fantasy

Publié le 19 Juillet 2019

69 (anthologie SF Q)

Publiée en 2009 pour fêter les quarante ans de la fameuse « année érotique », cette anthologie variée se relit agréablement dix ans plus tard, alors que les médias fêtent les victoires d’Eddy Merckx, l’été psychédélique, Woodstock, la libération sexuelle ou les premiers pas de l’Homme sur la lune. Sous une jolie couverture très pop typique des sixties, Charlotte Volper rassemble ici douze textes de l’imaginaire francophone teintés d’érotisme.

Stéphane Beauverger ouvre le bal avec un plaisant “Eddy Merckx n’est jamais allé à Vérone” qui revient sur cette fameuse année 1969. Pas de science-fiction dans ce récit de littérature générale néanmoins plaisant qui constitue en tout cas une belle introduction à ce recueil.

La suite est diverse avec quelques thématiques classiques mais plutôt bien menées. Evolution de la sexualité grâce à divers « améliorations » façon sex toys futuristes, androïdes de plaisir, cinéma interactif permettant de se replonger au temps de l’empire romain en l’an 69 (ou LXIX pour faire plus local), hantise, succube, vampirisme, sabbat, potion « magique », relations entre hommes et extraterrestres,…

A partir du thème classique du succube (y a t’il thématique plus banale pour un récit érotico fantastique ?), Jean-Marc Ligny livre ainsi un très efficace « Vestiges de l’amour ». Autre thème bateau, les lunettes magiques qui titillent la libido du savant fou du très référentiel et délicieusement désuet « Louise ionisée » de Norbert Merjagnan, auteur de la fameuse saga des TOURS DE SAMARANTE. Toujours délicate, Mélanie Fazi propose un texte de « dresseuse d’automate » subtil et réussi, lauréat du prix Masterton, « Miroir de porcelaine ».

Joel Wintrebert, avec le plus long « Camélions » développe en une vingtaine de pages un autre thème récurrent (au moins depuis PJ Farmer) de la « sexe-fiction » avec cette planète étrange et ces unions (contre nature ?) entre une jeune femme et des créatures extraterrestres.

Au final, cette anthologie (parue à la même époque que l’intéressante mais plus inégale COSMIC EROTICA) constitue une jolie réussite allant du fantastique à la science-fiction en passant par l’épouvante et la fantasy, tous les textes étant empreints d’un érotisme allant, pour sa part, du plus délicat au plus cru.

Conseillé.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Erotique, #Fantastique, #Fantasy, #Recueil de nouvelles, #science-fiction

Repost0

Publié le 13 Juillet 2019

SORCELAME d'Alexandre Malagoli

Un adolescent orphelin ayant vécu de manière insouciante doit ainsi quitter son village après l’arrivée des cruels membres de la Fraternité. Il part sur les routes avec son amie d’enfance, rencontre un maitre Harpiste mystérieux ayant renoncé à la violence

Ce premier tome d’une tétralogie constitue une fantasy plaisante que l’on pourrait dédaigneusement qualifier de « big commercial fantasy ». On y retrouve, en effet, tous les éléments classiques du genre, l’auteur semblant calquer une partie de sa narration sur l’insurpassable modèle que demeure LE SEIGNEUR DES ANNEAUX.

Trolls, nains, elfes, fraternité malfaisante, princesse en révolte contre son tyrannique papa, élu partant à l’aventure, prophétie, adversaire tout puissant, arme magique,… SORCELAME ne révolutionne pas la Fantasy mais propose un récit plaisant, très orienté « young adult » (les deux principaux protagonistes ont d’ailleurs 15 ans), qui se lit sans aspérité. Le style se montre ainsi simple, les chapitres courts (33 pour un peu plus de 220 pages grand format) et l’alternance entre les parcours des deux héros (un jeune berger orphelin et une princesse entrainée aux arts martiaux les plus létaux) permet de maintenir l’intérêt du lecteur en conférant à l’ensemble un rythme soutenu.

Bien évidemment nos protagonistes se retrouvent dans le dernier acte au cours duquel l’auteur se lâche dans la grosse Fantasy avec la découverte (qui tombe un peu comme un cheveu sur la soupe pour permettre à l’intrigue d’avancer) d’une épée magique appelée Sorcelame, la révélation (attendue) de leur rôle dans cette histoire et le réveil d’un pouvoir maléfique ancien symbolisé par la Mère Stérile. Un combat quelque peu expédié termine ce premier opus.

