cinema et tv

Publié le 16 Mai 2022

FALAISE FATALE de Robert Thorogood

Top modèle à la vie dissolue, Polly Carter se suicide en sautant d’une falaise sur l’île de Sainte Marie. Pourtant, pour ses proches, la jeune fille n’a pas pu se donner la mort. Lorsque l’inspecteur Richard Poole se voit confier l’affaire il commence, lui aussi, à remettre en doute cette hypothèse. Seulement si les suspects semblent tous avoir un mobile ils ont également tous un alibi. Il est aidé de sa petite troupe de policiers : Dwayne, Fidel et Camille mais doit également supporter la présence envahissante de sa mère. En plus il fait très chaud et Poole n’aime pas cela. Le voilà donc obligé d’enquêter sur Claire, la sœur paralysée de la victime, sur son infirmière, sur un agent un peu louche, etc.

Créateur de la série, Robert Thorogood nous propose un « meurtre au paradis » inédit. L’ambiance reste identique à la série : du whodunit, un crime apparemment impossible, une palanquée de suspects et une réunion finale avec désignation du coupable dans la tradition du « cosy mystery ». Au lieu de devoir se restreindre à 50 minutes, Thorogood dispose ici de près de 500 pages pour développer son récit. Du coup il multiplie les fausses pistes, les retournements de situation et les faux-coupables. Comme l’auteur la joue « franc-jeu », le lecteur voit venir certaines révélations et anticipe l’un ou l’autre twist mais l’écrivain reste suffisamment malin pour garder quelques atouts dans sa manche. Lettres de menaces, victime sur écoute,…l’enquête avance dans un climat décontracté avec beaucoup d’humour british et une alternance de descriptions « procédurales » et de dialogues vifs et amusants.

Robert Thorogood démontre ici sa science du « cosy mystery » avec un récit qui aurait pu être publié durant l’âge d’or du genre, voici près d’un siècle. Une enquête tortueuse, un enquêteur aussi génial que parfois agaçant, une réunion de protagonistes tous plus suspects les uns que les autres mais un modus operandi inexplicable et un crime d’apparence irréalisable. Bref, un récit qu’aurait pu animer un Hercule Poirot pour un similaire mélange de policier, de suspense et de comédie sociale. Très, très plaisant !

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Cinéma et TV, #Impossible Crime, #Policier, #Whodunit

Repost0

Publié le 23 Août 2018

DIRTY HARRY - LA MORT EST AU RENDEZ-VOUS de Dan Hartman

Lorsque Clint Eastwood annonce, après la sortie de « L’inspecteur ne renonce jamais » qu’il ne fera plus de « Dirty Harry », la Warner, dépitée, décide de permettre à un auteur officiant sous le pseudonye collectif de Dane Hartman de continuer la saga. Douze romans seront ainsi publiés au tout début des années ’80, la sortie de « Sudden Impact – le retour de l’inspecteur Harry » y mettant un terme en 1984.

Sous le nom de Dane Hartman se cachent au moins trois auteurs différents dont Leslie Alan Horvitz et Ric Meyers (auteur de plusieurs bouquins sur les films d’exploitation, de kung fu, et également romancier pour les séries L’IMPLACABLE et NINJA MASTER).

Les recettes des films ne changent guère pour ce cinquième livre de la série (elle en compte douze mais seuls neuf furent traduits en France durant les 90’s).

Dès son arrivée à Boston, où il vient rendre visite à sa nièce apparemment menacée par un tueur en série, Harry doit batailler. Encore dans l’avion il bouzille la radio d’un indélicat (ce qui lui vaut directement le numéro de chambre de l’hôtesse). Un peu plus tard, il retrouve le même mélomane accompagné de ses potes, toujours aussi agressif. Harry résout le problème à sa manière, à grand coup de poings dans la gueule.

Evidemment, Harry se heurte à la bureaucratie et à tous les empêcheurs de tabasser en rond. Les petites crapules sont relâchées par une justice trop laxiste, se plaignent de brutalités policières ou menacent de convoquer leur avocat pour porter plainte contre la police. Harry, de son côté, ne peut que soupirer en appliquant sa méthode : une bonne balle de Magnum 44 dans la tête !

LA MORT EST AU RENDEZ-VOUS constitue un polar de gare distrayant et sévèrement burné, ancré dans son époque par ses références (Harry visionne « Superman 2 » mais ne perd pas son temps devant le sympathique « Survivance » qualifié de navet) et très classique dans son déroulement. Tueurs en série, hypnose, nymphomanes, sectes zarbies,…la tatouille habituelle est resservie une fois de plus. Le personnage est de toutes façons devenus un tel archétype du flic dur à cuire réactionnaire qu’il inspira des dizaines d’imitations, tant au cinéma qu’en bouquin comme en témoigne les autres bouquins de cette éphémère collection « Supercops ».

Si l’originalité ne constitue pas la principale qualité de ce petit roman, ce-dernier se lit néanmoins avec plaisir pour les amateurs de l’inspecteur le plus efficace des Etats-Unis. Ca court, ça flingue, ça charcle et l’action ne faiblit guère, ne laissant guère de répit au lecteur. Seules les dernières pages, où l’auteur explique l’affaire policière, passablement embrouillée, se montrent décevantes et même unbrin ennuyeuses, voire confuses.

Malgré tout, l’amateur de polar d’action passera un bon moment au fil de ses deux cents pages de courses poursuites musclées et de fusillades saignantes. De quoi donner envie d’en lire un autre…

« Go ahead, make my day »

 

Voir les commentaires

Rédigé par hellrick

Publié dans #Policier, #Roman de gare, #Polar, #Cinéma et TV

Repost0