Articles avec #detective conan tag

Publié le 24 Mai 2017

DETECTIVE CONAN TOME 11 de Gosho Aoyama

Gosho Aoyama crée en 1994 le personnage du détective lycéen Shinichi Kudo qui, âgé de 17 ans, aide la police. Alors qu’il visite un parc d’attraction avec sa petite amie, Ran Mouri, il est repéré par de mystérieux « hommes en noir » membres d’une organisation criminelle et forcé d’absorber un poison expérimental. Au lieu de le tuer, le produit le fait régresser physiquement et lui donne l’apparence d’un petit garçon de sept ans. Dès lors, Shinichi adopte le pseudonyme de Conan Edogawa (double hommage à Conan Doyle et Edogawa Rampo) et parvient à être placé sous la garde de Kogoro Mouri, le père détective privé de Ran qu’il va aider secrètement dans ses enquêtes.

Après avoir bouclé l’enquête entamée dans le tome précédent, ce onzième volume se consacre à trois enquêtes indépendantes de haute volée basées sur d’habiles stratagèmes permettant de perpétrer des crimes impossibles.

Dans le premier récit, Kogoro, devenu un détective très populaire, participe à un talk-show du présentateur Matsuo. Or, le producteur de l’émission, Suwa, souhaite évincer Matsuo au profit d’une nouvelle présentatrice plus avenante, ce qui évidemment n’est pas du goût de Matsuo. Durant l’émission, Suwa est assassiné et, bien sûr, les soupçons de Conan se porte immédiatement sur Matsuo, lequel fanfaronne et promet d’arrêter le coupable. En tout cas, précise t’il, ça ne peut être lui puisqu’il lui était matériellement impossible de supprimer son ami dans le peu de temps dont il disposait. Mais, pour Conan, les meurtres impossibles ne le sont jamais longtemps et le détective miniature comprendra l’astuce très ingénieuse employée par le criminel.

Par la suite, Ran se rend à un rendez-vous, et Conan, jaloux, la suit. Or, alors qu’il attend tranquillement dans un café, le « petit garçon » découvre qu’une jeune fille vient d’être assassinée dans les toilettes : son corps bloque la porte et le meurtrier n’a pu s’enfuir que par une fenêtre ouverte. Mais Conan comprend, une fois encore, les limites de ce raisonnement trop simple : pour lui l’assassin est un des clients du café. Mais comment a t’il put commettre ce véritable crime en chambre close…dans des toilettes à la fenêtre ouverte ?

Enfin, suite à une panne de voiture, Conan, Ran et Kogoro échoue dans un monastère à la sinistre réputation. Accueilli par le bonze, nos trois amis apprennent qu’un jeune moine s’est pendu, deux ans auparavant, dans une très haute pièce, dite de l’ascète, destinée aux punitions. Depuis, on murmure que le temple est hanté par le tengu (« démon ») de la brume. Durant la nuit, le bonze est à son tour victime de la malédiction et découvert pendu de la même manière. Pour le commissaire Maigret il ne peut s’agir que d’un suicide mais Conan soupçonne un meurtre habilement orchestré.

Trois enquêtes, trois énigmes, trois belles réussites qui brodent avec les conventions du « crime impossible » et du « meurtre en chambre close ». Comme souvent, on peut chipoter sur la plausibilité des moyens employés par les criminels (en particulier pour l’affaire du bonze pendu) mais on salue l’imagination de Gosho Aoyama pour élaborer des stratagèmes aussi complexes n’ayant rien à envier aux grands spécialistes d’antan comme John Dickson Carr. Les déductions de Conan sont claires, le rappel des protagonistes impliqués, sous forme de case donnant leur identité, âge et fonction, rend la progression de l’enquête aisée à suivre et les indices placés à bon escient orientent le lecteur dans la bonne direction…quoique la résolution complète du mystère se révèle, à chaque fois, surprenante.

De plus, l’humour est toujours de la partie et Kogoro se montre de plus en plus délirant dans son numéro de détective infaillible et satisfait quoiqu’incapable de répondre à la moindre question sur les énigmes qu’il est censé avoir débroussaillées. En réalité tout le travail est effectué par Conan, obligé d’endormir le stupide limier et d’expliquer à sa place, en modifiant sa voix, le modus operandi des criminels.

En résumé, trois enquêtes (d’excellent niveau) agrémentées de nouvelles pistes permettant d’enrichir l’univers général de la saga, notamment grâce à l’arrivée, dans la deuxième histoire, d’un nouveau personnage dont l’identité surprendra positivement les admirateurs du détective lycéen.

Peu importe que l’on aime ou pas le manga : si on apprécie les enquêtes policières tordues, les machinations machiavéliques et les crimes impossibles, la lecture de DETECTIVE CONAN s’impose comme un incontournable et ce tome constitue une excellente entrée en matière pour aborder cette série fleuve.

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Policier, #Whodunit, #Impossible Crime, #Detective Conan, #Manga

Repost 0