Tous les ingrédients étant à présent en place l’histoire peut sereinement se poursuivre dans le deuxième tome. Et, si ce premier volume très classique laisse le lecteur quelque peu sur sa faim, le roman reste suffisamment rythmé et agréable pour susciter le désir de découvrir la suite, LA SEPTIME ETOILE.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Fantasy, #Jeunesse

Repost0

Publié le 12 Juillet 2019

LES 9 PRINCES D'AMBRE de Roger Zelazny

Œuvre la plus célèbre et ambitieuse de Zelazny, la vaste saga d’Ambre se compose de dix tomes (quatre autres furent ajoutés par divers auteurs après le décès de l’écrivain qui avait envisagé trois cycles romanesques) divisés en deux cycles de cinq volumes chacun. Le premier, entamé en 1975, s’est poursuivi jusque 1980 sous l’intitulé de « Cycle de Corwin ». En 1986 Zelzany débuta un second cycle dit « de Merlin » moins réputé.

Ambre constitue le seul monde authentique, dont tous les autres, dont la Terre, ne sont que le pâle reflet. Ambre est dominée depuis des éternités par une famille royale toute puissante sous l’autorité d’Obéron, aujourd’hui disparu. Un amnésique, Carl Corey, se réveille dans une clinique privée. Il s’enfuit et trouve refuge chez sa sœur qui lui apprend qu’il est en réalité un des neuf princes du royaume magique d’Ambre. Tous s’affrontent afin de s’emparer du trône.

En 200 pages très denses Zelazny ne laisse aucunement le temps de souffler au lecteur et démontre l’évolution de la Fantasy : aujourd’hui un écrivain tirerait (à la ligne) surement un bon millier de pages de cette histoire touffue. Mais ici pas de temps morts, pas de description et peu d’explications : le lecteur se trouve plongé dans un univers radicalement différent qu’il va explorer avec le héros (l’amnésie constituant le prétexte pour dévoiler Ambre au principal protagoniste). Bien des clichés de la Fantasy sont également instaurés ici : les combats entre différents héritiers royaux, le jeu de Tarot aux propriétés mystérieuses, la vengeance façon Monte Christo des derniers chapitres, les univers multiples.

Certains passages paraissent étranges, le lecteur sera parfois dérouté, il devra s’accrocher lors de la présentation, très succincte, des différents princes mais, dans l’ensemble, LES 9 PRINCES D’AMBRE constitue une lecture aisée, prenante, très abordable (y compris pour les néophytes en Fantasy) qui pose agréablement la situation et se termine par un cliffhanger donnant immédiatement envie de poursuivre la saga.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Fantasy

Repost0

Publié le 11 Juillet 2019

L’EPEE ENCHANTEE de Marion Zimmer Bradley

Situé dans le vaste univers de Ténébreuse (qui compte des dizaines de romans), cette intrigue suit Andrew Carr, terrien échoué et perdu sur cette planète qui possède le « laran », un don de télépathie “brut” lui permettant de communiquer avec Callista, prisonnière des Hommes Chats. Immédiatement amoureux de la captive, notre héros se lance à la recherche de la jeune fille en compagnie de Damon Ridenow.

Voici un court roman objectivement assez faible mais cependant de lecture plaisante. Ramassée sur 220 pages, l’histoire convoque tous les ingrédients de la (science) Fantasy avec son épée enchantée, sa princesse captive, son héros amoureux,… On y trouve aussi beaucoup de mièvrerie pseudo romantique (ah ce héros qui tombe immédiatement en pamoison devant une inconnue vue en « rêve »), quelques bonnes idées (un bretteur paralysé utilise un homme valide comme « marionnette » afin de guider son bras durant les combats), d’autres intéressantes mais inexploitées (les Hommes Chats se contentent d’apparaitre pour contrarier le héros mais ne possèdent aucun background),…

L’EPEE ENCHANTEE a aujourd’hui vieilli mais s’est également recouvert d’une patine sympathique qui en rend la lecture agréable en dépit de ses nombreux défauts. Tout cela est assez bavard et plutôt mou (très peu d’action et les rares combats sont rapidement expédiés) mais l’ensemble fonctionne toutefois pour les lecteurs indulgents et donne envie de poursuivre l’exploration de cette immense saga. C’est le principal.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Fantasy, #science-fiction

