historique

Publié le 4 Septembre 2019

L’ŒUF DE DRAGON (90 ANS AVANT LE TRONE DE FER) de GEORGE R.R. MARTIN

 

Situé dans l’univers du TRONE DE FER mais 90 ans avant les événements contés dans les romans principaux (et la série) ce court roman suit les pas d’un Chevalier Errant, Dunk, escorté d’Aegon, dit l’œuf, jeune homme de sang royal. Dunk survit en effectuant divers tournois et le voici invité chez Jehan le Ménétrier afin de jouter pour célébrer les noces de Lord Beurpuits. Le gagnant du tournoi recevra un inestimable œuf de Dragon. Mais, durant les festivités, divers complots sont ourdis. Dunk et son écuyer vont s’y trouver mêlés.

Nous abordons ici le monde de Westeros (avec les Targaryen, les Stark, les Fer-Nés, le Nord, etc.) par la petite histoire, celle d’un vieux chevalier errant piégé malgré lui au coeur de diverses intrigues de cour. L’histoire est donc nettement moins spectaculaire mais n’en reste pas moins intéressante et on y retrouve les jeux d’alliances et autres manigances qui assureront le succès du TRONE DE FER. Comme dans cette saga, l’univers ici détaillé se veut réaliste, nous sommes clairement dans un Moyen-âge alternatif dans lequel la magie et les côtés fantastiques de l’Heroic Fantasy n’ont droit qu’à la portion congrue. Les joutes médiévales sont donc reconstituées avec précision et Martin s’attarde sur l’ambiance très « jeu du cirque » de ces combats codifiés.

Bref, une très agréable novella dans l’univers du TRONE DE FER qui pourrait même plaire à ceux qui, comme moi (ouch) n’accroche guère à l’œuvre maitresse dans son versant littéraire.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Fantasy, #Historique, #Roman court (novella)

Repost0

Publié le 29 Août 2019

L'EMPIRE ELECTRIQUE de Victor Fleury

Cet épais (et très beau) volume rassemble six longues nouvelles (voire des novellas) toutes situées dans un monde uchronique d’inspiration steampunk (l’auteur lui préfère le terme « voltapunk » puisque l’électricité remplace la vapeur). La France domine le monde sous la direction de Napoleon qui a établi sa capitale à Lyon et impose sa loi grâce aux merveilles de l’électricité domptées par le génial inventeur Victor Frankenstein.

Nouveau venu, Victor Fleury livre ici une authentique fanfiction en maniant avec dextérité l’art délicat du crossover littéraire. On pense à quelques prédécesseurs talentueux comme Xavier Mauméjean (et son LORD KRAVEN), Alan Moore (et ses GENTLEMEN EXTRAORDINAIRES), Philip José Farmer (et ses TARZAN) ou encore, peut-être le titre le plus proche dans l’esprit, ANNO DRACULA de Kim Newman. Car l’écrivain emprunte à une vingtaine d’auteurs leurs personnages les plus emblématiques et les faits se croiser au gré de son imagination débordante. Ainsi dans « Le Gambit du détective », le fameux Sherlock Holmes, emprisonné pour activité anti-impériales est tiré du bagne pour aider la police à coffrer un redoutable et insaisissable criminel. Il croisera même la route d’un étrange voyageur équipé d’une curieuse machine imaginée par H.G. Wells.

La seconde histoire se révèle un peu moins originale mais tout aussi plaisante en revisitant le mythe de Frankenstein via la vie mouvementée de son petit-fils, Marc, médecin au service de l’Empereur qui croisera la route de la célèbre créature. Et qui rencontrera même, au final, un enthousiaste épigone créé par HP Lovecraft mais n’en disons pas davantage.

Dans le troisième récit nous partons dans le bayou avec le héros masqué Zorro, bien vieillissant mais encore capable d’exploits grâce à une armure de combat conçue par Loveless (des « Mystères de l’Ouest »). Il va aborder, en pleine révolte d’esclave, un homme destiné à finir sa vie la main tranchée et le visage dévoré par des abeilles. Les fans de Clive Barker comprendront.

