Le roman se poursuit en suivant les destins croisés de ces nombreux protagonistes jusqu’à l’armistice du 11 novembre 1918 et la lente émergence d’un « monde nouveau » peu à peu envahi par la peste communiste et la prise du pouvoir des infâmes bolchéviques.

Avec LA CHUTE DES GEANTS, Follett détaille les événements ayant menés à la Première Guerre Mondiale, les différentes raisons d’enclencher le conflit finissant par se brouiller au point que, rapidement, plus personne ne comprend pourquoi ils se battent. La guerre en elle-même s’avère bien expliquée, occupant les deux tiers du roman, avec les conséquences qu’elle cause sur les protagonistes et annonçant la suite (montée du nationalisme, recherche du bouc émissaire juif, etc.).

L’auteur choisit, pour livrer sa leçon d’histoire, une série de personnages appartenant à des classes sociales différentes, du plus pauvre au plus riche, appartenant à cinq familles dont les destins se croisent à plusieurs reprises. En découpant son récit pratiquement mois par mois, LA CHUTE DES GEANTS prend le temps nécessaire à approfondir les nombreux changements qui s’opèrent dans les deux premières décennies du vingtième siècle.

Bien sûr, l’auteur prend parfois quelques facilités, appliquant sa recette du « page turner » en proposant des coïncidences improbables ou en relançant l’intrigue en utilisant les ficelles du roman feuilleton. Un petit bémol en regard de la qualité général de cette énorme fresque dénué de manichéisme qui, en dépit de sa longueur, se lit avec facilité.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Historique, #Ken Follett

Repost0

Publié le 18 Décembre 2017

LE REPAIRE DES CORBEAUX de Paul Harding (Paul C. Doherty)
LE REPAIRE DES CORBEAUX de Paul Harding (Paul C. Doherty)

Historien et directeur d’école britannique né en 1946, Paul Doherty a également trouvé le temps d’écrire, à partir du milieu des années ’80, des dizaines de romans sous de nombreux pseudonymes (le plus connu étant Paul Harding). Ses livres se déroulent aux temps d’Alexandre le Grand, en Ancienne Rome, dans l’Angleterre médiévale, en Egypte antique, etc. Les deux séries phares de Doherty sont certainement celle de Hugh Corbett (dix-huit romans) et celle consacrée au Coroner Cranston et à son secrétaire, frère Athelstan (une quinzaine de titres). La plupart ajoutent crimes chambre close et autre meurtre impossible au déroulement, souvent tortueux, de l’enquête.

LE REPAIRE DES CORBEAUX, publié en 1995, constitue la sixième aventure de Cranston et Athelstan. Nous sommes à Londres, en 1380, alors que des Chevaliers de l’Ordre du Cygne sont conviés dans la capitale par le Régent Jean de Gand afin de rassembler de l’argent pour combattre les Français. Evidemment les membres du parlement ne sont guère enchanté d’encore devoir dénouer les cordons de leur bourse pour poursuivre cette guère. Mais il y a plus grave : plusieurs chevaliers sont retrouvés assassinés et le meurtrier laisse comme message et signature une bougie, une pointe de flèche et un sibyllin « souviens toi ». Le coroner John Cranston, toujours flanqué de son fidèle secrétaire Frère Athelstan, vont mener l’enquête. L’homme d’Eglise a également fort à faire avec la disparition d’une de ses ouailles et les apparitions dans un cimetière d’un démon.

Une fois encore Doherty s’impose comme un maitre du policer historique et mêle avec bonheur la Grande Histoire (le jeune Richard II approche de sa majorité et donc de son couronnement tandis que le régent rêve de gloire et souhaite garder le pouvoir) avec la petite histoire (les vies des gens du peuple, les petites combines et autres arnaques pour subsister). Entre les deux, une série de crimes frappent un ordre chevaleresque et viennent bouleverser le quotidien des Londoniens.