Repost0

Publié le 3 Juillet 2019

NECROPOLIS TOME 1: TOTEM TOM de Patrick Mc Spare

Dans ce premier volet d’une nouvelle saga jeunesse signée Patrick McSpare nous suivons un adolescent du miséreux East End londonien de la toute fin du XIXème siècle. Inexplicablement, Tom se retrouve dans un univers futuriste post apocalypse du milieu du XXIème siècle dominé par des créatures monstrueuses. Aidé d’Alystri, de Tristan et de Ghul, Tom se lance dans l’exploration de ce monde dévasté.

Ce premier volume développe un monde intéressant avec un mélange original de voyage temporel, d’invasion maléfique, de magie, de Fantasy et de dystopie agrémenté de références à Merlin l’enchanteur et à Jack l’Eventreur. L’intrigue débute réellement 30 ans après la prise de pouvoir planétaire des entités maléfiques, les Fomorés, cachés sous une apparence humaine trompeuse. C’est la dernière phase d’un interminable conflit avec les Tuatha Dé Danan (les gentils). Etonnamment, Tom comprend des mots du XXIème siècle qu’il n’est pas censé connaitre. Il va aussi, au fil des pages, en apprendre davantage sur les rebelles, les Sioux, qui cherchent à renverser les Fomorés. Le lecteur, avec le jeune héros, va ainsi explorer cet univers de fantasy celtique que l’on pourrait également qualifier de post apocalyptique lovecraftien.

La pagination étant réduite, l’action prédomine, la bonne idée de l’auteur étant réellement de suivre un héros tout aussi déboussolé que son lecteur mais qui, inexplicablement, connait les mots comme « automobile », « pump gun », etc. Ce qui lui permet de s’étonner de situations extraordinaires sans qu’il soit nécessaire de lui expliquer des termes compréhensibles pour un individu de 2019. L’action ne faiblit donc pas en dépit d’un univers très riche à définir.

L’intrigue, pour sa part, avance tambour battant vers sa conclusion explosive en forme de monumental cliffhanger. Une lecture détente, avant tout destinée aux « jeunes adultes » mais suffisamment plaisante et efficace pour intéresser un large public. Sympathique et idéal pour l’été.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Fantastique, #Fantasy, #Jeunesse, #science-fiction

Repost0

Publié le 27 Juin 2019

LE VOL DU DRAGON d'Anne McCaffrey

Premier roman publié (en 1968 !) dans la très longue saga de Pern, LE VOL DU DRAGON s’apparente à un fix-up de quatre novellas, certaines précédemment publiées en revue: « La Quête du Weyr », « Le Vol du Dragon », « Poussières » et « Le Froid Interstitie » qui établissent l’univers de Pern. Un début en fanfare puisque « La Quête du Weyr » obtint le Hugo du meilleur roman court tandis que « Le Vol du Dragon » gagnait pour sa part le Nebula l’année suivante.

Le monde de Pern est défini comme de la « science-fantasy » néologisme assez barbare de prime abord mais finalement parlant puisque nous sommes dans un univers proche du médiéval fantastique à ceci près que la magie y est remplacée par la science, laquelle a permis de créer, par mutations, des êtres fantastiques. Capables de cracher du feu, de se téléporter et liés télépathiquement à leur maitre humain ces monstres fabuleux sont surnommés, par analogie avec les créatures légendaires, des dragons.

Dans « La Quête du Weyr » un chevalier-dragon recherche une jeune femme afin de la recruter pour devenir une dame du Weyr, télépathiquement liée à une reine dragon nouvellement née. Lessa sera ainsi désignée pour ce rôle et, par la suite, nous suivrons sa vie avec son dragon, Ramoth, et divers combats contre les menaçants Fils qui menace régulièrement Pern.

Par la suite on apprendra comment les dragons peuvent également voyager dans le temps afin de réorganiser les Weyrs et de permettre la défense efficace de Pern face à la menace des Fils. Cette révélation rapproche encore la saga de la science-fiction et change agréablement du pur contexte médiéval de nombreux romans de Fantasy. Et nous verrons quelques combats épiques entre les chevaliers dragons et leurs ennemis, là encore une demande de John W. Campbell qui avait suggéré le voyage temporel.