Pour la quatrième histoire direction l’Australie aux côtés de Gavroche, décidé à s’évader, en compagnie de Cosette, d’un bagne dirigé par une sorte d’ordinateur voltaïque animé de sinistres intentions. Un récit très prenant avec son côté roman feuilleton assumé et sa manière de revisiter les lieux communs du steampunk de manière originale en s’appuyant sur la tradition littéraire française.

Dans « Les Eventreurs » nous irons traquer Jack The Ripper en compagnie de John Watson associé au gentleman cambrioleur Arsène Lupin décidé à empêcher les sinistres expériences médicales du Dr Moreau.

Enfin, la dernière intrigue, plus courte (50 pages), nous emmène « à la poursuite du Nautilus » et d’un capitaine Nemo qui ira au bout de l’océan se confronter à une gigantesque baleine blanche.

Cet épais recueil réinvente habilement le steampunk en changeant la géographie du récit (Lyon plutôt que Londres en « capitale mondiale ») et les divergentes uchroniques, optant pour l’électricité plutôt que la vapeur. Style alerte, rythme soutenu, lecture agréable (on peut lire cet EMPIRE ELECTRIQUE d’une traite ou nouvelle par nouvelle), vocabulaire un brin précieux,…Tout cela est très plaisant bien que l’on puisse y trouver l’un ou l’autre défauts (un côté un peu prévisible dans les récits et leurs conclusions, une orgie de références certes ludiques mais qui donnent parfois une impression de trop plein). Il s’agit néanmoins d’une œuvre fort réussie qui réinvente avec brio la littérature populaire et qui offre un véritable plaisir de lecture dans la lignée des classiques LES VOIES D’ANUBIS ou ANNO DRACULA. Et on poursuivra l’exploration de cet univers « voltaïque » avec la suite, L’HOMME ELECTRIQUE.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 23 Août 2019

SONYA LA ROUSSE de Robert E. Howard

Ce recueil rassemble trois longues nouvelles de Robert E. Howard dans un registre tenant bien davantage du récit « historique » et de « cape et épée » que de la Fantasy ayant rendu célèbre l’écrivain.

La première, « Sonya la rouge » (alias « L’ombre du vautour » dans les recueils plus récents…cette manie des éditeurs de changer des titres pourtant bien connus) se déroule à Vienne, en 1529, alors que la ville est assiégée par les troupes de Soliman. On y découvre une héroïne de poigne, la célèbre Red Sonja, popularisée par le comic et le cinéma (dans le plaisant et pas si mauvais qu’on l’a prétendu « Kalidor », revoyez le en blu ray ça reste un divertissement agréable) mais ici restituée dans la vision d’Howard, en réalité très éloignée de l’Amazone en slip popularisée par la bande dessinée. L’intrigue est classique, avec sa ville assiégée et ses combattants qui tentent de repousser les assauts d’un adversaire apparemment invincible mais on passe un bon moment devant le souffle épique de ces soixante pages de bruit et de fureur bien tassées.

La suite, « le Lion de Tibériade », se montre également réussi avec sa vengeance murement préparée, sa cruauté et son efficacité.

Peut-être le meilleur des trois récits, « Les cavaliers de l’Armageddon » (ou « les cavaliers de la tempête ») conte les aventures de Cahal Ruadh, ancien roi irlandais échouée aux abords de Jérusalem. Devant la menace d’une horde barbare déferlant vers la ville sainte il va unifier pour un temps les chrétiens et les musulmans.

A la manière des feuilletonnistes et des romanciers à la Dumas, Howard se soucie moins de vérité historique que de présenter un cadre crédible pour conter ses récits enlevés, violents et peuplés de personnages haut en couleur, souvent tour à tour héroïque et salauds, emportés dans le tourbillon de l’Histoire. Dépaysant et divertissant à souhait.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Historique, #Fantasy, #Golden Age

Repost0

Publié le 5 Août 2019

LE BUREAU DES MYSTERES de Charles & Mathias

Après avoir rodé le principe dans leur podcast, Charles et Mathias offrent une déclinaison littéraire à ce BUREAU DES MYSTERES qui comprend 30 histoires insolites. La structure du livre reste classique mais efficace : en quelques pages les auteurs posent le mystère puis, dans une seconde partie intitulée « l’enquête », ils livrent une explication (rationnelle), lorsqu’il en existe une. Ce qui est souvent le cas d’ailleurs. Il s’agit donc essentiellement de démystification, bien loin des théories du complot, certes évoquées mais pratiquement toujours battues en brèche par les deux spécialistes de l’étrange.