Comme toujours avec Doherty, le whodunit se montre particulièrement efficace et le mystère est habilement démêlée par Athelstan dans les toutes dernières pages. Quoique l’auteur se soit imposé comme un spécialiste des chambres closes et autres crimes impossibles, nous n’en trouvons pas vraiment trace dans ce roman. Quelques détails flirtent toutefois avec le « genre » : l’apparente impossibilité d’avoir introduit une arme sur la scène d’un crime et la présence, en bonus, d’un étrange démon causant quelques soucis à la population.

Au final, voici encore une belle réussite de la part de Doherty. Difficile d’ajouter quelque chose tant l’écrivain se montre une nouvelle fois brillant en intégrant sans la moindre lourdeur de nombreux détails historiques au cœur d’une intrigue d’excellente qualité qui a, en outre, le bon goût de ne pas s’éterniser puisque le roman reste sous la barre des 300 pages. Bref, avec Doherty c’est vraiment l’Histoire en s’amusant !

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Policier, #Whodunit, #Historique, #Paul C. Doherty

Repost0

Publié le 6 Novembre 2017

LE GEANT DE PIERRE de Paul Halter

Au milieu des années ’80, Paul Halter (né en 1956) a ressuscité le roman d’énigme en chambres closes avec une série de titres publiés au Masque comme LA MALEDICTION DE BARBEROUSSE ou LA QUATRIEME PORTE (récompensé par un Prix à Cognac) et LE BROUILLARD ROUGE (lauréat du Prix du roman d’aventures).

Devenu le plus prolifique épigone de John Dickson Carr, Halter a écrit une quarantaine de livres qui renouvellent toutes les situations classiques du crime impossible : chambre close, pièce surveillée par des témoins dignes de foi, corps découvert environné de neige ou de sables, prémonition, bilocation, réincarnation, voyage dans le temps, etc. On lui doit ainsi quelques chefs d’œuvres du genre comme LA MORT VOUS INVITE, LE CERCLE INVISIBLE, l’extraordinaire LA SEPTIEME HYPOTHESE ou le formidable LE VOYAGEUR DU PASSE, véritable tour de force de récit policier tarabiscoté.

D’emblée, LE GEANT DE PIERRE apparait comme quelque peu différent du reste de la production de l’auteur. En effet, le crime en chambre close, commis aux temps minoens, s’avère ici anecdotique, l’intrigue principale se consacrant à « la plus grande énigme de tous les temps », à savoir la disparition de l’Atlantide. Autre différence notable avec la plupart des romans d’Halter : le livre approche des 300 pages.

Ce mélange d’énigme historique et de crime en chambre close aurait pu donner une grande réussite mais, malheureusement, tout cela n’est pas très convaincant. Le narrateur, après la mort de son épouse durant l’éruption du mont Saint Helens, décide d’employer l’argent de son héritage (cinq millions de dollars !) à résoudre le mystère entourant la disparition de l’Atlantide. Un jour, en 1980, il rencontre Hélène, une jeune femme un peu hippie qui abuse de la marijuana et semble avoir des réminiscences d’un passé très lointain. Passionné par l’Atlantide, notre héros décide d’en découvrir l’emplacement, qu’il situe à l’île de Santorin. Accompagné d’Hélène, il se rend sur cette île où il retrouve un ami de la jeune femme, Guy. Or, au cours d’une plongée, ce-dernier meurt transpercé par un trident. Un crime inexplicable, à moins d’invoquer la colère de Poséidon…