Ecrit voici cinquante ans, LE VOL DU DRAGON n’a guère vieilli : une héroïne forte et active, des créatures légendaires, un mélange de politique, d’intrigues de cours et de romance (qui deviendra la norme absolue d’une large part de la production Fantasy), une alternance de l’intimiste et du spectaculaire bien gérée,…Bref une grande réussite et un classique incontournable dans son genre. A lire ou à relire.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 7 Juin 2019

HORDES TOME 1: L'ASCENSION DU SERPENT de Laurent Genefort

Laurent Genefort délaisse ici le space-opéra dont il est un des maîtres français pour la fantasy sauvage inspirée, selon les spécialistes, par le manga BERSERK et par les récits de mercenaires sans foi ni loi à la manière du classique de Glen Cook LA COMPAGNIE NOIRE. On a donc reproché au roman son manque d’originalité mais c’est un faux procès : ce type de fantasy n’a pas la vocation d’inventer l’eau chaude mais plutôt d’offrir un divertissement réjouissant au lecteur. D’ailleurs si le roman a été descendu par Bifrost il a été bien plus apprécié par le public et, une fois encore, l’avis de celui-ci me semble plus juste tant L’ASCENSION DU SERPENT se montre efficace, rythmé et bien mené. Le monde n’est guère détaillé ? Qu’importe ! Arrêtons de croire que le seul critère d’appréciation de la Fantasy réside dans la précision de son univers, au risque de subir d’indigeste saga dans lesquelles l’intrigue (lorsqu’il y en a une !) démarre à mi-chemin du troisième tome. Et si la critique positive d’Elbakin pointait comme défaut une pagination restreinte à environ 300 pages par tomes je me permets d’être satisfait de cette longueur très raisonnable qui dégraisse soigneusement l’intrigue pour en garder la moëlle…et rien d’autre !

Dès lors Genefort, proche d’un Gemmell, plonge directement au cœur d’une histoire sanglante et barbare : on y pille, on y viole, on y massacre, sans manichéisme, sans « gentils » et sans « méchants ». Ses héros sont des mercenaires dont la loyauté varie en fonction de la somme payée par leurs employeurs. Ils sont menés par Audric, le « Fléau du démon », surnommé ainsi car il vit en symbiose avec une créature démoniaque. Un jour Audric sauve un jeune villageois, Marween, et l’accueille dans sa compagnie de soudards, autrement dit sa Horde, dont il va gravir les échelons en dépit de l’hostilité d’Umiade, augure et maitresse d’Audric. Allant de succès en succès la Horde du Serpent se voit confier par le duc Coresh la mission de retrouver une devineresse aux pouvoirs imaginables qui pourrait bien tenir dans ses mains le destin du monde.

Classique dans sa Dark Fantasy, L’ASCENSION DU SERPENT n’en demeure pas moins addictif et la science de l’auteur oblige le lecteur à tourner les pages jusqu’à la conclusion…provisoire puisqu’il s’agit du premier volet d’une trilogie. Suivant tour à tour les destins d’Audric et de Marween, le premier s’humanisant au fil du récit tandis que le second perd son innocence et son sens moral, le roman développe également une plus vaste intrigue, laquelle apparait progressivement, avec cette menace démoniaque de plus en plus prégnante.

Si certains protagonistes secondaires auraient mérité d’être plus approfondis, les trois ou quatre personnages principaux se montrent, eux, bien typés et intéressants tandis que la succession de batailles violentes et saignantes à souhait maintient l’attention jusqu’aux dernières pages, assez surprenantes, qui annoncent un second volume encore plus épique et plus ambitieux.