Les récits embrasent l’essentiel du paranormal : disparition inquiétante et mystérieuse, maison hantée, lieux maudits, etc. On peut citer, dans les cas les plus intéressants et les moins connus dans nos contrées l’Homme à la hache, tueur de la Nouvelle-Orléans et fan de jazz, sorte d’émule américain de Jack l’Eventreur jamais appréhendé.

On  visite aussi le phare de Tévennec qui rend fou ses occupants (selon les rumeurs) et l’abbaye hantée de Mortemer dont la supposée hantise fut fabriquée par ses propriétaires pour attirer les touristes. Les auteurs évoquent aussi des cas plus célèbres comme celui des sœurs Fox qui inventèrent le spiritisme, la célèbre maison Winchester soi-disant maudite par les victimes des fameuses carabines à répétition, etc.

Les auteurs reviennent encore sur d’autres rumeurs tenaces comme l’écrasement d’un ovni (ou d’une comète) en Sibérie, la présence dans le Paris médiéval d’un inspirateur de Swenney Todd, etc. Les manipulations de la CIA en ce qui concerne le contrôle mental et la fameuse affaire de Pont Saint Esprit sont également commentés.

Le seul reproche que l’on puisse faire à ce livre réside dans le peu de pages dont les auteurs disposent pour rendre compte de tous ces faits mystérieux : on eut aimé un peu plus de matières et d’informations sur toutes ces affaires « non classées ». 3 ou 4 pages de plus pour chacune d’elles (ou au moins les plus étranges) n’aurait pas été de refus mais, en l’état, LE BUREAU DES MYSTERES reste une lecture détente très plaisante, à savourer par petites touches pour en apprécier toute la saveur.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Fantastique, #Historique, #Chroniques, #Paranormal

Repost0

Publié le 27 Février 2019

CEUX QUI SAURONT de Pierre Bordage

Vétéran de la SF française, Bordage s’essaie ici au genre populaire (mais casse gueule) de l’uchronie, lequel nécessite, pour être réussi, une belle imagination mais également de solides connaissances historiques. Il décrit un monde dystopique dans lequel la Révolution Française a échoué, creusant les inégalités entre les nantis et le reste du peuple. Les premiers possèdent richesses et technologies (un réseau proche d’Internet, les voitures, les avions, etc.) ainsi que l’accès à la connaissance, les autres, surnommés « Cous Noirs » sont des travailleurs privés de l’éducation et qui travaillent pour des sommes dérisoires. Le roman va donc alterner la description de ces deux univers antagonistes en se centrant sur deux adolescents que tout oppose. D’un côté Clara, jeune fille issue de la noblesse et promise à un mariage d’intérêt qui s’ennuie en écoutant son précepteur et rêve de voyages. De l’autre Jean, travailleur manuel suivant des cours dans une école clandestine.

Bordage possède indéniablement du métier et du talent. Il use ici d’une structure classique (alternance entre deux protagonistes qui se rejoindront au final) pour dynamiser un récit intéressant développant une uchronie originale. Bien sûr on peut parfois tiquer sur la complète crédibilité du monde proposé (notamment en ce qui concerne le reste de la planète à peine évoqué quoique le Califat moyen-orientaux ait récemment privé l’Occident de son pétrole) mais l’ensemble tient la route. Bordage énumère les principaux événements de cette histoire alternative dans laquelle une Seconde Restauration ramène la monarchie au pouvoir avant que Jules Ferry ne soit exécuté sous la poigne inflexible de Philippe VII avec la bénédiction du clergé.

