PERIODE D'ESSAI d'Isaac Asimov

Publié le 26 Novembre 2018

PERIODE D'ESSAI d'Isaac Asimov
PERIODE D'ESSAI d'Isaac Asimov

Jadis (au milieu des années ’70) découpé en quatre recueils distincts (DANGEREUSE CALLISTO, NOEL SUR GANYMEDE, CHRONO MINETS et LA MERE DES MONDES), ce pavé de près de 1 100 pages (intitulé dans son édition originale « The Early Asimov ») fut finalement traduit et rassemblé en un unique volume en 2016. Il rassemble 27 nouvelles de jeunesses écrites par le Grand Maitre de la science-fiction durant sa troisième décennie. Bien sûr certains textes importants, déjà abondamment publiés (comme « Quand les ténèbres viendront ») n’y figurent pas et le recueil omet logiquement tous les textes relevant des cycles de FONDATION et des ROBOTS. N’empêche, l’amateur du bon docteur y trouvera largement son compte.

Si certains récits paraissent à présent trop classiques, stéréotypés ou manquent tout simplement de maitrise, difficile de faire la fine bouche en se rappelant qu’Asimov les écrivit à 20 ans et qu’elles sont néanmoins, pour la plupart, dans la bonne moyenne de la SF encore tâtonnante de cet âge d’or (l’entre-deux Guerres).

Asimov étant souvent présenté comme vaniteux ou austère, les textes explicatifs très intéressants qui accompagnent chaque récits tempère l’opinion que l’on peut avoir de l’écrivain : il se montre certes confiant dans ses capacités mais fait également preuve de modestie, reconnaissant la faiblesse de certains textes (« Cette histoire n'est pas bonne, je le reconnais, mais non dépourvue d'un certain intérêt. »), admet la supériorité d’autres auteurs (Heinlein notamment) et l’apport déterminant de l’éditeur John W. Campbell (d’Astounding). Ce-dernier, par ses conseils pertinents, s’avère prépondérant dans la construction du style Asimov, permettant une progression indéniable dans la qualité de ses textes, lesquels deviennent plus long et mieux construits, moins schématiques également dans la caractérisation de ses protagonistes, au départ très clichés, Asimov n’ayant pas encore de véritable « expérience de vie », notamment dans ses relations amoureuses lors de l’écriture de ses premiers  récits.

Les lecteurs actuels pourront certes trouver beaucoup de ces nouvelles décevantes ou inabouties (ébauches de thèmes que d’autres – ou Asimov lui-même – développeront bien mieux par la suite) mais, pourtant, leur lecture se révèle agréables.

A quelques exceptions près, la plupart sont intéressantes, proposant d’ailleurs des éléments qui reviendront par la suite dans l’œuvre d’Asimov, comme le concept de psycho-histoire et Trantor qui apparaissent dans « Homo Sol » avant de trouver leur véritable ampleur avec FONDATION.

Bien sûr, la naïveté de certains juvéniles reste évidente (« L’arme trop effroyable pour être utilisée ») mais l’humour fonctionne (par exemple dans « Le Petit Bonhomme du métro » écrit en collaboration avec Frederick Pohl qui questionne le besoin des humains de divinité ou « Super Neutron » qui préfigure les réunions du Club des Veufs Noirs).

Plus axée sur le fantastique « Auteur Auteur » explore le thème (exploité par Stephen King dans LA PART DES TENEBRES) du personnage de roman qui prend vie pour demander des comptes puis menacer son créateur. « Arrêt de mort » traite des fameux robots positroniques tandis que « Aucun rapport » s’inscrit dans la tradition des espèces animales ayant accédés à l’intelligence (dans la lignée de LA PLANETE DES SINGES ou DEMAIN LES CHIENS) avec ses ursidés archéologues accueillant des réfugiés chimpanzés alors que le monde s’approche de la destruction nucléaire.

Forcément inégal, sans doute mineur par rapport aux chefs d’œuvres ultérieurs du Bon Docteur, PERIODE D’ESSAI se lit pourtant avec une facilité et un plaisir incroyable et ces 1 100 pages se dévorent si vite que le lecteur a ensuite pour seule envie de se plonger davantage dans l’œuvre d’Asimov, par exemple en piochant dans ses innombrables nouvelles ou en s’attelant à sa monumentale autobiographie. En résumé : sitôt l’ouvrage refermé on en redemande. Une somme !

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Pour ma part, l'une des nouvelles (Thiotimoline" - je fais grâce du titre complet) m'est passée complètement au-dessus de la tête (humour de thésard en chimie...). En ce qui concerne les textes introductifs d'Asimov, qui brossent au fil de 27 ou 28 mini-explicatifs 10 ans de vie d'un auteur débutant, j'ai calculé que leur total représente 125 pages, soit un vrai petit bouquin dans le bouquin, et plus de 10% de la pagination...
(s) ta d loi du cine, "squatter" chez dasola
Répondre