Une très bonne lecture à dévorer d’une traite et qui change agréablement des pavés indigestes de la Fantasy.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Fantasy

Repost0

Publié le 5 Juin 2019

SERRE DU FAUCON ARGENTE (Le conclave des ombres tome 1) de Raymond Feist

Raymond Feist creuse depuis des décennies le même filon avec sa monumentale saga de “La guerre de la faille”, ou, plus simplement, “Krondor”. N’ayant lu que PUG L’APPRENTI voici bien longtemps (mais je vais m’y remettre) on peut penser qu’aborder cette nouvelle trilogie serait compliqué. Et pourtant non ! Que l’on connaisse ou pas l’univers de Feist, SERRE DU FAUCON ARGENTE se montre très agréable. Nous découvrons donc un nouveau héros, Kieli, dit Serre du Faucon d’Argent, seul survivant de son peuple après un massacre ordonné par le Duc Kaspar. Recueilli par l’intriguant Conclave des Ombres au sein duquel nous retrouvons un Pug toujours vivant, le jeune Serre va apprendre à devenir une arme vivante au service du Conclave. Il deviendra donc musicien, bretteur émérite, séducteur passionné, connaissant de nombreuses langues et stratège de premier ordre afin de mener le combat contre les (inévitables) Forces du Mal. Avec l’aide de Robert de Lyis, de Magnus le magicien et de Caleb le guerrier, Serre du Faucon d’Argent s’inscrit à un légendaire tournoi afin de devenir le meilleur bretteur du royaume, première étape de sa vengeance longuement ruminée.

Oublions un temps les intrigues de cour et les machinations politiques retorses pour plonger avec plaisir dans la pure Heroic Fantasy, avec ses guerriers légendaires, ses magiciens aux immenses pouvoirs et ses jeunes apprentis sur lesquels reposent le destin du monde. Feist ne donne pas dans l’originalité mais livre un roman au rythme bien géré (quelques petites longueurs dans le deuxième acte mais rien de rédhibitoire) divisé en trois morceaux : la vie de Serre dans son village et l’attaque des « méchants », l’apprentissage du jeune garçon et le tournoi d’escrime où il gagne ses galons de combattant d’élite. Feist fait partie de la seconde génération d’auteurs de Fantasy, ceux venus après les Grands Anciens (Tolkien, Howard, Leiber, etc.) qui, durant la seconde moitié des années ’70, devinrent adeptes des jeux de rôles et créèrent leur propre univers pour y développer leurs intrigues.

Plus accessible qu’un SEIGNEUR DES ANNEAUX, moins barbare qu’un CONAN, le monde de Feist (tout comme celui de Terry Brooks) paie un large tribut aux classiques de la Fantasy mais reste très plaisant à parcourir. Alors tant pis pour les critiques, fussent-elles spécialisées (cf. Elbakin) qui traitent tout cela avec une certaine condescendance en la qualifiant de High Fantasy hollywoodienne et manichéenne dépassée. Pourtant, SERRE DU FAUCON ARGENTE reste une belle réussite avec des personnages attachants, des dialogues qui sonnent justes et un équilibre entre l’intimiste et la grande aventure, ici double puisque les motivations personnelles (la vengeance) s’accompagnent d’un dessein plus vaste à peine esquissé dans ce premier tome.

Ecrit dans un style simple mais précis et efficace (on pense à Gemmell) SERRE DU FAUCON ARGENTE n’est pas parfait et ne prétend pas révolutionner la Fantasy : son schéma narratif reste très classique, son déroulement linéaire et son héros un peu trop parfait pour être crédible. Mais qu’importe, le plaisir se montre toujours présent et le souffle de la grande aventure emporte le lecteur durant quelques centaines de pages. Et n’est-ce pas là l’essentiel ?

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Aventures, #Fantasy

Repost0

Publié le 29 Mai 2019

DRAGON DE GLACE de George R.R. Martin

Ce recueil de George R.R. Martin rassemble quatre nouvelles (faisant entre 30 et 70 pages) dont seule la première se rattache complètement à la Fantasy, « Dragon de glace ». Il s’agit d’une sorte de conte au sujet d’une jeune femme, Adara, née sous le signe de l’Hiver. Elle ne peut réellement vivre que dans le froid mais, par contre, elle est capable de chevaucher le légendaire dragon de glace. Un agréable et bien écrit mélange de fantasy, de conte initiatique et de récit d’apprentissage puisque la petite fille devra grandir pour réaliser sa destinée. Le récit est, parait-il, situé dans le même univers que celui du TRONE DE FER, ce qui est possible mais, en réalité, nous sommes dans une intrigue et surtout un ton (beaucoup plus enfantin et poétique) totalement différent.

