LA LOQUE A TERRE de Georges de Lorzac (Jean-Pierre Bouyxou)

Publié le 14 Juin 2017

LA LOQUE A TERRE de Georges de Lorzac (Jean-Pierre Bouyxou)

Le Bordelais Jean-Pierre Bouyxou (né en 1946) est un touche-à-tout bien connu des amateurs de cinéma bis et de paralittérature. Il a écrit pour les revues les plus diverses, de Ciné Revue à Métal Hurlant en passant par l’Echo des savanes, Sex Star System, Siné Hebdo, Paris-Match ou Lui. On le retrouve également acteur (dans la plupart des films de Rollin), scénariste (pour « Les raisins de la mort » de Jean Rollin et quelques pornos), réalisateur (notamment du « fameux » film X « Entrez vite, vite je mouille » en 1979).

Sous divers pseudo, Bouyxou livre une foultitude de romans pour les éditions du Bébé Noir ou de la Brigandine dont ce très étrange LA LOQUE A TERRE, lequel dénote l’amour de l’écrivain pour le fantastique du quotidien et l’angoisse. Le livre aurait, en effet, très bien pu figurer dans la légendaire collection « Angoisse » du Fleuve Noir. Ce récit d’errance débute par l’arrivée de Laurent, mec de 34 ans sans emploi régulier venant d’être largué par sa copine Christine, devant une haute tour d’immeuble. L’ascenseur est en panne et ses parents résident au dernier étage. Du coup, Laurent entreprend l’ascension du HLM par les escaliers. Manquant d’exercice physique et à court de cigarette, le jeune homme s’épuise rapidement et finit, assoiffé, par sonner à la porte d’une quadragénaire, Zizou, avec qui il fait l’amour sans en ressentir ni envie ni plaisir. Par la suite, Laurent quitte l’appartement et continue de grimper les étages…Le temps s’écoule, interminable, au rythme des volées d’escaliers, vers un dernier étage en apparence inaccessible.

LA LOQUE A TERRE constitue un pur roman d’angoisse et de fantastique au sens le plus noble du terme puisque le héros perd contact avec la réalité qui se disloque peu à peu sous ses pas, d’un palier au suivant. Il grimpe, grimpe, grimpe toujours mais semble incapable d’arriver au sommet de l’immeuble, revenant inexplicablement sur ses pas. Bien qu’il tambourine à différentes portes, aucun occupant ne lui ouvre et il ne croise personne dans son errance. Les seules rencontres qu’il fera au cours de cette journée conduisent aux deux scènes sexuelles du roman (lesquelles, bien que riches en descriptions pornographiques, se révèlent étonnamment non érotiques voire même dépressives). Dans la première, Laurent couche avec Zizou en essayant de se souvenir de son ex. Dans la seconde, il tombe aux mains d’un couple de lesbiennes complètement folles qui menacent de le castrer. Zizou vient d’ailleurs s’en mêler. D’où le vertige de notre héros lorsqu’il se rend compte que la dite Zizou vit deux étages en dessous…alors qu’il lui a semblé gravir des dizaines d’escaliers.

Le dernier acte du roman plonge encore plus dans le sordide, convoque Sigmund Freud (« ce con », dixit le chapitre qui lui est dédié) pour un final purement psychanalytique échappant à toute tentative de rationalisation.

Saupoudré de quelques réflexions gauchisantes (heureusement point trop envahissantes) et d’un humour absurde sympathique (le héros s’imagine vivre un rêve, faire un mauvais trip au LSD et se dit, avant de basculer totalement dans la « folie » qu’il tirerait bien un bouquin de cette aventure insolite), LA LOQUE A TERRE constitue une belle réussite à redécouvrir dans le recueil « Trois romans érotiques de la Brigandine » récemment publié par les dignes héritiers de la Musardine.

LA LOQUE A TERRE de Georges de Lorzac (Jean-Pierre Bouyxou)

Rédigé par hellrick

Publié dans #Erotique, #Roman de gare

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article