Le récit lui-même donne plus volontiers dans le feuilletonnesque et privilégie l’aventure avec sa demoiselle en détresse enlevée à son futur mari, son jeune homme capturé après l’exécution publique de son père, ses guerres de gangs et de territoires, ses tempêtes, ses péripéties nombreuses et variées. Si on devine l’auteur désireux d’offrir une parabole sur la société actuelle et une réflexion politique sur la place de l’instruction il n’en oublie pas, heureusement, de proposer un vrai bon bouquin. On se souviendra, en effet, des laborieux livres de SF francophones engagés (à gauche cela va sans dire) qui tenaient davantage du pamphlet destiné aux réunions des cocos anonymes (espèce heureusement en voie d’extinction si ce n’est disparue) que de réels récits d’anticipations. Un travers dans lequel ne tombe pas un Bordage qui parviendrait presque à nous convaincre des bienfaits de la grande boucherie de 1789. Presque.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 20 Décembre 2018

AUTANT EN EMPORTE LE TEMPS de Ward Moore
AUTANT EN EMPORTE LE TEMPS de Ward Moore

Romancier peu connu, Ward Moore ne fut guère prolifique mais signa cependant deux classiques de la SF : ENCORE UN PEU DE VERDURE et ce AUTANT EN EMPORTE LE TEMPS écrit en 1955. Dans cette belle uchronie, très cohérente en dépit de l’un ou l’autre détails étranges, l’écrivain imagine la victoire du Sud lors de la Guerre de Sécession. Ce qui nous change un peu d’une victoire nazie durant la Seconde Guerre Mondiale. Le monde proposé semble cependant avoir évolué dans le bon sens : pas de guerre mondiale (pas encore devrait-on dire car un conflit couve), une France dirigée par Napoléon VI,… Mais tout n’est pas rose : les Juifs ont été massacré quasiment jusqu’au dernier, l’esclavage existe toujours, le Nord vit dans la pauvreté et ses habitants non aucune chance de s’élever face à la toute puissante du Sud. L’électricité n’existe pas, les avions et autres véhicules « plus lourds que l’air » une chimère, les voitures réservées à l’élite,…

Hodgins McCormick Backmaker va nous conter sa jeunesse et son rêve de s’instruire alors que sa famille cultive le souvenir humiliant de la défaite des Unionistes. Le jeune homme aura la chance de rencontrer un libraire bienveillant (et membre d’une organisation séditieuse) qui, en échange d’une aide, lui permettra de lire à satiété. Il parviendra par la suite à un intégrer une sorte de fondation dédiée à l’art et la culture et tombera amoureuse d’une femme mettant au point une machine à voyager dans le temps. Hodgins, devenu historien, aura alors l’occasion de vérifier de plus près ses théories concernant la Guerre de Sécession. Il ira jusqu’à Gettysburg, à la veille d’une fameuse bataille, et lui, le petit homme insignifiant, changera l’Histoire…

AUTANT EN EMPORTE LE TEMPS (bravo au traducteur ayant trouvé ce superbe titre !) relève du roman initiatique et nous suivons un protagoniste principal au long de son existence. On pourrait parler de roman réaliste sans le contexte particuliers et uchronique qui lui sert de toile de fonds : cet emballage science-fictionnel n’est donc pas le cœur de l’ouvrage (ce qui pourrait en décevoir certain) mais il lui donne néanmoins tout son sel. Parsemé de réflexions quasiment philosophiques, de débats moraux, de passages sur le Bien et le Mal, le livre s’achemine lentement vers son final, certes attendu, mais néanmoins vertigineux et superbement (d)écrit.

Sans nul doute un incontournable de l’uchronie, à placer parmi les 10 meilleurs romans de ce style.

La réédition du roman comprend en outre une étude d’une quarantaine de pages signée Francis Valery qui s’intéresse successivement à Ward Moore, au bouquin qui nous occupe et à l’uchronie avec d’intéressantes pistes de lecture.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Historique, #Uchronie, #science-fiction

Repost0

Publié le 19 Octobre 2018

LA VENUS ANATOMIQUE de Xavier Mauméjean

Etrange et brillant roman que celui-ci, signé par un auteur qui semble se spécialiser dans les uchronies. Mauméjean plonge cette fois dans un XVIIIème siècle revisité. En 1752, en pleine période des Lumières et du triomphe de la Raison, Frédéric II lance un concours dans le but de créer un homme nouveau, un nouvel Adam. Convoqué dans un Berlin futuriste transformé en « panopticon », une série de scientifiques disposant des ressources et connaissances du Mundaneum (pas celui de Mons mais il y ressemble grandement) vont tenter l’impossible. Dans cette histoire revisitée, Vaucanson accepte la proposition de Frédéric II : génial créateur d’automate (le roman rappelle son œuvre célèbre du « canard digéreur ») et se rend à Berlin en compagnie de La Mettrie, médecin et philosophe auteur de « L’homme machine ». On y croise aussi Diderot qui réfléchit à son Encyclopédie, l’anatomiste Fragonard, le Chevalier d’Eon Charles Geneviève à l’identité sexuelle ambigüe, Louis XV, la Pompadour et l’infatigable (mais malade) libertin Casanova.