La deuxième histoire, « Dans les contrées perdues », se situe entre Fantasy et fantastique plus traditionnel et fait intervenir des loups-garous et autres métamorphes. La nouvelle se montre un rien prévisible et sa chute, assortie d’une morale « faites attention à ce que vous souhaitez car vous pourriez l’obtenir », classique. Mais le métier de Martin rend toutefois cette nouvelle agréable à lire.

De son côté, « L’homme en forme de poire » fut lauréat du Bram Stocker Award. Ce texte efficace monte lentement en puissance à partir d’une situation classique : une jeune femme se voit persécutée par un mystérieux individu « en forme de poire » qui vit dans le sous-sol de son immeuble. Il l’observe, lui offre des chips, fouille dans ses sous-vêtements, la harcèle par sa seule présence,…Petit à petit notre héroïne devient obsédée par cet individu et sombre dans une véritable folie paranoïaque jusqu’à la conclusion qui reste quelque peu ouverte. Une réussite.

« Portrait de famille » est un autre récit très sombre au sujet d’un écrivain confronté à ses créations littéraires, un thème classique (cf. plusieurs bouquins de Stephen King sur le même thème) mais adroitement réinventé et traité d’une manière très cynique, violente et adulte. Une belle réussite.

En résumé, DRAGON DE GLACE s’avère un nouveau recueil hautement recommandable à découvrir pour les amateurs de George R.R. Martin ou pour ceux qui désirent explorer la production de l’auteur en dehors de Westeros.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Fantastique, #Fantasy, #Horreur, #Recueil de nouvelles

Repost0

Publié le 7 Mai 2019

LE MONSTRE DES EGOUTS (L'AGENCE PENDERGAST TOME 2) de Christophe Lambert

Le petit voleur des rues Sean a été recruté dans l’agence Pendergast pour lutter contre les forces paranormales qui menacent le monde en ce XIXème siècle finissant. Suite à différentes disparitions dans les égouts new-yorkais, Sean va mener l’enquête en compagnie de Célia, Joe l’Indien, l’agent britannique James Barrie et la fée lumineuse Clodette.

Cette deuxième enquête (pas encore lu la première mais cela ne pose pas de vrais problèmes) de l’Agence Pendergast se révèle très sympathique. L’idée de base n’est certes pas la plus originale qui soit (on pense à une version jeunesse du très inégal Club Van Helsing) mais permet de nombreuses aventures. De plus, elle offre un cadre suffisamment original pour être exploré à plusieurs reprises et l’époque choisie (la fin du XIXème siècle) reste toujours intéressante car elle marqua la naissance de bien des mythes fondateurs du fantastique (Sherlock Holmes, Dracula, etc.).

Entre enquête et fantasy, Christophe Lambert nous embarque dans les égouts New Yorkais pour une virée parmi les crocodiles géants (clin d’œil à la célèbre légende urbaine agrémentée d’un petit côté C.H.U.D. mais adapté évidemment aux enfants) en compagnie de personnages attachants, du jeune voleur débrouillard Sean à Joe l’Indien (échappé de chez Mark Twain) en passant par la séduisante Celia et James Barrie, créateur de Peter Pan recyclé ici en agent secret de sa majesté précurseur de James Bond. D’ailleurs la fine équipe à droit à une visite au pays des gadgets imaginés par un Q d’antan.

Bref, comme toujours, Lambert offre à ses lecteurs plus âgés quelques clins d’œil et autres références amusantes sans être envahissantes. On en retrouve dans les péripéties (la rivalité des Nains et des Trolls date d’une sombre histoire d’anneau unique, la « philosophie » de Sherlock Holmes concernant l’impossible et l’improbable est mise à contribution), les noms des personnages (Mitril, Gwar,…) ou les mots de passe choisis (Niarlatotep, Balrog). Le final, pour sa part, n’explique pas tous les évènements afin de laisser la porte ouverte à une suite dans laquelle, apparemment, nous pourrons retrouver un personnage bien connu de la littérature fantastique.

Si LE MONSTRE DES EGOUTS se destine essentiellement à un public jeune (le cœur de cible semble être les 8 – 10 ans qui pourront se faire un peu peur sans toutefois se donner des cauchemars), l’ouvrage reste plaisant pour les plus âgés grâce à son rythme soutenu, ses nombreuses péripéties et ses touches d’humour efficace. Un bon divertissement.

Voir les commentaires

Repost0