Avec LE GEANT DE PIERRE, Paul Halter, passionné par l’Antiquité, tente de résoudre l’énigme de l’Atlantide. Le voici donc sur les traces de l’île engloutie en retournant aux sources du récit de Platon et en expliquant les principales hypothèses sur le sujet, ce qui rend l’histoire plutôt bavarde. Les lecteurs peu intéressé par ce mystère peuvent passer leur chemin tant Halter nous abreuve de détails sur cette civilisation disparue. Toutefois, pour contenter ses admirateurs, l’écrivain concocte un crime impossible (un nageur tué par un trident sans quel nul n’ait pu l’approcher) qui renvoie à un autre meurtre commis peu avant la destruction de l’Atlantide. Un grand prêtre s’enferme dans une pièce après avoir blasphémé contre les dieux, ce qui entraine la colère de Poséidon : lorsque la porte s’ouvre on découvre son corps percé d’un trident. Ces deux crimes impossibles ne sont pas vraiment à la hauteur de ce que l’auteur nous a précédemment proposé : les solutions sont assez classiques et évidentes. L’explication de la mort du plongeur, en particulier, s’impose immédiatement…ce qui conduit le lecteur à comprendre où Halter veut nous mener. Or, la pirouette finale déçoit (tout comme les explications de LA MALEDICTION DE BARBEROUSSE) et laisse une impression amère. A croire que la partie policière a été plaquée par l’écrivain sur son intrigue afin de rassurer ses fans.  La partie historique, pour sa part, n’intéressera que les curieux de l’Atlantide. Bref, LE GEANT DE PIERRE n’est pas un mauvais roman (demeure le talent de conteur d’Halter et les notations historiques pour ceux qui aiment ça) mais constitue une déception indéniable et sans doute un des trois ou quatre romans les moins réussis de Paul Halter. Dommage.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 25 Septembre 2017

LE MORT DE LA TOUR D'ANGLE d'Yves Dermèze

Paul Bérato (1915 – 1989) est un écrivain aujourd’hui quelque peu oublié. C’est bien dommage : il fut un pilier de la littérature populaire sous divers pseudonymes, principalement celui de Paul Béra (une vingtaine de « Fleuve noir Anticipation », de Paul Mystère (une douzaine de romans) et, enfin, de Yves Dermèze. Il reçut le Prix du roman d’aventures en 1950 pour SOUVENANCE PLEURAIT et le Prix de l’imaginaire pour l’ensemble de son œuvre en 1977. On conseille notamment deux romans de science-fiction très ruéssis et originaux : LE TITAN DE L’ESPACE et VIA VELPA.

LE MORT DE LA TOUR D’ANGLE fut publié dans une éphémère collection (le Gibet) riche de dix-huit titres appartenant tous au « policier historique » (avant que le terme et le genre ne soit à la mode). Le Gibet avait la volonté de publier des titres peu portés sur le sexe et la violence comme en témoigne la présentation, en fin de volume, de la collection.

L’intrigue, située au Moyen-âge, se montre plaisante. Elle débute comme un « meurtre en chambre close » et, superstition oblige, le crime se voit imputé à Satan. Toutefois, l’explication (basique et déjà souvent employée) est donnée au tiers du bouquin. Cependant, pour une fois, trouver le comment n’entraine pas immédiatement de comprendre qui est l’assassin.

Gacherat, une très âgée voyante, prédit un sort funeste au seigneur Guillaume de Séchelles mais celui-ci refuse de s’en alarmer. Il gagne ainsi le castel d’Alzon mais, la nuit tombée, notre homme meurt poignardé dans sa chambre pourtant close. Les nobles Marigny, Varennes et Aussey se précipitent, constatent que la porte était fermée de l’intérieur et s’épouvantent ! On crie à Satan avant d’imputer le crime à l’intervention du Malin. Seul le bourgeois Perrinet réfute cette explication : il démontre comment l’assassin a procédé. Et pour le mobile, il procède de la manière la plus classique qui soit en cherchant simplement la femme, à savoir demoiselle Gisèle, en âge de prendre époux. Un bien beau parti. Si le meurtrier a éliminé son plus dangereux rival il reste donc trois suspects : Marigny, Varennes et le très chevaleresque Aussey, dit sans cervelle pour son manque d’intelligence. A Perrinet de déterminer le coupable et rapidement car « les trois seigneurs ne sont d’humeur à lui pardonner ses accusations ». Une seule personne connait la vérité, la Gacherat. Mais celle-ci est retrouvé « accommodée », comprenez frappée au cœur à coup de poignard. Et, comme le dit Perrinet « Carogne ! Ne pouvait-elle me faire quérir avant de trépasser ? »

