LE SECRET DE HIGH ELDERSHAM de Miles Burton [John Rhode]

Publié le 14 Septembre 2017

LE SECRET DE HIGH ELDERSHAM de Miles Burton [John Rhode]

Militaire britannique, Cecil Street (1884 - 1965) fit carrière dans le roman policier sous les pseudonymes de John Rhode et Miles Burton. En 1925, il débute avec THE PADDINGTON MYSTERY, premier des quelques quatre-vingt romans signés John Rhode qui mette en scène le docteur Lancelot Priestley. Sous le pseudonyme de Miles Burton, l’écrivain lance, en 1930, une nouvelle série dont le héros récurent est cette fois l’officier de marine Desmond Merrion. LE SECRET DE HIGH ELDERSHAM (publié en français en 1946 dans la collection « Le Corbeau ») constitue la première aventure de ce Merrion appelé à en vivre bien d’autres.

Petit village typique, High Eldersham vivote tranquillement. Certes, on n’y aime pas beaucoup les étrangers mais de là à les assassiner…C’est pourtant ce qui arrive à Whitehead, le propriétaire du bar local, La Rose et la Couronne, découvert poignardé dans son établissement. L’inspecteur Young entre en scène accompagné d’un de ses amis, Desmond Merrion, lequel se trouve attiré par la jeune Mavis. Les enquêteurs s’intéressent rapidement à un culte satanique très vivace dans la région et dont les membres pourraient être responsable du meurtre de Whitehead.

Présenté comme un roman d’énigme classique, LE SECRET DE HIGH ELDERSHAM se révèle un roman particulièrement bizarre dont l’originalité constitue à la fois un défaut et une qualité. En effet, ce qui débute comme un typique whodunit de l’Age d’or prend après une cinquantaine de pages une tournure très différente : les deux protagonistes soupçonnent des sorciers, se réunissant en sabbats les soirs de pleine lune, de commettre divers crimes.

Hélas, à partir de là, la machine déraille : cette sous-intrigue, qui pouvait donner une réelle plus-value au récit en lui conférant une originalité appréciable, occupe en effet l’essentiel du récit, la recherche du coupable devenant, dès lors, accessoire. Pire, les deux enquêteurs paraissent totalement largués durant la quasi-totalité du roman. Merrion agit de manière absurde, au petit bonheur la chance, espionne de ci de là les cultistes et délaisse complètement l’enquête concernant la mort de Whitehead. Une sous-intrigue supplémentaire, à base de contrebandiers et de trafiquants de drogue, vient encore se greffer à ce roman boursouflé et pourtant relativement divertissant dans ses excès. Tout cela rappelle le récent film « Hot Fuzz » avec son village entier participant aux activités illégales pour Le Plus Grand Bien. Loin du classicisme des whodunit de cette époque, LE SECRET DE HIGH ELDERSHAM s’enfonce donc dans un délire (pas si éloigné des intrigues abracadabrantes d’Edgar Wallace ou des pires John Dickson Carr) que le lecteur jugera, au choix, amusant ou imbuvable.

La conclusion s’avère assez incroyable :

Spoiler:
{Le grand méchant trafique de la drogue et pour que les villageois gardent le silence, notre dealer à grande échelle ressuscite un culte satanique qui s’appuie sur la crédulité des natifs et leurs craintes superstitieuses. Avec l’aide du médecin local, notre méchant (dont nous tairons l’identité) élabore des drogues qui plongent les participants aux sabbats dans une sorte de transe érotique afin de les garder sous sa coupe. De plus, le docteur administre secrètement du poison aux personnes désignées à la vindicte populaire par les « sorciers » afin de les rendre réellement malade, renforçant l’idée que les sortilèges à base de poupée vaudou du Grand Prêtre Satanique fonctionnent ! }

Et le meurtre initial ? Une banale affaire de vengeance résolue avec beaucoup de chance par nos héros qui, durant 250 pages, ne fouillent pas le passé de la victime. Lorsqu’ils se décident à accomplir cette base de l’investigation le mobile et l’identité du meurtrier apparaissent immédiatement. Décevant.

Dans l’ensemble, LE SECRET DE HIGH ELDERSHAM manque de rythme, souffre de pauvres dialogues et sa partie centrale parait à la fois erratique et interminable, ce qui rend la lecture du bouquin plutôt pénible. L’aspect déjanté du dernier acte et les références au satanisme sauvent quelque peu les meubles quoique l’auteur sacrifie alors toute vraisemblance au profit de la seule distraction.

Avis mitigé donc pour cette première rencontre avec un écrivain majeur (mais aujourd’hui bien oublié) de l’Age d’or.

Rédigé par hellrick

Publié dans #Policier, #Whodunit, #Aventures, #Golden Age, #John Rhode - Miles Burton

Repost 0
Commenter cet article