Mauméjean prend La Mettrie comme narrateur de son intrigue des plus touffue et débute son récit comme une fantaisie historique de cape & épée où se croisent société secrète au service du Roi, mousquetaires noires et hommes politiques rivaux. Le style est vif, précieux, recherché, adoptant un ton adapté à ce XVIIIème siècle fantasmé mêlant réalité et inventions uchroniques.

La seconde partie du roman, plus posée, se veut aussi plus philosophique avec la création de ce nouvel Adam, ou plutôt de cette nouvelle Eve. Nous sommes dans un univers pratiquement steampunk avant l’heure (electricpunk peut-être ?) dans un Berlin totalitaire où Frédéric II tente de créer un monde nouveau en s’entourant des plus brillants savants et personnalités de son temps.

Les dernières pages, situées à la fin du siècle et après la Révolution, s’achèvent sur un double clin d’œil aux trois lois d’Asimov et au FRANKENSTEIN de Mary Shelley.

Entre aventure, capes & épées, fantasy historique, uchronie d’inspiration steampunk, rétro science-fiction et œuvre philosophique ponctuée de dialogues brillants et de questionnement sur ce qui définit l’Humain, LA VENUS ANATOMIQUE s’avère un divertissement original et intelligent à conseiller aux curieux. Une réussite.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 24 Septembre 2018

LE MEDIUM A PERDU SES ESPRITS de Peter Lovesey

Peter Lovesey, né en 1936, débute sa carrière en écrivant, en 1969, LA COURSE OU LA VIE, qui remporte le concours du premier roman policier de l’éditeur McMillan/Panther. Dans cette enquête située à l’époque victorienne apparait le sergent Cribb, lequel reviendra dans huit romans et donnera lieu, en 1988, à une série télévisée de la BBC. Publié en 1975, LE MEDIUM A PERDU SES ESPRITS constitue la sixième aventure du sergent.

Fin du XIXème siècle. La mode, dans la bonne société londonienne, consiste à organiser des séances de spiritisme. Le sergent Cribb et son fidèle adjoint, l’agent Thackeray, sont chargés d’enquêter sur des cambriolages commis à l’encontre d’aristocrates. Ces deux vols furent commis durant des séances. Fait curieux, les objets dérobés avaient peu de valeur alors que les demeures cambriolées recélaient des pièces bien plus couteuses. Serait-ce l’œuvre d’un amateur débutant se demande le sergent ? Peu après, l’étoile montante des médiums, le séduisant Peter Brand, accepte de se soumettre à un test scientifique visant à démontrer ses talents : il devra invoquer les esprits en gardant les mains posées sur les poignées d’une chaise légèrement électrifiée. S’il détache une seule seconde les doigts, l’appareillage électrique enregistrera une fluctuation du courant et prouvera l’existence d’une supercherie. La séance se déroule de belle manière, sous l’œil sceptique de scientifiques, et divers phénomènes inexplicables se produisent durant la soirée. Brand aurait toutes les raisons de se réjouir… s’il n’était pas mort pas électrocuté sur la chaise soit disant parfaitement sûre. Les esprits auraient ils jouaient un tour mortel au jeune homme ? Le sergent enquête et découvre rapidement que Brand était un charlatan…ce qui n’explique aucunement la manière dont on a pu l’assassiner.

Plaisant petit policier historique mettant en scène le sergent Cribb (six de ses aventures furent traduites en français) LE MEDIUM A PERDU SES ESPRITS constitue un whodunit classique mais bien mené avec une touche de fantastique apparent finalement expliqué dans la tradition de John Dickson Carr mais en moins complexe. Le crime « impossible » se verra résolu de manière rationnelle par le brave sergent au terme d’une enquête sympathique qui permet, par la bande, d’esquisser une vue générale de la vie et des mœurs dans l’Angleterre de la fin du XIXème siècle, en plein boom des recherches spirites.