Roman sympathique, relativement court (moins de deux cents pages) et rythmé, LE MORT DE LA TOUR D’ANGLE utilise un vocabulaire et des tournures volontairement obsolète qui empruntent à l’ancien français. Cela lui donne son style mais en rend parfois la lecture moins fluide quoique l’Heroic Fantasy nous ait, depuis, habitué à ces tournures désuètes. A cette époque on n’est pas tué pas mais occis et les dialogues sont donc construits à l’aide de « non point », « oui-da », « que nenni », « n’est-il point », « carogne », « fol », « messire », etc.

L’enquête policière, pour sa part, s’avère plaisante et réserve son lot de rebondissements. Une seconde tentative de meurtre impossible (la victime est frappée dans une pièce close dont le sol est recouvert de farine) se voit rapidement résolue par l’apprenti détective. Une seule explication était, en effet, possible.

Si les habitués des récits à la John Dickson Carr ne seront guère mystifiés par les procédés utilisés par l’assassin, les amateurs de Paul Doherty devraient apprécier ce mélange précurseur entre énigme policière et contexte historique bien typé.

Un roman agréable qui mérite la redécouverte.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 31 Août 2017

L'ASSASSIN DE SHERWOOD de Paul Doherty

Né en 1946, Paul Doherty est un des spécialistes incontestés du roman policier historique, auteur de nombreuses séries de qualités, parfois signées de ses pseudonymes (C.L. Grace, Paul Harding, etc.).

La saga de Hugh Corbett, située sous le règne d’Edward 1er d’Angleterre (au XIIIème siècle), reste sans doute sa plus célèbre : débutée en 1986 avec le très bon SATAN A SAINTE MARY-LE-BOW, elle compte à présent, trente ans plus tard, pas moins de dix-huit romans. Datant de 1993, L’ASSASSIN DE SHERWOOD, septième ouvrage de la série, se consacre à un personnage légendaire : Robin des Bois.

Lorsque débute le roman, en 1302, le Shérif de Nottingham est assassiné : il meurt empoisonné dans sa chambre (forcément close comme souvent chez Doherty grand amateur de ce type de problème) alors que tout ce qu’il a bu ou mangé a précédemment été goûté. Si la méthode est mystérieuse, l’identité de l’assassin semble, pour tout le monde, évidente : il s’agit du célèbre hors-la-loi Robin des Bois lequel tire, tous les 13 du mois, trois flèches enflammées en direction du château de Nottingham. Jadis admiré de la population pour redistribuer ses richesses aux plus démunis, Robin a dernièrement changé d’attitude : devenu bien plus cruel il n’hésite pas à massacrer des collecteurs d’impôts et se comporte en véritable brigand sanguinaire. Ces violences attirent l’attention du roi Edward qui dépêche à Nottingham son fidèle limier Sir Hugh Corbett pour mener l’enquête et trainer Robin devant la justice.

Comme souvent, Doherty mêle la petite histoire (l’assassinat impossible du Shérif) à la grande (un code secret français qui permettrait à Philippe le Bel de lancer une invasion contre l’Angleterre) et à la légende (ici, celle de Robin des Bois, personnage dont l’existence réelle reste sujette à caution).

En dépit d’une intrigue complexe, Doherty confère un bon rythme à l’ensemble, ramassé sur 250 pages, et lance de nombreuses pistes qui convergent avec fluidité vers une conclusion très satisfaisante. La méthode employée pour l’empoisonnement se révèle ingénieuse et crédible (loin des mises en scènes abracadabrantes de John Dickson Carr) et la solution du mystère incluant Robin des Bois fonctionne elle aussi de belle manière quoique la solution soit prévisible. Cela pourrait s’avérer un bémol mais cela prouve sans doute l’honnêteté d’un Doherty qui joue fair-play avec son lecteur sans lui cacher d’informations importantes. Les relations entre l’Angleterre et la France offrent, pour leur part, un tableau intéressant qui permet une sous-intrigue réussie à base de code secret, proche de l’espionnage.

Comme souvent avec l’auteur, le style est agréable et précis, les annotations historiques et les considérations socio-politiques concernant la période envisagée sont adroitement intégrées à l’intrigue, apportant au lecteur de nombreuses informations sur cette époque sans la moindre lourdeur. Du bon boulot pour ce véritable maître du roman policier médiéval. Vivement conseillé.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 4 Mai 2017

LA LEGION ECARLATE de Johan Heliot

Né à Besançon en 1970, Johan Heliot se révèle au public avec sa trilogie de la lune dont le premier tome, LA LUNE SEULE LE SAIT, publié en 2000 chez Mnémos obtient le prix Rosny Ainé. Par la suite, Heliot écrit le diptyque FAERIE HACKERS / FAERIE THRILLER et de nombreux romans indépendants tant destinés aux adultes qu’aux adolescents.

Edité dans la collection « Royaumes Perdus » chez Mango, LA LEGION ECARLATE est plutôt destiné aux jeunes lecteurs mais chacun peut y trouver son bonheur. L’intrigue, resserrée sur 176 pages, s’intéresse au destin d’un jeune soldat romain, Marcus Livius Salveris, vivant sous le règne de l’Empereur Trajan. Il accompagne le général Servius Tarsa dans son grand projet : conquérir les terres inconnues se trouvant au-delà de la Grande Mer. Le général voit son armée décimée par une tempête mais s’obstine et débarque au Nouveau Monde : la lutte s’engage entre les légions de Rome et les tribus Peaux-Rouges.

Asterix et Obélix avaient jadis, effectué cette « grande traversée » et Tarzan avait, il y a des décennies, rencontré au fond de l’Afrique des soldats romains. Heliot lui-même, dans son RECONQUERANTS, avait déjà traité du sujet mais, cette fois, il opte pour un récit plus porté sur l’aventure, quelque part entre l’uchronie, la fantasy, le péplum et le western. Le parcours du jeune héros Marcus anticipe ainsi le destin de certains protagonistes du western dit « progressiste », son acceptation au sein de la tribu indienne évoquant le classique UN HOMME NOMME CHEVAL ou le plus récent DANSE AVEC LES LOUPS tandis que les scènes de massacre rappellent SOLDAT BLEU. Face à Marcus se dresse le tyrannique Borsa : celui-ci, après avoir assassiné son général, règne en maitre sur les derniers légionnaires romains abrutis par les drogues. A moitié fou, Borsa s’imagine en véritable César, tel le colonel Kurtz d’APOCALYPSE NOW. Heliot décrit donc l’opposition entre son légionnaire bienveillant et le despote sanguinaire, ajoutant à la transformation psychologique et initiatique de son héros (comme en témoigne l’éprouvante scène de torture visant à l’intégrer à la tribu) une inévitable romance et un soupçon de fantastique par les interventions (authentiques ou imaginaires ?) des anciens dieux Ursus et Corbeau.

Les scènes d’action sont, pour leur part, efficaces et décrivent les manières de combattre des Romains et leurs machines de guerre, notamment les redoutables Scorpions. Pour les curieux un lexique explicatif en fin de volume fournit quelques précisions sur les termes antiques employés.

En dépit d’un déroulement quelque peu prévisible et linéaire, LA LEGION ECARLATE demeure une belle réussite qui se lit pratiquement d’une traite et offre un agréable dépaysement aux amateurs de récit d’aventures historiques teintés de fantastique. Une réussite !

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Historique, #Uchronie, #Jeunesse

Repost0