Cet agréable Lovesey saura donc satisfaire les amateurs de romans policiers classiques et d’énigmes historiques.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Policier, #Whodunit, #Impossible Crime, #Historique

Repost0

Publié le 31 Mai 2018

LA PIERRE DE SANG de Paul Doherty

Paul Doherty (parfois dissimulé sous divers pseudonymes comme C.L. Grace, Paul Harding, Michael Clynes, Ann Dukthas, Anna Apostolou et Vanessa Alexander) est un incontournable forçat du « thriller historique », ficelant avec une facilité déconcertante de tortueuses énigmes (pratiquement toujours assorties de meurtres en chambre close et autre crime impossible) que vont résoudre ses limiers tels Hugh Corbett ou Frère Athelstan. C’est ce dernier qui officie dans LA PIERRE DE SANG, onzième enquête qui nécessite la sagacité du débonnaire homme d’Eglise.

AU XIVème siècle, la compagnie des Guivres revient de la campagne de Poitiers avec une pierre sacrée, le Passio Christi formé, selon la légende, par le sang du Christ. Cette pierre de sang atterrit dans les mains de Sir Robert Kilverby. Bien des années plus tard, en 1380, alors que Kilberby doit rendre le joyau à l’abbaye de St Fulcher, il meurt mystérieusement empoisonné dans sa chambre close. Son assassin réussit également à s’emparer du Passio Christi sans que nul ne puisse expliquer ce miracle. La même nuit un soldat membre de la compagnie des Guivres est décapité. Frère Athelstan, accompagné du coroner londonien John Cranston, va mener l’enquête.

Apparus pour la première fois dans LA GALLERIE DU ROSSIGNOL, les deux limiers moyenâgeux revinrent ensuite à intervalles réguliers puisque Doherty leur écrivit huit aventures supplémentaires en autant d’années. Après LA TAVERNE DES OUBLIES, publié en 2003, l’ecclésiastique avait lui aussi été oublié du romancier, occupé à d’autres époques (une trilogie consacrée à Alexandre le Grand, une autre – inédite en français – dédiée à Akhénaton). Heureusement, en 2011, Cranston et Athelstan revinrent pour une enquête particulièrement complexe…les explications des différents crimes (dont un meurtre en chambre close et un incendie « impossible » dans une pièce fermée) occupent d’ailleurs le dernier chapitre, long d’une vingtaine de pages, et intitulé logiquement « le jugement ».

Comme souvent, Doherty prend son temps pour présenter la vie et les mœurs de l’époque : c’est très détaillé et précis bien que parfois un brin didactique. Il y a donc quelques longueurs et quelques lourdeurs. Rien de vraiment rédhibitoire, d’ailleurs on peut dire cela de tous les romans de Doherty : certains de ses collègues choisissent de reléguer ces détails à la fin du récit, dans des annexes explicatives, lui préfère les intégrer directement dans l’intrigue. C’est son choix et il n’est pas plus mauvais que l’autre, au lecteur de trancher selon sa sensibilité ou son envie d’aller directement à l’énigme proprement dite quitte à survoler certains passages plus descriptifs.

Néanmoins, les crimes se multiplient rapidement (une demi-douzaine !) permettant au roman d’avancer à un rythme soutenu en suivant les pas d’un Athelstan quelque peu dépassé par tous ces mystères : un commerçant empoisonné dans une pièce fermée, une pierre dérobée sans que l’on puisse comprendre la méthode employée, un incendie tout aussi incompréhensible, une décapitation, etc.

Les explications des mystères se montrent assez simples et crédibles (nous sommes loin des procédés parfois invraisemblables – mais tellement divertissants – d’un John Dickson Carr ou d’un Paul Halter) mais la résolution des crimes demande un bon niveau d’attention pour ne pas se perdre dans la multitude de protagonistes.

Au final un bon polar historique, sans doute pas le meilleur du genre ni de son auteur mais une lecture agréable, instructive et plaisante à conseiller aux amateurs de récits médiévaux et de whodunit complexe.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 5 Avril 2018

LE FRERE DE SANG d'Eric Giacometti et Jacques Ravenne

Nouvelle enquête pour le commissaire franc-mac Antoine Marcas et, une fois encore, Giacometti & Ravenne nous font voyager à la fois dans le temps (une bonne partie du roman se déroule en 1355) et dans l’espace (de la France à New York). Les auteurs suivent la piste laissée par un Franc-maçon vengeur, élevé au Haut Grade de la Vengeance, un Frère de Sang décidé à purger la maçonnerie de ses profiteurs dont l’arme semble enduite d’un or incroyablement pur. Le légendaire métal précieux des alchimistes d’antan. D’ailleurs, en parallèle, nous assistons à une quête menée par Nicolas Flamel, le plus célèbre des alchimistes (remis au goût du jour dans HARRY POTTER A L’ECOLE DES SORCIERS) pour découvrir la fameuse pierre philosophale.

Le premier récit concerne directement Marcas. Deux Francs-maçons (un profane sur le point d’être initié et un vieillard handicapé) sont assassinés au siège de l’obédience. Sur le corps des victimes est découvert une petite quantité d’or extrêmement pur laissée par l’arme du meurtrier. Marcas va officieusement mener l’enquête et se rendre à New York sur les traces de Lafayette afin de découvrir le secret du métal alchimique.

Le second récit se consacre à Nicolas Flamel et à son pèlerinage en vue d’obtenir le secret de la transmutation du plomb en or.

Le bouquin, solidement documenté, nous éclaire sur différentes périodes de l’Histoire (notamment la Révolution américaine), nous initie aux secrets de l’or, valeur refuge dont le cours s’écroulerait si on en découvrait soudain de grandes quantités, et éclaire d’un jour nouveau différents bâtiments bien connus aux racines maçonniques comme la Statue la Liberté ou la Tour Eiffel. Le tout parsemé de divers clins d’œil, en particulier à James Bond (l’intrigue rend un petit hommage à « Goldfinger ») quoique les auteurs n’apprécient guère Daniel Craig si on en croit un chapitre teinté d’humour où Marcas assiste à la projection de « Casino Royale ».

Comme toujours, la plume de Giacometti s’avère très efficace : nous ne sommes pas dans ce qu’il est convenu d’appeler la grande littérature (celle des bobo-parigots qui se regardent le nombril et s’astiquent la nouille à coup de phrases ampoulées et de digressions narcissiques) mais plutôt dans le roman populaire (dans le bon sens du terme) héritée des feuilletonnistes d’antan mais avec, en prime, une parfaite maitrise des techniques littéraires plus actuelles en provenance des « page turner » anglo-saxons. Le roman se voit ainsi découper en 133 chapitres pour un peu plus de 500 pages…le compte est vite fait, aucun ne dépasse les 5 pages. Et, souvent, les auteurs concoctent un petit cliffhanger à la manière des serials afin d’encourager l’amateur à poursuivre sa lecture…allez encore un petit chapitre, deux ou trois pages de plus, puis un autre, puis encore un et, rapidement, on se retrouve à la moitié du roman, c’est dire comme celui-ci se lit plaisamment. Car LE FRERE DE SANG propose un jeu de ping-pong éprouvé entre les époques : l’intrigue alterne, sur un rythme échevelé, les aventures de Marcas avec celles de Flamel, sans oublier quelques considérations (peut-être un peu moins intéressantes) au sujet d’une mystérieuse organisation Aurora. Pas le temps de souffler, pas le temps de s’ennuyer.

Certes l’intrigue ne se renouvelle pas vraiment (elle reste dans la lignée générale des précédents romans donc l’effet de surprise et de nouveauté ne joue plus) et demeure quelque peu prévisible en dépit de l’un ou l’autre twists bien amené.  

Certes, Marcas est souvent bien chanceux dans ses pérégrinations, mettant la main sur des indices cruciaux au bon moment ou parvenant à échapper à une mort apparemment certaine. Mais ce sont de menus bémols (et même des conventions inhérentes au genre) qui n’altèrent pas le plaisir ressenti devant ce très bon thriller ésotérico-historique teinté d’une touche de fantastique bienvenue. Divertissant à souhait, LE FRERE DE SANG est peut-être le meilleur de la saga (en tout cas des six premiers) et bénéficie, à l’image des dvd, d’un bonus sympathique sous la forme d’une fin alternative.

Voir les commentaires

Repost0